Les Israéliens qui ont récolté 550 000 $ pour la Syrie demandent au gouvernement de s’impliquer davantage
Rechercher

Les Israéliens qui ont récolté 550 000 $ pour la Syrie demandent au gouvernement de s’impliquer davantage

Shivi Froman, du groupe ‘Just Beyond Our Border’, estime que le gouvernement israélien doit intervenir sur le plan humanitaire et politique pour créer une zone sécuritaire au sud de la Syrie

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

L'affiche du groupe de campagne "Just Beyond Our Border" qui collecte des fonds pour les Syriens. (Crédit : autorisation)
L'affiche du groupe de campagne "Just Beyond Our Border" qui collecte des fonds pour les Syriens. (Crédit : autorisation)

Une campagne populaire israélienne a récolté près de 550 000 dollars pour aider les enfants syriens. Désormais, elle fait pression sur le gouvernement pour qu’il s’implique davantage.

Depuis que le groupe « Just Beyond Our Border » [Juste au-delà de nos frontières] ont lancé une collecte de fonds en octobre, plus de 8 000 israéliens ont fait des dons pour aider spécifiquement les enfants, en vêtements, en nourriture et en médicaments.

Selon Shivi Froman, l’un des dirigeants de la campagne, deux convois ont été envoyé dans le pays, ravagé par la guerre, où plus de 320 000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit, il y a six ans.

Cette assistance arrive dans les camps de réfugiés dans le sud de la Syrie grâce à Israël Flying Aid, une organisation à but non lucratif, qui, selon son site internet, « est spécialisée dans l’assistance aux communautés touchées par des catastrophes naturelles et les conflits humains, notamment là où les régimes bloquent l’accès aux organisations humanitaires officielles. »

Il y a six mois, la campagne a également organisé 14 groupes de prières dans tout le pays pour le peuple syrien.

Shivi Froman (autorisation)
Shivi Froman (autorisation)

Après le succès inattendu de cette campagne, Froman et ses associés appellent désormais le gouvernement israélien à intervenir sur le plan humanitaire et politique pour créer une zone sécuritaire.

« Nous voulons que le gouvernement agisse en partenaire et qu’il encourage la création d’une zone sécuritaire [au sud de la Syrie] et ailleurs dans le pays, pour permettre à ceux qui veulent fuir la guerre de trouver refuge », a déclaré Froman au Times of Israël mercredi.

Israël et son voisin du nord sont officiellement en guerre depuis 70 ans, et se sont affrontés au cours de trois conflits. Mais depuis le début de la guerre civile en 2011, l’État juif s’occupe des victimes syriennes, notamment les combattants blessés, même s’il n’a accepté aucun réfugié.

Plus de 2 000 Syriens ont été soignés dans des hôpitaux israéliens depuis 2013, selon l’armée israélienne. Israël gère un hôpital de campagne situé à la frontière entre les deux pays.

La campagne destinée à faire pression sur le gouvernement est menée principalement sur les réseaux sociaux, mais Froman affirme qu’avec ses partenaires, ils envisagent une manifestation devant l’ambassade de Russie à Tel Aviv. En décembre, des centaines d’Israéliens ont formé une chaîne humaine devant l’ambassade, appelant à la fin du conflit.

Les dirigeants de la campagne ‘Just Beyond Our Border’ près des colis envoyés en Syrie. (Crédit : autorisation)
Les dirigeants de la campagne ‘Just Beyond Our Border’ près des colis envoyés en Syrie. (Crédit : autorisation)

La Russie assure l’essentiel de l’aide militaire au régime syrien de Bashar el-Assad.

Mardi une attaque chimique, dans la province d’Idlib, au nord de la Syrie, a fait de nombreuses victimes dont des enfants, ainsi que de nombreux blessés. La communauté internationale, y compris Israël, a attribué cette attaque à l’aviation d’Assad.

Une chambre de l'hôpital de Khan Sheikhoun, une ville syrienne tenue par les rebelles dans la province d'Idleb, après une attaque chimique présumée, le 4 avril 2017. (Crédit : Omar Haj Kadour/AFP)
Une chambre de l’hôpital de Khan Sheikhoun, une ville syrienne tenue par les rebelles dans la province d’Idleb, après une attaque chimique présumée, le 4 avril 2017. (Crédit : Omar Haj Kadour/AFP)

« Avec la révélation des dernières horreurs qui se produisent littéralement juste à côté de nous, il est temps pour le gouvernement de faire quelque chose qui soit israélien, sioniste et juif », a déclaré la campagne mercredi dans un article publié sur Facebook.

Interrogé sur la façon dont les Israéliens donneraient à la Syrie, plutôt qu’à des causes à l’intérieur du pays, Froman a déclaré : « Je suis croyant, un homme religieux et je crois en l’enseignement de nos Sages ‘le monde a été créé pour moi’ – quand quelque chose ne va pas autour de moi, il y a quelque chose qui ne va pas dans mon monde. »

« Et maintenant, en Syrie, il y a un besoin crucial, a-t-il ajouté. C’est quelque chose qui est en dehors des règles du jeu. Cela nous oblige à sortir des sentiers battus en termes de bénéficiaires. »

Froman est le fils du rabbin Menachem Froman, un militant de la paix connu, qui habitait à Tekoa en Cisjordanie, et est décédé en 2013.

Dans un blog publié jeudi dernier par la plateforme anglophone du Times of Israël, Froman a écrit : « Mon père m’a appris que nous sommes nés avec deux mains. Une main pour nous défendre, et la seconde pour répandre la paix, la compassion et l’empathie. Il nous a appris que nos vies devraient être l’applaudissement qui se produit lorsque ces deux mains se rejoignent. Notre vie devrait être une rencontre permanente entre ces motivations conflictuelles. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a « condamné fermement » l’attaque chimique de mardi et a demandé à la communauté internationale de terminer le processus d’élimination de l’arsenal d’armes chimiques de la Syrie.

« Quand j’ai vu des photos, des bébés étouffer à cause d’une attaque chimique en Syrie, j’ai été choqué et indigné. Il n’y a aucune, absolument aucune excuse pour les attaques délibérées contre des civils et des enfants, en particulier avec des armes chimiques cruelles et illégales », a-t-il déclaré.

Le président Reuven Rivlin a rappelé le souvenir de l’Holocauste et a déclaré mardi soir qu’Israël ne pouvait rester indifférent au gazage des civils syriens et s’est proposé d’aider les survivants de la guerre civile.

« En tant que peuple qui a survécu aux plus grandes atrocités et qui s’est relevé de ses cendres pour devenir une nation forte et sûre, nous ferons tout notre possible pour continuer à aider les survivants des horreurs en Syrie », a déclaré le président dans un communiqué.

« Nous ne savons que trop bien à quel point le silence peut être dangereux, et nous ne pouvons pas rester muets », a-t-il ajouté.

L'affiche du groupe de campagne "Just Beyond Our Border" qui collecte des fonds pour les Syriens. (Crédit : autorisation)
L’affiche du groupe de campagne « Just Beyond Our Border » qui collecte des fonds pour les Syriens. (Crédit : autorisation)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...