Le Hamas, qui aurait tiré une roquette, accuse Israël pour la mort des pêcheurs
Rechercher

Le Hamas, qui aurait tiré une roquette, accuse Israël pour la mort des pêcheurs

Les dirigeants de Gaza affirment qu’un drone israélien pris dans des filets de pêche a explosé et nient avoir tiré une roquette sur le bateau ; Israël nie toute responsabilité

La famille et les proches pleurent la mort de trois pêcheurs de la famille Al-Lahham à Khan Younes, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 mars 2021. Trois pêcheurs palestiniens ont été tués lorsque leur bateau a explosé au large des côtes de Gaza dans la mer Méditerranée. (Abed Rahim Khatib / Flash90)
La famille et les proches pleurent la mort de trois pêcheurs de la famille Al-Lahham à Khan Younes, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 mars 2021. Trois pêcheurs palestiniens ont été tués lorsque leur bateau a explosé au large des côtes de Gaza dans la mer Méditerranée. (Abed Rahim Khatib / Flash90)

Le groupe terroriste du Hamas a accusé jeudi Israël de l’explosion qui a tué trois pêcheurs au large de Gaza en début de semaine, qui a entraîné des promesses de vengeance de plusieurs factions armées de Gaza.

Israël a nié toute implication dans l’incident.

Iyad al-Bozm, porte-parole du ministère de l’Intérieur du Hamas, a déclaré que les trois pêcheurs avaient été tués par une explosion causée par un drone israélien tombé dans leurs filets.

« Les trois pêcheurs de la famille al-Lahham ont été tués à cause de la détonation d’un engin explosif installé sur un quadricoptère appartenant à l’occupation israélienne, qui s’est coincé dans leurs filets et a explosé pendant qu’ils le sortaient de l’eau », a déclaré al-Bozm.

Bien qu’al-Bozm ait exclu une frappe israélienne directe sur le navire, il a déclaré que le Hamas « tenait l’occupation israélienne pleinement responsable ».

L’armée israélienne n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires en réaction aux nouvelles allégations du Hamas, mais elle a nié toute implication après l’incident, affirmant qu’il n’y avait eu « aucun tir israélien » vers Gaza et qu’il « s’agissait d’un incident interne à Gaza ».

Des pêcheurs palestiniens, masqués à cause de la pandémie de COVID-19, préparent leurs filets de pêche le long d’une plage au large de la mer Méditerranée, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 septembre 2020. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

L’explosion a eu lieu dimanche près de la côte de Khan Younès, une ville du sud de la bande de Gaza. Les trois pêcheurs décédés, Yahya Mustafa al-Laham, Hamdi al-Laham et Zakaria al-Laham, étaient deux frères et un cousin, a déclaré le chef du syndicat des pêcheurs de Gaza Nizar Ayyash aux médias locaux.

« Ils ont été les martyrs de leur pain quotidien », a déclaré dimanche la famille al-Laham dans un communiqué publié sur Facebook. Les trois sont morts, a déclaré la famille, après qu’un « mortier local ait frappé leur bateau ».

Selon le ministère de l’Intérieur du Hamas, le drone qui aurait explosé dimanche se trouvait là depuis le 22 février, après un affrontement entre une unité navale du Hamas et l’armée israélienne.

Les témoins soupçonnaient qu’un mortier ou une roquette lancée par le Hamas avait involontairement frappé le bateau des pêcheurs, les tuant sur le coup. Le Hamas tire régulièrement des roquettes expérimentales vers le large, à la fois pour tester ses capacités militaires et en guise de démonstration de force.

Des témoins ont également déclaré aux groupes locaux de défense des droits de l’homme que des mortiers avaient été tirés juste avant l’explosion, mais le Hamas a écarté la possibilité qu’un obus ait frappé le bateau des pêcheurs.

« Après avoir inspecté la plate-forme expérimentale de lancement de missiles, les coordonnées de sa chute, examiné les images des caméras des points d’observation de la résistance et confirmé l’instant exact du lancement, il est clair que le site de l’explosion était complètement hors de portée de la zone de tir du missile », a déclaré al-Bozm.

Israël limite la zone de pêche autorisée au large de la bande de Gaza dans le cadre d’un blocus sur l’enclave dirigée par le Hamas, afin que les groupes terroristes palestiniens soient empêchés de se procurer des armes.

Un porte-parole masqué d’un groupe terroriste de Gaza prononce un discours lors d’un exercice militaire du Hamas et d’autres groupes terroristes armés palestiniens, sur une plage de la ville de Gaza, le 29 décembre 2020. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)

La zone de pêche de Gaza s’étend à environ 17 miles nautiques au large des côtes de l’enclave. Des roquettes du Hamas ont déjà pu atteindre Tel Aviv, qui se trouve à environ 40 miles au nord de la bande de Gaza.

Le Jihad islamique a juré de se venger d’Israël après l’annonce de jeudi par le Hamas, affirmant qu’Israël était responsable de la mort des pêcheurs.

« L’occupation est derrière ce crime horrible et a commis cette atrocité. Il ne fait aucun doute qu’une réponse viendra de la résistance palestinienne », a déclaré le Jihad islamique dans un communiqué.

L’incident de dimanche ne serait pas le premier à être provoqué par des erreurs techniques liées à l’armement, qui auraient blessé ou même tué des civils de la bande de Gaza. Par le passé, des explosions parfois accidentelles se sont produites lorsque des membres d’organisations terroristes du territoire palestinien fabriquaient des bombes ou manipulaient des explosifs.

Le mois dernier, une explosion a ravagé un bâtiment dans le nord de Gaza, blessant au moins 36 civils. L’armée israélienne a accusé les groupes terroristes palestiniens d’avoir entreposé des armes à l’intérieur de bâtiments civils. Le Hamas a promis d’enquêter sur l’incident, mais aucune conclusion n’a encore été tirée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...