Les Juifs de Boston inaugurent le mémorial COVID-19 pour « perte insurmontable »
Rechercher

Les Juifs de Boston inaugurent le mémorial COVID-19 pour « perte insurmontable »

La communauté lors de la récente journée de jeûne juif a fait le deuil des victimes du COVID-19 et inauguré un jardin commémoratif dans un complexe historique de 42 cimetières

  • Le mémorial COVID-19 installé au cimetière de Baker Street à Boston, Massachusetts, le 12 juillet 2020. (Elan Kawesch/The Times of Israel)
    Le mémorial COVID-19 installé au cimetière de Baker Street à Boston, Massachusetts, le 12 juillet 2020. (Elan Kawesch/The Times of Israel)
  • Le mémorial COVID-19 installé dans les cimetières juifs de Baker Street à Boston, Massachusetts, le 12 juillet 2020. (Elan Kawesch/The Times of Israel)
    Le mémorial COVID-19 installé dans les cimetières juifs de Baker Street à Boston, Massachusetts, le 12 juillet 2020. (Elan Kawesch/The Times of Israel)
  • Le mémorial COVID-19 installé dans les cimetières juifs de Baker Street à Boston, Massachusetts, le 12 juillet 2020. (Elan Kawesch/The Times of Israel)
    Le mémorial COVID-19 installé dans les cimetières juifs de Baker Street à Boston, Massachusetts, le 12 juillet 2020. (Elan Kawesch/The Times of Israel)
  • Le mémorial COVID-19 installé dans les cimetières juifs de Baker Street à Boston, Massachusetts, le 12 juillet 2020. (Elan Kawesch/The Times of Israel)
    Le mémorial COVID-19 installé dans les cimetières juifs de Baker Street à Boston, Massachusetts, le 12 juillet 2020. (Elan Kawesch/The Times of Israel)

BOSTON – La communauté juive de Boston a inauguré la semaine dernière un mémorial COVID-19 au cœur d’un cimetière historique, à l’occasion d’une journée de deuil inscrite au calendrier juif.

La cérémonie et l’inauguration du mémorial du 9 juillet ont été visionnées par des centaines de personnes, grâce à l’imagination de la rabbine Suzanne Offit. Intitulée « Un temps de deuil : le deuil commun au temps du COVID », la réunion pré-enregistrée comprenait des psaumes de deuil et des paroles de réconfort de la part des chefs de communauté.

« La rupture dans les pratiques communautaires juives est si profonde », a déclaré Mme Offit. « Nous ne pouvions pas rendre visite aux malades. Nous ne pouvions pas enterrer les morts. Nous ne pouvions pas réconforter les personnes en deuil », a déclaré Offit au Times of Israel.

Formée au Hebrew College, près de Boston, Offit a été aumônière en soins palliatifs auprès de Hebrew Senior Life pendant 14 ans. Au début de la pandémie, elle a été frappée par l’impact du COVID-19 sur la communauté juive.

Le mémorial COVID-19 installé au cimetière de Baker Street à Boston, Massachusetts, le 12 juillet 2020. (Elan Kawesch/The Times of Israel)

Selon Mme Offit, les coutumes rendues impossibles par la pandémie constituent « toutes les choses qui sont si fondamentales pour vivre dans une communauté », a-t-elle déclaré. « Et les rabbins sont inondés par leur propre chagrin et leur peur ».

La graine du jardin a été plantée en avril, lorsque Offit a effectué une visite d’écoute informelle de la communauté juive de Boston. On avait le sentiment qu’une « perte insurmontable » était en train de se produire, sans qu’aucune fin ne soit en vue.

« Il nous manque vraiment quelque chose », a déclaré Mme Offit à un groupe de responsables municipaux. « Nous devons réagir. »

Après avoir décidé d’organiser une commémoration le 17 Tammuz, le don d’une grande pierre commémorative et de deux bancs a été fait par le Slotnick, Canter, Schneider Memorial Group. Un groupe de rabbins a aidé Offit à instaurer la cérémonie, qui s’est ouverte et s’est terminée par une interprétation bouleversante du psaume 23.

La communauté n’a pas pu se réunir physiquement pour assister à l’“inauguration” à Baker Street, mais le jardin commémoratif restera dans le cimetière pour un usage futur.

Les cimetières juifs de Baker Street sont sous la gestion de l’Association des cimetières juifs du Massachusetts. Au XIXe siècle, les terrains abritaient la Brook Farm, une expérience utopique de vie en communauté. Le terrain comprend 42 cimetières juifs en service depuis les années 1920, chacun d’eux étant relié à une route d’accès centrale.

Le mémorial COVID-19 a été placé au milieu d’un petit rond-point au bout de la route d’accès, devant une rangée de bâtiments de la taille d’une chapelle, autrefois entretenus par des congrégations et des associations en grande partie disparues.

« Les derniers interlocuteurs »

Au début du confinement du COVID-19, Offit travaillait avec le personnel de Hebrew Senior Life, l’aidant à faire face à sa peur et à son chagrin. Fin mars, elle a elle-même développé des symptômes de type COVID et a été mise en quarantaine.

Le mémorial COVID-19 installé dans les cimetières juifs de Baker Street à Boston, Massachusetts, le 12 juillet 2020. (Elan Kawesch/The Times of Israel)

« Nous devons tout arrêter et éprouver de la peine, ce qui ressemble à la grippe elle-même », a déclaré Mme Offit. « Nous souffrons beaucoup depuis de nombreux mois maintenant et nous ne pouvons pas nous étreindre ».

Le jeûne du 17 Tammuz, a déclaré Offit, a offert « un moment particulier de notre tradition, un jour réservé au deuil public collectif ».

La femme rabbin Suzanne Offit. (Autorisation)

L’un des deux bancs a été placé en l’honneur des « derniers intervenants », ces saints ouvriers chargés de s’occuper des morts et de les enterrer, a déclaré Offit. L’autre banc a été placé en l’honneur des soignants des patients du COVID-19.

Depuis la cérémonie de la semaine dernière, certaines personnes ont fait part de leurs réactions à Offit.

« Je ne savais pas à quel point j’avais besoin de ça », disaient les mots que Mme Offit a entendus de plusieurs personnes.

Sur Facebook, Paula Sinclair, membre de la communauté, a remercié les personnes à l’origine du mémorial COVID-19, ayant visité le terrain avec un membre de sa famille la veille.

« [Nous] sommes allés visiter le nouveau mémorial hier soir, et pour nous, c’était notre premier témoignage visuel de la mort de mon père », a déclaré Sinclair. Merci de m’avoir appris le terme ‘derniers intervenants’. Je suis si reconnaissant envers ces braves personnes qui ont travaillé sans relâche pour s’assurer que toutes les victimes bénéficient d’un enterrement approprié à Boston ».

Le mémorial COVID-19 installé dans les cimetières juifs de Baker Street à Boston, Massachusetts, le 12 juillet 2020. (Elan Kawesch/The Times of Israel)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...