Le BDS exhorte Netflix à retirer la série « raciste » israélienne à succès ‘Fauda’
Rechercher

Le BDS exhorte Netflix à retirer la série « raciste » israélienne à succès ‘Fauda’

Le mouvement de boycott menace de poursuite judiciaire la société de streaming, affirmant qu'elle "confère une légitimité aux criminels de guerre"

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le casting de 'Fauda.' (Crédit : autorisation)
Le casting de 'Fauda.' (Crédit : autorisation)

Le mouvement de boycott d’Israël a demandé à Netflix de cesser de proposer la série télévisée israélienne qui conte les aventures d’une unité secrète opérant en Cisjordanie, affirmant qu’elle servait de propagande à l’armée israélienne et donnait une légitimation aux « criminels de guerre ».

Dans une lettre envoyée mercredi, le mouvement international de boycott, de désinvestissement et de sanctions, connu sous le nom de BDS, a menacé d’intenter une action en justice si la société de streaming en ligne ne retirait pas la première saison de la série, a indiqué le journal Haaretz.

Le nom de la série ‘Fauda’ est le mot arabe qui veut dire chaos, souvent utilisé par les soldats de l’armée israélienne pour décrire leur temps passé en Cisjordanie et à Gaza et par les Palestiniens pour décrire leur vie quotidienne.

« Fauda », ont écrit les militants, sert de « propagande raciste pour l’armée d’occupation israélienne et affiche une agression envers le peuple palestinien, et le processus qu’elle mène pour la liberté et l’indépendance ».

« C’est une série qui est raciste contre les Arabes et qui encourage la violation du droit international et des droits de l’homme — ce qui pourrait nous conduire à intenter des actions en justice contre Netflix », note la lettre.

Les militants ont également noté que les auteurs de la série, Avi Issacharoff et Lior Raz, sont tous deux des vétérans de l’unité secrète israélienne qui opère en Cisjordanie contre le terrorisme palestinien, unité qui a inspiré la série.

« La série donne de la légitimation aux criminels de guerre et ses deux écrivains sont des diplômés des compagnies de la mort des soldats infiltrés dans l’armée d’occupation », ont-ils écrit. « Ils sont des collaborateurs de l’appareil d’occupation, du colonialisme israélien et de l’apartheid ».

Avi Issacharoff, à gauche, et Lior Razz, à droite, les co-créateur de « Fouda » (Crédit : Autorisation de la chaîne Yes)

« Fauda » a connu un succès international inégalé pour une série de télévision israélienne, incitant Netflix à s’engager pour la deuxième saison, ainsi que sur deux autres idées sur lesquelles travaillent Issacharoff et Raz.

La saison 2 de « Fauda » sera diffusée sur Netflix en 2018 dans toutes les régions en dehors d’Israël et de la France. La série a été filmée autour des endroits en Israël.

En réponse à la lettre, Issacharoff, qui écrit pour le Times of Israel, a dit qu’il regrettait l’action du BDS mais a salué la publicité que cela apportait.

« Nous voulons remercier le mouvement BDS pour les Palestiniens qui n’ont pas encore vu Fauda et qui vont maintenant trouver un moyen de regarder la série », a-t-il déclaré. « Hier, nous avons parlé avec un ami à Gaza qui n’a pas arrêté de faire l’éloge de la première saison de la série. »

« Il est regrettable de voir le mouvement BDS essayer de nuire à un travail israélien quel qu’il soit, quel qu’en soit le contenu », a-t-il poursuivi. « Nous n’avons pas d’autre choix que de ne leur souhaiter aucun succès. »

Netflix Israël n’a pas pour le moment commenter la lettre, a précisé Haaretz.

Le géant du streaming a repris les droits de diffusion de « Fauda » en 2016, après que la série a remporté six Ophir — l’équivalent israélien des Oscars. La série est basée sur les expériences réelles de Raz et Issacharoff lors de leur service dans une unité des forces spéciales de l’armée israélienne. Raz est l’un des personnages principaux dans la série.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...