L’aide de 500₪ par enfant sera versée dimanche sur les comptes des familles
Rechercher

L’aide de 500₪ par enfant sera versée dimanche sur les comptes des familles

Les critiques ont fustigé ces versements généraux, qui ne font pas la distinction entre les familles en difficulté et celles moins affectées par la crise

Un homme ultra-orthodoxe récite sa prière du matin dans son appartement alors que ses enfants regardent par la fenêtre lors d'un confinement imposé pour ralentir la propagation du coronavirus à Bnei Brak, le 8 avril 2020.  (AP Photo/Oded Balilty)
Un homme ultra-orthodoxe récite sa prière du matin dans son appartement alors que ses enfants regardent par la fenêtre lors d'un confinement imposé pour ralentir la propagation du coronavirus à Bnei Brak, le 8 avril 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

Vendredi, l’Institut national d’assurance a annoncé que l’aide du gouvernement allant jusqu’à 2 000 shekels (510 euros) par famille serait versée dimanche sur les comptes en banque des Israéliens.

Le versement, qui a été annoncé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu la semaine dernière afin d’aider les familles touchées par l’épidémie de coronavirus, devait être effectué avant la fête de Pessah. Les virements ont néanmoins été retardés et n’ont été approuvés à la Knesset que mardi.

Selon l’Institut national d’assurance, l’équivalent israélien de la Sécurité sociale, environ 1,2 million de familles avec 2,8 millions d’enfants âgés de moins de 18 ans recevront l’aide versée en une seule fois.

L’aide est fixée à 500 shekels (127 euros) par enfant et est limitée à 2 000 shekels par famille. Le coût total de la mesure pour l’État reviendra à 1,4 milliard de shekels (350 millions d’euros).

Il n’a pas été précisé quand la même aide prévue pour les seniors – également annoncée par Netanyahu la semaine dernière – et les personnes en situation de handicap serait versée.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une conférence de presse sur le coronavirus, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 11 mars 2020. (Crédit : Flash90)

Les détracteurs ont fustigé ces versements généraux, en soulignant qu’ils ne font pas la distinction entre les familles qui rencontrent de graves difficultés financières en raison de l’épidémie et celles qui n’ont pas de problème. De fait, les responsables du Trésor public auraient été pris de court par l’annonce de Netanyahu. Des cadres hauts-placés du ministère des Finances ont confié à la Douzième chaîne qu’ils ne savaient pas d’où était supposé venir l’argent.

Les versements interviennent alors que de strictes restrictions ont été mises en place afin d’endiguer la propagation de l’épidémie qui a paralysée l’économie.

Depuis début mars, les Israéliens ont pour ordre de rester chez eux et de ne sortir que pour des activités essentielles. Ceux qui peuvent travailler de chez eux sont encouragés à le faire, mais ceux qui ne le peuvent pas, et qui n’occupent pas de métiers essentiels, ont été placés en congé sans solde.

Alors que l’économie s’est arrêtée, les chiffres du chômage ont grimpé en flèche. Mercredi, le taux de chômage en Israël a atteint les 25,33 %, avec 1 059 429 Israéliens actuellement à la recherche d’un emploi.

Israël a pris un certain nombre de mesures pour soutenir l’économie, frappée de plein fouet par l’arrêt de l’activité dans le pays. Le gouvernement a notamment augmenté les allocations chômage et les aides pour les familles avec enfants et les seniors.

Mercredi, Netanyahu et le ministre des Finances Moshe Kahlon ont annoncé un élargissement des aides pour les auto-entrepreneurs israéliens dont les activités ont été durement touchées par l’épidémie. En plus d’un assouplissement des critères pour recevoir la bourse, ils ont décidé d’augmenter la somme maximum qu’un travailleur indépendant pourra percevoir à 10 500 shekels.

Un communiqué du ministère des Finances a indiqué que le paquet d’aide pour les travailleurs indépendants sera augmenté à 4 milliards de shekels (1 milliard d’euros), sous réserve de l’approbation du gouvernement.

Plus de 600 000 Israéliens indépendants devraient être éligibles pour la bourse, selon le ministère.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...