L’armée reçoit un nouvel avion pour espionner l’Iran, le Yémen et l’Irak
Rechercher

L’armée reçoit un nouvel avion pour espionner l’Iran, le Yémen et l’Irak

L'Oron est équipé de multiples capteurs et autres matériels pour collecter les données ; il peut rapidement identifier des cibles indépendamment des conditions météorologiques

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un contrôleur aérien dirige un avion-espion Oron le long d'une piste de la base aérienne de Nevatim, dans le sud d'Israël, le 4 avril 2021. (Crédit : Armée israélienne)
Un contrôleur aérien dirige un avion-espion Oron le long d'une piste de la base aérienne de Nevatim, dans le sud d'Israël, le 4 avril 2021. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne vient de recevoir le tout premier avion-espion baptisé « Oron ». Cet appareil, ont fait savoir les militaires, améliorera la capacité du pays à réunir des renseignements et à identifier des cibles pour des attaques en Irak, en Iran, au Yémen et dans d’autres zones reculées du Moyen-Orient.

« L’armée israélienne et l’armée de l’air disposent déjà d’une grande variété de capacités en ce qui concerne la collecte d’informations mais l’Oron renforce notre supériorité et nos possibilités d’action dans le deuxième et dans le troisième tiers, et il nous autorise à nous déplacer rapidement d’un front à l’autre et sur une longue période de temps », a commenté le chef de l’armée de l’air, Amikam Norkin.

Le « deuxième tiers » est une référence aux pays qui ne partagent pas de frontière directe avec l’État juif mais qui représentent néanmoins une menace pour le pays – comme c’est le cas de l’Irak et du Yémen où l’Iran maintient des groupes mandataires équipés de missiles ou de drones susceptibles d’être utilisés contre Israël. Le troisième tiers désigne les pays ennemis situés encore plus loin, et principalement l’Iran.

L’avion, de type Gulfstream G550 Aerospace, est équipé de multiples capteurs et autres matériels de collecte d’informations qui lui permettent d’identifier rapidement des cibles dans toutes les conditions météorologiques, même les plus extrêmes, selon l’un de ses créateurs.

Le chef de l’armée de l’air israélienne, Amikam Norkin, s’exprime lors d’une cérémonie de présentation du tout nouvel avion-espion Oron qui a été remis aux militaires de la base aérienne Nevatim, située dans le sud d’Israël, le 4 avril 2021. (Crédit : Armée israélienne)

L’Oron – un nom qui signifie littéralement « palefrenier » – a été développé au cours des neuf dernières années dans le cadre d’une initiative collective entreprise par l’armée israélienne, le ministère de la Défense et des contractants en armement, a noté Tsahal.

Le nombre précis d’appareils que devrait recevoir l’armée israélienne est placé sous embargo.

Une cérémonie organisée pour marquer la réception du nouvel avion – qui sera utilisé par le 122e escadron de l’armée de l’air israélienne – a eu lieu dimanche sur la base aérienne de Nevatim, située dans le nord du désert du Negev.

« L’achat de l’avion ‘Oron’ est une nouvelle expression de l’efficacité croissante de l’armée de l’air. Les capacités de cet avion rehaussent d’un niveau supplémentaire les capacités opérationnelles et stratégiques dont dispose d’ores et déjà l’armée de l’air, ce qui contribuera à garantir encore une fois sa supériorité au Moyen-Orient et à assurer la défense des cieux de l’État d’Israël et la sécurité du pays », a souligné Norkin.

Le chef de l’équipe de Recherche et Développement du ministère de la Défense, le général de brigade Yaniv Rotem, a déclaré que l’avion avait des capacités sans précédent qui permettraient aux militaires d’identifier plus facilement des cibles à attaquer.

« L’avion donne à l’armée israélienne une qualité de renseignement moderne et sans précédent qui utilise des systèmes innovants de capteurs, avec une grande variété de capteurs et de radars qui sont installés dans l’avion. Tous seront en mesure de transmettre des données de haute-qualité aux services de renseignement de l’armée israélienne », a dit Rotem.

Le chef de l’armée de l’air israélienne Amikam Norkin et la commandante du 122è escadron des forces aériennes de Tsahal placent un emblème sur le nouvel avion-espion ‘Oron’, sur la base militaire de Nevatim, dans le sud d’Israël, le 4 avril 2021. (Crédit : Armée israélienne)

Il a ajouté que les données seraient automatiquement traitées par les systèmes de renseignement de l’armée israélienne qui s’appuient sur l’intelligence artificielle.

« Nous avons conçu une machine qui sait comment créer et exposer des cibles dans toutes les conditions météorologiques et dans de très courtes périodes de temps – qui se comptent en secondes – sur des terres de milliers de kilomètre et avec la portée nécessaire aux attaques », a continué Rotem.

Yoav Turgeman, vice-président d’Israel Aerospace Industries, qui a aidé à développer l’appareil, a indiqué que tous les équipements se trouvant à bord étaient « bleus et blancs » – ou fabriqués en Israël.

« Cette technologie spécialisée, qui est aux couleurs bleue et blanche, améliorera les capacités de l’armée israélienne sur un certain nombre de fronts dans les combats et, en particulier, les capacités offensives de l’armée des forces aériennes », a dit Turgeman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...