Rechercher

Le Liban va enquêter sur un enregistrement audio menaçant l’ambassade saoudienne

Les relations entre Beyrouth et les pays arabes du Golfe se sont tendues ces dernières années en raison de l'influence croissante du Hezbollah pro-iranien

Le drapeau libanais (Crédit : Flicker / CC BY 2.0 / Eusèbe @Commons)
Le drapeau libanais (Crédit : Flicker / CC BY 2.0 / Eusèbe @Commons)

Le ministère libanais de l’Intérieur a affirmé mercredi avoir demandé une enquête après la diffusion sur Internet d’un enregistrement audio menaçant de mener des attaques « terroristes » visant l’ambassade saoudienne à Beyrouth.

Dans un communiqué, le ministère appelle à l’ouverture d’une enquête et « l’arrestation des responsables » à l’origine de cet enregistrement, soupçonnant un Saoudien recherché par Ryad pour « crimes terroristes », Ali ben Hachem ben Salmane Al-Haji d’en être l’auteur.

M. Haji réside au Liban depuis plusieurs années, mais se trouve actuellement en Syrie, a affirmé à l’AFP une source de sécurité sous couvert de l’anonymat.

Il a participé à plusieurs événements organisés par des groupes d’opposition saoudiens soutenus par le puissant mouvement terroriste libanais chiite du Hezbollah.

Les relations entre Beyrouth et les pays arabes du Golfe – l’Arabie saoudite en tête – se sont tendues ces dernières années en raison de l’influence croissante du Hezbollah pro-iranien, accusé de soutenir les rebelles Houthis que la coalition militaire dirigée par l’Arabie combat au Yémen depuis 2015.

Les menaces visant l’ambassade saoudienne à Beyrouth interviennent près de quatre mois après le retour au Liban de l’ambassadeur Walid Boukhari, qui avait été rappelé par Ryad fin octobre à la suite d’une crise diplomatique opposant le pays du Cèdre à plusieurs monarchies du Golfe.

Ryad avait annoncé en avril 2021 la suspension des importations de fruits et légumes en provenance du Liban, affirmant que des cargaisons étaient utilisées pour faire de « la contrebande de drogue ».

Le 11 juillet, un dissident saoudien résidant au Liban a été tué et deux de ses frères suspectés du meurtre ont été arrêtés, selon la police libanaise. Une source de sécurité a indiqué à l’AFP qu’il s’agissait du dissident Maneh Al-Yami.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...