Les bus et minibus plus rapides et moins chers que le téléphérique à Jérusalem
Rechercher

Les bus et minibus plus rapides et moins chers que le téléphérique à Jérusalem

Une nouvelle analyse des données de trafic semble saper les affirmations des planificateurs du téléphérique sur les embouteillages, et suggère une autre solution

Esquisse d'artiste de la traversée en téléphérique de la vallée du Hinnom à Jérusalem, d'après une vidéo de présentation diffusée sur YouTube.
Esquisse d'artiste de la traversée en téléphérique de la vallée du Hinnom à Jérusalem, d'après une vidéo de présentation diffusée sur YouTube.

Les données sur les transports utilisées par le ministère du Tourisme et l’Autorité de développement de Jérusalem pour justifier la construction d’un téléphérique de 200 millions de shekels (51 millions d’euros), largement critiqué, entre le complexe culturel de la première station de la capitale et la Vieille Ville sont superficielles, dépassées et ignorent les options beaucoup moins coûteuses pour se rendre entre les deux endroits, selon une nouvelle étude.

Des architectes, des universitaires, des experts en préservation et des guides touristiques ont dénigré le projet du gouvernement de transporter jusqu’à 3 000 personnes par heure dans 72 cabines de dix personnes à travers la vallée historique de Hinnom à Jérusalem, avec un seul arrêt intermédiaire, au mont Sion.

Ils ont qualifié ce projet d’idée Disneyland mal conçue, qui marquera le paysage historique de 15 pylônes massifs, gâchera les vues uniques du site du patrimoine mondial de l’UNESCO (la Vieille Ville elle-même et ses murs) et n’aidera pas beaucoup à résoudre les problèmes de circulation et de pollution autour des murs de la Vieille Ville.

Gideon Stein, chercheur en chef à Mobileye, a – en tant que simple citoyen – analysé les données de trafic fournies par les planificateurs du projet. Mercredi, il a remis au Times of Israel les résultats d’un projet qu’il a entrepris le mois dernier, destiné à vérifier les affirmations selon lesquelles le téléphérique permettra de réduire les graves embouteillages près de la Porte Dung – l’entrée la plus proche du mur Occidental, sous le site le plus vénéré du judaïsme.

Dans son article, il affirme que les urbanistes ont basé leurs affirmations concernant la circulation sur deux simulations seulement – l’une effectuée à la porte de Dung le 16 juin 2012, et l’autre par le projet de la Cité de David voisin, le 19 juin 2013 – sans tenir compte du projet de téléphérique.

En utilisant les données GPS des bus urbains de la société Egged, il a utilisé les temps de parcours de plus de 2 700 trajets effectués par deux lignes de bus (1 et 38) qui circulent dans le quartier de la Vieille Ville entre 8 heures et 17 heures pendant les mois de novembre et décembre de l’année dernière, avant que la pandémie de coronavirus n’interrompe le trafic touristique. Cette période comprend les périodes de Hanoukka et de Noël.

La porte Dung, située au sud-est de la vieille ville de Jérusalem, est l’entrée la plus proche du mur Occidental et la voie de passage principale pour les véhicules. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)

Il a constaté que malgré quelques embouteillages, principalement sur la route d’Ophel menant à la Porte Dung, il était toujours plus rapide pour les habitants des quartiers ultra-orthodoxes et des grands hôtels au nord de la Vieille Ville de se rendre directement au mur Occidental que de se rendre au sud au complexe de la Première gare, d’entrer dans la gare pour acheter des billets et de passer un contrôle de sécurité, de monter dans le téléphérique et de mettre 4-5 minutes jusqu’au centre de Kedem, encore à construire, près de la Cité de David, débarquer et marcher 5 minutes jusqu’à la Porte Dung, puis marcher encore quelques minutes jusqu’au mur Occidental lui-même.

Pendant toute la période de deux mois couverte par l’enquête, 50 % du trafic sur la route d’Ophel est arrivé en haut de la colline en six minutes, et 90 % l’a fait en 13 minutes au maximum.

Des visiteurs attendent la venue d’autres personnes pour remplir la navette gratuite reliant la First Station, à Jérusalem-Ouest, et la porte Dung près du mur Occidental, le 26 mars 2019. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

Gideon Stein a également estimé le temps de trajet des navettes de minibus, qui emmènent généralement les touristes, sans frais, du parking de la Première Station à la Porte Dung. Ces fourgonnettes – qui n’ont jamais fait l’objet d’une publicité adéquate – sont rejetées dans le rapport officiel de circulation des urbanistes sans analyse, montre le chercheur.

Il a analysé 1 446 trajets effectués par le bus numéro 38, qui suit le même itinéraire que la navette entre la Porte Dung et la Première Station. La moitié des trajets ont duré six minutes ou moins et 90 % ont duré 11 minutes au maximum.

Dr Gideon Stein. (Autorisation)

La navette, dit Gideon Stein, est non seulement beaucoup moins chère qu’un téléphérique, mais aussi plus flexible, avec un deuxième itinéraire possible de la Porte Dung à celle de Jaffa, un point de départ ou d’arrivée très emprunté des touristes. Les bus font le trajet en 10 minutes environ dans chaque sens.

L’analyste conclut qu’il est possible de réduire les embouteillages avec des méthodes moins coûteuses. Il s’agit notamment de doubler la fréquence des bus publics, de réduire au moins de moitié les intervalles entre les départs des navettes et d’ajouter un service de navettes entre les Portes de Jaffa et de Dung.

L’interdiction des véhicules privés, dont plus de 100 entrent sur la route d’Ophel toutes les heures, réduirait la charge du trafic et libérerait 115 places de parking pour les bus. Un service de navette moderne, explique M. Stein, pourrait facilement transporter plus de 1 000 passagers par heure – le nombre de pointe prévu pour le service de téléphérique.

Bien que le projet ait été présenté comme une initiative de tourisme et de transport, le ministère des Transports n’a pas été impliqué dans sa planification.

Le député Kakhol lavan, Asaf Zamir, à la Knesset à Jérusalem le 14 mai 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Après une seule présentation devant le comité de planification de Jérusalem, le projet a été transféré au Conseil national de planification – un organe accélérateur au sein du ministère des Finances, mis en place pour gérer les grands projets d’infrastructure tels que les lignes de gaz et de chemin de fer qui traversent les frontières des autorités locales.

Asaf Zamir (Kakhol lavan), qui a récemment remplacé Levin au poste de ministre du Tourisme, a décidé de maintenir le projet.

Les opposants au projet attendent la décision d’un recours devant la Haute Cour présenté à la fin du mois dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...