Rivlin : les horreurs de l’Holocauste obligent Israël à aider les civils syriens gazés
Rechercher
'Nous savons tous trop bien combien le silence est dangereux, et nous ne pouvons pas rester muets'

Rivlin : les horreurs de l’Holocauste obligent Israël à aider les civils syriens gazés

Le président qualifie cette attaque de "tâche qui vient ternir l'humanité entière" et recommande à la communauté internationale d'agir immédiatement pour mettre un terme à la "folie meurtrière"

Le président Reuven Rivlin, à Jérusalem, le 4 avril 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le président Reuven Rivlin, à Jérusalem, le 4 avril 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Evoquant l’Holocauste, le président Reuven Rivlin a déclaré mardi qu’Israël ne pouvait rester indifférent face au gazage de civils syriens et a offert d’aider les survivants de la guerre civile.

« Nous, en tant que population qui avons survécu à l’atrocité pure et qui sommes parvenus à renaître de nos cendres pour devenir une nation forte et sûre, nous ferons tout ce que nous pouvons pour continuer à aider les survivants des horreurs en Syrie, a dit le président dans un communiqué. Nous savons tous trop bien combien le silence est dangereux, et nous ne pouvons pas rester muets. »

Dans la matinée de mardi, des informations ont fait état d’une attaque aérienne aux armes chimiques qui aurait été menée par le régime syrien sur la ville d’Idleb, dans le nord du pays, et qui a tué un grand nombre de civils dont de nombreux enfants.

Des images d’adultes et d’enfants suffoquant sous l’effet de ce qui serait du gaz sarin ont suscité l’indignation dans le monde entier. Les politiciens israéliens de gauche comme de droite ont condamné l’attaque, et appelé la communauté internationale à réagir.

« Les images qui nous parviennent aujourd’hui de Syrie et les informations portant sur le massacre d’enfants, de civils, par des armes chimiques, ternissent toute l’humanité, a déclaré Rivlin. La communauté internationale toute entière doit se rassembler pour mettre un terme à cette folie meurtrière, et garantir que de telles scènes ne se répéteront jamais nulle part. »

Des enfants syriens soignés après une attaque à l'arme chimique présumée à Khan Sheikhun, une ville tenue par les rebelles de la province d'Idleb, le 4 avril 2017. (Crédit : Mohamed al-Bakour/AFP)
Des enfants syriens soignés après une attaque à l’arme chimique présumée à Khan Sheikhun, une ville tenue par les rebelles de la province d’Idleb, le 4 avril 2017. (Crédit : Mohamed al-Bakour/AFP)

Le président a vivement recommandé aux dirigeants des plus grandes puissances mondiales « d’agir maintenant, sans délais, pour stopper ces actes criminels et meurtriers commis en Syrie par la main du régime d’Assad, et d’œuvrer très vite pour supprimer tous les stocks d’armes chimiques présents sur le territoire syrien. »

Moshe Kahlon, ministre des Finances, a joint sa voix à celle du président, demandant à Israël de passer à l’action tout en affirmant que l’état Juif en a les capacités.

« Un génocide est en cours en Syrie, a déclaré Kahlon. Le massacre directement dirigé contre les enfants exige une action sans compromis pour la destruction du régime d’Assad. »

« Israël, l’Etat du peuple juif, doit endosser sa responsabilité morale et ouvrir ses portes pour soigner les enfants qui sont victimes de génocides. Nous ne manquons ni des ressources, ni de la détermination morale », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...