Le mémorial du génocide arménien près de Lyon tagué d’inscriptions pro-Turquie
Rechercher

Le mémorial du génocide arménien près de Lyon tagué d’inscriptions pro-Turquie

"RTE" - pour R. T. Erdogan – "Loups Gris", un mouvement ultra-nationaliste turc, et "Nique l'Arménie" ont été tagués sur l'édifice et le centre national de la mémoire arménienne

Un homme nettoie un mémorial du génocide arménien à Décines-Charpieu, près de Lyon, le 1er novembre 2020, sur lequel un message anti-Arméniens a été tagué par des nationalistes turcs. (Crédit : JEFF PACHOUD / AFP)
Un homme nettoie un mémorial du génocide arménien à Décines-Charpieu, près de Lyon, le 1er novembre 2020, sur lequel un message anti-Arméniens a été tagué par des nationalistes turcs. (Crédit : JEFF PACHOUD / AFP)

Le mémorial du génocide et le centre national de la mémoire arménienne, près de Lyon, ont été tagués dans la nuit de samedi à dimanche d’inscriptions pro-Turquie et d’insultes, a dénoncé dimanche le Comité de défense de la cause arménienne (CDCA).

Ces profanations ont été découvertes dimanche matin par des représentants associatifs, à Décines-Charpieu (Rhône), haut lieu de la diaspora arménienne en France. Une enquête de police est ouverte.

A la bombe jaune fluo, les deux édifices séparés de quelques mètres seulement ont été tagués des inscriptions « RTE » – acronyme des initiales du président turc Recep Tayyip Erdogan – « Loups Gris », un mouvement ultra-nationaliste turc, et « Nique l’Arménie ».

« Ces profanations insupportables (…) s’inscrivent dans une série d’événements visant à terroriser et intimider les citoyens français d’origine arménienne », a estimé le CDCA dans un communiqué.

Et de citer une « première descente » des Loups Gris à Décines le 24 juillet. Puis, le 28 octobre dernier une nouvelle descente, qui faisait suite à une rixe sur l’autoroute A7 à l’occasion d’une manifestation d’Arméniens pour la défense du Nagorny Karabakh, qui avait fait 4 blessés.

Le CDCA « dénonce la très grave passivité de l’Etat » et rappelle sa demande de dissolution des Loups Gris.

La maire (LR) de Décines, Laurence Fautra, a réitéré dimanche auprès du préfet sa demande d’une « protection pérenne et physique » du quartier de la Petite Arménie.

Des militaires de l’opération Sentinelle arrivaient justement sur les lieux à la mi-journée, a affirmé la maire à l’AFP.

« On espère une communication de soutien du consul de Turquie à Lyon et qu’il prône un message de paix », a ajouté Mme Fautra. « On ne peut pas continuer comme ça ! On n’est pas une zone de guerre mais une mosaïque de cultures qui vivent en paix ».

Le préfet Pascal Mailhos a « condamné fermement les dégradations commises cette nuit ». « Tout sera fait pour retrouver les auteurs de ces profanations », a-t-il assuré sur Twitter.

Ville phare de la diaspora, Décines-Charpieu (30 000 habitants) abrite deux églises arméniennes, une radio arménienne, une maison de la culture. Le mémorial du génocide arménien de 1915 est le premier à avoir été érigé en Europe en 1972.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...