Le médiateur du ministère de la Défense : Tsahal n’est pas préparé à la guerre
Rechercher

Le médiateur du ministère de la Défense : Tsahal n’est pas préparé à la guerre

L'armée reconnaît les problèmes de budget et de personnel, et fait savoir aux députés qu'elle a réglé la plupart des problèmes relevés par le major-général (rés.) Yitzhak Brick

Les soldats de la brigade de commando simulent un affrontement contre le groupe terroriste du Hezbollah, dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2018 (Crédit : Armée israélienne)
Les soldats de la brigade de commando simulent un affrontement contre le groupe terroriste du Hezbollah, dans le nord d'Israël, au mois de novembre 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Le médiateur du ministère de la Défense a averti mercredi les législateurs que les forces terrestres israéliennes ne sont pas préparées à une guerre future.

Lors d’une réunion controversée de la Commission de contrôle de la Knesset, le général de division (rés.) Yitzhak Brick a averti que les réductions de personnel imposées par les demandes de réduction des coûts du gouvernement et la réduction du service militaire des hommes de 36 à 32 mois étaient parmi les facteurs à l’origine des « écarts critiques entre les missions [données à l’armée] et les effectifs nécessaires pour les réaliser », selon le site Ynet news.

Il a également souligné le passage à la communication numérique entre les commandants et leurs subordonnés dans l’ensemble de l’armée, y compris par courrier électronique et WhatsApp, ainsi que la prévalence des smartphones, qui risquent d’entraver une communication efficace au combat.

Il s’est opposé à l’externalisation de nombreuses opérations logistiques militaires à des entreprises privées et a déclaré que les entrepôts contenant les équipements de guerre de nombreuses unités des forces terrestres étaient malheureusement sous-équipés, ce qui pourrait laisser les unités sans les équipements nécessaires sur le champ de bataille.

« En temps de guerre, nous échouerons à cause de ces sociétés [privées] qui gèrent les stocks [de l’armée]. Le ministère de la Défense a demandé à Tsahal de régler ce problème, mais il semble qu’il n’y a pas d’interlocuteur à qui parler », a déploré Brick.

Ancien commandant de char et ancien chef du système collégial de l’armée de terre et médiateur du ministère de la Défense depuis 2008, Brick se plaint depuis longtemps de nombreuses questions qu’il a soulevées mercredi, mais ses critiques se sont fait plus vives ces derniers mois, suscitant des remontrances de la part des chefs militaires qui l’ont traité d’alarmiste.

Le médiateur du ministère de la Défense, le général de division (rés.) Yitzhak Brick, lors d’une réunion de la Commission de contrôle de la Knesset à la Knesset, le 12 décembre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le brigadier-général Uri Gordin, chef d’état-major du Commandement de la Force terrestre, qui assume la responsabilité du commandement pour bon nombre des préoccupations soulevées par Brick devant le comité, a dit aux législateurs qu’il était partiellement d’accord avec le médiateur.

Il y avait des lacunes dans les effectifs nécessaires, a-t-il dit, ainsi que des pénuries budgétaires lorsqu’il s’agissait de stocker le matériel dont les forces terrestres auront besoin en temps de guerre.

« Nous faisons tout ce que nous pouvons pour préparer l’armée à la guerre », a dit M. Gordin, mais a ajouté : « Il y a un manque de ressources et le budget de la défense est limité. Nous avons beaucoup progressé dans le plan [budgétaire] pluriannuel actuel et nous aurons besoin de deux autres plans pluriannuels avant que les forces terrestres n’atteignent le niveau auquel nous voulons qu’elles soient. Moi aussi, je m’inquiète pour les entrepôts. Le salaire des sous-officiers est insuffisant et nous sommes confrontés à un problème de main-d’œuvre dans le monde moderne ».

Mais, a-t-il insisté, « l’armée est une organisation très bien supervisée » qui travaille dur pour identifier ces problèmes et les corriger. « Chaque division supervise ses unités. L’Etat-major général supervise l’armée dans son ensemble, aux côtés du contrôleur du ministère de la Défense et du contrôleur de l’Etat. L’armée, à mon avis, a beaucoup fait pour corriger les lacunes au fil des ans ».

Gordin s’est adressé à la présidente du comité, la députée de l’Union sioniste, Shelly Yachimovich, et l’a invitée à faire une visite surprise à toute base d’approvisionnement des forces terrestres qu’elle souhaite.

« C’est l’un des plus grands défis auxquels les forces terrestres sont confrontées. Je vous invite demain à 7 heures à n’importe quel entrepôt que vous choisirez n’importe où dans le pays. Venez nous rendre visite. Les lacunes existent partout, mais nous sommes totalement transparents à leur sujet. Nous avons investi 200 millions de shekels pour combler ces lacunes. Avons-nous besoin de plus ? La réponse est oui. »

En août, Brick a présenté ses préoccupations dans un rapport de 270 pages soumis à la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, qui supervise son bureau.

Le général de brigade Uri Gordin, chef d’état-major du Commandement des forces terrestres, (à gauche), la députée Shelly Yachimovich de l’Union sioniste, (au centre), et le général de division Yitzhak Brick du ministère de la Défense, (à droite), lors d’une réunion de la Commission de contrôle de la Knesset, le 12 décembre 2018, à la Knesset. (Yonatan Sindel/Flash90)

« J’ai visité 1 400 unités distinctes, parlé avec des dizaines de milliers de commandants et de soldats, a dit Brick mercredi. « Je crois que je connais l’armée sur le terrain mieux que quiconque dans Tsahal aujourd’hui. J’ai constaté de graves problèmes dans les systèmes logistiques, technologiques et opérationnels de l’armée, et j’ai informé l’armée de ces résultats. L’armée a corrigé les problèmes individuels que j’ai signalés, mais le problème central est la culture organisationnelle [qui a favorisé] des problèmes si profonds qu’ils ne sont pas faciles à résoudre ».

« La gravité de la situation exige la mise en place d’une commission d’enquête externe, dirigée par un juge, afin que nous puissions commencer à changer la culture organisationnelle de Tsahal à partir de ses fondements. Il y a une conspiration du silence à tous les niveaux », a-t-il accusé. « C’est le fil conducteur de nombreuses unités, les commandants ne reconnaissent pas toujours à l’échelon politique les réalités sur le terrain. »

Brick a rejeté la critique selon laquelle il était alarmiste.

« Nous avons une bonne force aérienne et une bonne marine, et la plupart des forces terrestres sont de qualité, et les commandants et les soldats de Tsahal sont excellents. Je ne suis pas là pour me battre avec qui que ce soit », a-t-il insisté.

Le général de brigade Ilan Harari, contrôleur de Tsahal, a tenté de rassurer les législateurs sur le fait que les préoccupations de Brick étaient prises en compte dans l’armée.

Des soldats de Tsahal opérant à Gaza pendant l’opération Barrière Protectrice, en août 2014. (Unité du porte-parole de l’armée israélienne)

« L’armée et ses dirigeants prennent les critiques au sérieux, et mes rapports n’ont pas été très aimables. J’ai affecté 100 officiers de réserve pour vérifier les affirmations de Brick, sur ordre du chef d’état-major, et il y a un comité directeur dirigé par le major général (rés.) Avi Mizrahi qui dirige notre travail. »

Dans sa réponse au comité, le brigadier-général Gordin a rejeté certaines des plaintes de Brick comme étant fausses. Au sujet de la critique de Brick sur la prévalence des smartphones et des autres canaux de communication numériques, Gordin a déclaré : « Tout le monde utilise des smartphones. Cela fait partie de notre façon de communiquer aujourd’hui. Nous n’y pouvons rien. C’est aussi ainsi que les députés s’adressent à leurs employés. Mais quand j’étais avec la brigade Nahal pendant l’opération Bordure Protectrice, il y avait 2 500 soldats de combat dans la bande de Gaza. Pas un seul n’avait un téléphone sur lui. Les ordres provenaient de la radio de l’armée. C’est comme ça que ça marche pendant les opérations. »

Au cours des derniers mois, l’armée a insisté sur le fait qu’elle avait considérablement élargi le régime d’entraînement des forces terrestres et a travaillé avec diligence pour corriger bon nombre des problèmes signalés par Brick au fil des ans.

Deux membres du comité, tous deux généraux à la retraite, ont critiqué Brick.

Elazar Stern, député Yesh Atid, et général de division à la retraite, a demandé à Brick de le retirer de la liste de diffusion du bureau du médiateur, disant que ses avertissements étaient exagérés et « sans intérêt ».

Eyal Ben-Reuven, député de l’Union sioniste, à la Knesset, le 29 mars 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Eyal Ben-Reuven, député de l’Union sioniste, a déclaré qu’il avait « un grand respect pour le général de division Brick » et qu’il avait « lu aussi bien le rapport classifié que le rapport public ».

Suite aux préoccupations de Brick, le comité de la Knesset s’est rendu dans deux entrepôts des forces terrestres et a rencontré des commandants de brigade et de bataillon, a-t-il noté.

« Personne ne prétend que nous ne voyons pas ces lacunes [dans les budgets et les effectifs], les sous-officiers ne voulant pas rester dans l’armée, avec des effectifs insuffisants – mais il y a aussi des forces, des commandants de bataillon de réserve qui nous disent que cela fait de nombreuses années qu’ils n’ont pas vu autant de jours de formation ».

Il a rejeté l’accusation de Brick selon laquelle les commandants sur le terrain étaient impliqués dans une « conspiration du silence ».

« Sommes-nous fous ? On les traite de menteurs ? La confiance du public dans l’armée est importante », a déclaré Ben-Reuven. « Je suis pour la critique, mais ce que le général Brick a fait a dépassé les bornes. Brick est passé du bien au mal, d’un bureau très respecté à persona non grata. Je n’accepte pas l’évaluation de Brick selon laquelle l’armée n’est pas prête pour la guerre. Tsahal en général et l’armée de terre en particulier sont en train d’améliorer rapidement leurs capacités. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...