Rechercher

Les Palestiniens « pas seuls » dans leur lutte contre Israël, selon Hossein Salami

Selon le général, la "puissance de la résistance palestinienne" est plus développée qu'avant et les groupes armés ont désormais la capacité de "mener des guerres de grande ampleur"

Le commandant des Gardiens de la révolution iraniens, le général de division Hossein Salami, s'exprime au musée de la Révolution islamique et de la Sainte Défense de Téhéran, lors du dévoilement d'une exposition de ce que l'Iran dit être des drones américains et autres capturés sur son territoire, le 21 septembre 2019. (Atta Kenare/AFP)
Le commandant des Gardiens de la révolution iraniens, le général de division Hossein Salami, s'exprime au musée de la Révolution islamique et de la Sainte Défense de Téhéran, lors du dévoilement d'une exposition de ce que l'Iran dit être des drones américains et autres capturés sur son territoire, le 21 septembre 2019. (Atta Kenare/AFP)

Le général Hossein Salami, chef des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique d’Iran, a affirmé samedi que les Palestiniens n’étaient « pas seuls » dans leur lutte contre Israël.

« Aujourd’hui, toutes les capacités du jihad contre les sionistes sont sur place en formation unie pour travailler afin de libérer Jérusalem et faire respecter les droits des Palestiniens », a déclaré le général Salami selon un communiqué publié sur le site des Gardiens, Sepah News.

La branche armée du groupe terroriste du Jihad islamique, les brigades Al-Qods, ont affirmé vendredi avoir tiré plus de 100 roquettes vers le sol israélien qu’il ne s’agissait que d’une « première réponse » à l’assassinat d’un de ses chefs, Tayssir Al-Jabari, dans une frappe israélienne.

« Nous sommes avec vous jusqu’au bout sur cette voie, et faites savoir à la Palestine et aux Palestiniens qu’ils ne sont pas seuls », a-t-il dit au secrétaire général du Jihad islamique, Ziad al-Nakhala, en visite en Iran, principal soutien du mouvement terroriste palestinien.

Selon le général Salami, la « puissance de la résistance palestinienne » est plus développée qu’avant et les groupes armés ont désormais la capacité de « mener des guerres de grande ampleur ».

Samedi, le président iranien Ebrahim Raïssi a déclaré dans un communiqué qu’Israël avait « de nouveau montré au monde sa nature d’occupant et d’agresseur ».

Le candidat à la présidentielle iranienne Ebrahim Raissi, pendant un rassemblement de campagne à Eslamshahr, au sud-ouest de Téhéran, en Iran, le 6 juin 2021. (Crédit : Vahid Salemi/AP)

Cette semaine, Salami a averti qu’Israël pourrait être confronté à de massifs barrages de roquettes en provenance du Liban, à l’initiative du Hezbollah alors que les tensions entre Jérusalem et le groupe terroriste libanais soutenu par Téhéran concernant une frontière maritime contestée ne cessent de croître.

« Au Liban, des dizaines de milliers, voire plus de cent mille missiles, sont prêts à être tirés dans le but de créer un enfer pour les sionistes au moment de faire advenir la prédestination divine », a déclaré Salami, cité jeudi par l’agence de presse Tasnim.

Il a averti que toute « erreur » de la part d’Israël inciterait le Hezbollah à lancer une offensive militaire, selon l’agence de presse semi-officielle Fars.

Salami a fait ces remarques lors des funérailles de plusieurs officiers du Corps des Gardiens de la Révolution islamique tués en Syrie, où l’Iran et le Hezbollah ont combattu au nom du dictateur syrien Bachar Assad durant la guerre civile.

Les milliers de personnes qui se sont rassemblées dans les rues de Téhéran pour les funérailles ont brandi des drapeaux rouges pour marquer l’Achoura – une commémoration de la mort, au VIIe siècle, du petit-fils du prophète Mahomet, Hussein, une figure vénérée de l’islam chiite. Les slogans « Mort à l’Amérique » et « Mort à Israël » ont résonné dans la foule.

Les commentaires du chef du Corps des Gardiens de la Révolution islamique font suite aux récentes menaces du Hezbollah concernant l’extraction israélienne de gaz naturel dans une région maritime revendiquée par le Liban, notamment l’avertissement selon lequel les « cibles » terrestres et maritimes israéliennes sont à portée des missiles de l’organisation terroriste chiite. Israël aurait averti que toute action du Hezbollah contre le gisement de gaz offshore de Karish donnerait lieu à une réponse militaire musclée.

Le mois dernier, le Hezbollah a envoyé plusieurs drones à Karish, qui ont tous été abattus par Tsahal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...