Le maire juif “barre” l’entrée de sa ville en Floride à Trump
Rechercher

Le maire juif “barre” l’entrée de sa ville en Floride à Trump

Bien que le tweet de Rick Kriseman soit une plaisanterie, il montre l’opposition à la rhétorique anti-musulmane du candidat à la présidentielle en mimant son langage

Le candidat aux primaires du parti républicains en vue des élections présidentielles, Donald Trump, pendant son discours au Republican Jewish Coalition 2016 à Washington, le 3 décembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / SAUL LOEB)
Le candidat aux primaires du parti républicains en vue des élections présidentielles, Donald Trump, pendant son discours au Republican Jewish Coalition 2016 à Washington, le 3 décembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / SAUL LOEB)

Le maire juif de St. Petersburg, Floride, a fait savoir lundi que le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump n’était pas le bienvenu dans sa ville, à la suite de la proposition de Trump ce même jour d’empêcher tous les musulmans d’entrer aux Etats-Unis.

Et, alors qu’il est apparu plus tard que la menace de Rick Kriseman de barrer l’entrée de sa ville à Trump était juste une blague, le sentiment exprimé par le maire a été salué et partagé par beaucoup à St. Petersburg, dans le pays et même à l’étranger. Le maire de Philadelphie Michael Nutter a déclaré qu’il aurait souhaité avoir vraiment le pouvoir de bannir Trump de sa ville.

Kriseman, ancien député démocrate local de Floride, a envoyé son message à Trump par Twitter. « Je barre ici l’entrée de St. Petersburg à Donald Trump jusqu’à ce que nous comprenions pleinement la menace dangereuse posée par tous les Trump, » a posté Kriseman.

La formulation du tweet du maire fait écho à la déclaration de Trump appelant à barrer l’entrée des Etats-Unis aux musulmans.

« Jusqu’à ce que nous soyons capable de déterminer et de comprendre ce problème et la menace dangereuse qu’il pose, notre pays ne peut pas être la victime d’attaques épouvantables menées par des personnes qui ne croient qu’au djihad, et n’ont aucun sens de la raison ou de respect pour la vie humaine », a déclaré Trump.

Un porte-parole de Kriseman a confirmé au Times of Israel que le maire n’a pas l’intention de réellement empêcher Trump de venir à St. Petersburg, qui est situé sur la côte du golfe de Floride et compte 250 000 habitants, dont environ 26 000 juifs.

« La remarque du maire sur les réseaux sociaux était une plaisanterie, parce qu’il souhaitait mettre en évidence le ridicule de la proposition de politique envers les musulmans de M. Trump. St. Petersburg est une ville accueillante d’opportunité, où la diversité est célébrée », a-t-il déclaré.

Kriseman lui-même a répondu à une réplique à son tweet qui lui demandait si c’était sarcastique : « oui, répondre au ridicule par le ridicule ».

La proposition de Trump, que le New York Times a décrite comme « une escalade extraordinaire de la rhétorique destinée aux peurs des électeurs sur la foie islamique », a généré un contrecoup venu des dirigeants des deux partis. Beaucoup des collègues républicains de Trump ont été extrêmement critiques, y compris le candidat à la présidentielle et ancien gouverneur de Floride Jeb Bush, qui a dit que Trump était « déséquilibré », alors que l’ancien vice-président Dick Cheney a déclaré que ce que Trump suggère « va à l’encontre de tout ce en quoi nous croyons ».

Selon le porte-parole de Kriseman, le maire a été interrogé sur les remarques de Trump pendant qu’il participait à un office de Hanoukka hier soir en famille.

« Le maire a passé du temps à réfléchir à la nature de la proposition de M. Trump, et au danger inhérent à ce type de language, qui dépeint une ethnie ou un groupe religieux entier d’un seul trait épais. Le maire Kriseman a raison quand il dit que l’histoire aurait dû mieux nous apprendre », a-t-il déclaré.

« Le tweet du maire Kriseman était satyrique, mais il n’y avait rien de drôle dans le message de M. Trump. Cette sorte de haine empoisonne les esprits et nous éloigne du travail de notre ville, notre état et notre nation », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...