Rechercher

Les enfants de Lev Tahor « souffrent quotidiennement », dit un ex-membre de la secte

Les enfants sont maltraités, affamés et mariés à un très jeune âge", se souvient Yoel Levy ; un policier affirme que les enfants sont forcés de procréer après leur mariage

Des filles de Lev Tahor se promenant à Chatham, en Ontario, en décembre 2013. (capture d'écran : YouTube)
Des filles de Lev Tahor se promenant à Chatham, en Ontario, en décembre 2013. (capture d'écran : YouTube)

Les enfants de la secte Lev Tahor sont confrontés à des « souffrances quotidiennes », a déclaré Yoel Levy, ancien membre de la secte extrémiste Lev Tahor, à la chaîne publique Kan, mercredi, quelques jours après que la police mexicaine a fait une descente dans le complexe du groupe.

« Les enfants sont maltraités quotidiennement, affamés et mariés à un très jeune âge. C’est une souffrance quotidienne de vivre là-bas », a déclaré Levy à la télévision.

Une enquête menée par les autorités mexicaines a révélé que les membres de la secte étaient impliqués dans des affaires de traite d’êtres humains, de viols, de trafic de drogue et d’autres infractions graves. Vingt-six membres du groupe, dont deux de ses dirigeants, ont été arrêtés lors du raid de vendredi, a déclaré le ministère israélien des Affaires étrangères.

Levy, qui a déclaré être né et avoir grandi au sein de la secte juive extrémiste, a quitté le groupe il y a environ quatre ans, alors qu’il n’avait que 16 ans.

Une autre interview réalisée par Kan mercredi a semblé corroborer les affirmations de Levy.

« Nous avons trouvé des preuves très solides de ce qui se passe là-bas – des mariages de filles mineures à l’âge de 12 ans et de garçons à l’âge de 13 ans, les forçant à avoir des enfants immédiatement… et la famine », a déclaré à la chaîne David Tzur, un ancien officier supérieur de la police qui a participé à l’enquête.

Yoel Levy, un ancien membre de la secte Lev Tahor qui s’est échappé en 2018, le 21 mai 2020. (Capture d’écran/Channel 12)

Lev Tahor a été fondé dans les années 1980 par le rabbin Shlomo Helbrans et a été décrit comme le « taliban juif » en raison de ses pratiques extrémistes, notamment le port obligatoire de vêtements extrêmes couvrants pour les femmes et les filles âgées de plus de trois ans et l’interprétation stricte des lois alimentaires juives.

Le groupe a fui au Canada, puis au Guatemala en 2014, après avoir fait l’objet d’une surveillance intense de la part des autorités canadiennes pour des allégations d’abus et de mariage d’enfants.

Une équipe israélienne de quatre personnes, qui comprenait d’anciens agents du Mossad, a aidé la police mexicaine à mener l’enquête ainsi que le raid de vendredi, qui a entraîné la libération d’un garçon de trois ans né dans la secte.

Il a retrouvé son père, Yisrael Amir, qui avait quitté la secte il y a plusieurs années et tentait depuis d’obtenir la garde de son fils. Ils ont atterri à l’aéroport Ben Gurion mardi.

Au début du mois, trois membres de la secte ont été condamnés par un tribunal fédéral américain pour leur rôle dans un enlèvement survenu en 2018, dans le cadre d’une affaire qui a déjà conduit au démantèlement du groupe et à l’incarcération de la plupart de ses dirigeants.

Deux membres de la secte recherchés par la police locale n’étaient pas présents dans l’enceinte au moment du raid et auraient quitté les lieux deux jours plus tôt. Cinq autres membres détenus ont été emmenés dans un centre d’immigration et devraient être expulsés du Mexique dans les prochains jours vers des pays non spécifiés.

Le reste du groupe, titulaire de passeports israéliens, a jusqu’à présent refusé de retourner en Israël. Le ministère des Affaires étrangères a déclaré qu’il pensait que le Mexique accepterait d’expulser le groupe vers Israël, mais il a souligné qu’il tenterait d’éviter une confrontation violente et qu’il continuerait à chercher à convaincre les membres de la secte de retourner en Israël de leur plein gré, ajoutant que le groupe resterait sous la garde du Mexique pendant les trois prochains jours.

Un groupe d’opposition, Lev Tahor Survivors, estime que la secte compte entre 300 et 350 membres, mais ses mouvements, ses machinations et ses plans sont tous obscurs. Plusieurs dizaines de membres du groupe se déplaçaient dans les Balkans au début de l’année.

Certains membres du groupe antisioniste ont demandé l’asile politique en Iran en 2018, et des documents présentés à un tribunal fédéral américain en 2019 ont montré que les dirigeants de la secte ont juré allégeance au chef suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.

Tobias Siegal et Luke Tress ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...