L’Espagne rejette des milliers de demandes de citoyenneté de juifs sépharades
Rechercher

L’Espagne rejette des milliers de demandes de citoyenneté de juifs sépharades

Madrid aurait rejeté 3 000 demandes au cours des derniers mois et n'aurait pas répondu à 17 000 autres personnes qui demandent la nationalité espagnole en vertu de la loi de 2015

Un drapeau espagnol sur un rebord de fenêtre avec un ruban noir à Madrid, le 12 avril 2020. (AP Photo/Bernat Armangue)
Un drapeau espagnol sur un rebord de fenêtre avec un ruban noir à Madrid, le 12 avril 2020. (AP Photo/Bernat Armangue)

L’Espagne a largement rejeté les demandes de citoyenneté des descendants des juifs séfarades expulsés du pays il y a plus de 500 ans, selon le New York Times.

Le gouvernement espagnol a étendu la citoyenneté à 34 000 personnes depuis l’avancement de la loi de 2015 visant à réparer « l’erreur historique » commise par l’Espagne lorsqu’elle a forcé sa population juive à se convertir ou à s’exiler en 1492.

Mais selon le New York Times, qui cite des données du gouvernement espagnol, alors qu’un seul demandeur s’est vu refuser la citoyenneté avant cette année, 3 000 demandes ont été soudainement rejetées au cours des derniers mois et 17 000 autres n’ont reçu aucune réponse.

Le ministère espagnol de la Justice a défendu les rejets, déclarant au journal que ceux qui remplissaient les critères « sont de nouveau les bienvenus dans leur pays, mais de la même manière, ceux qui ne remplissent pas les conditions verront que leur demande est rejetée comme ce serait le cas dans n’importe quel autre processus. »

« Cela m’a fait l’effet d’un coup de poing dans les tripes », a confié au journal Maria Sánchez, 60 ans, du Nouveau-Mexique, dont la demande a été rejetée. « Vous avez mis mes ancêtres à la porte, maintenant vous recommencez ».

Le Portugal et l’Espagne ont tous deux adopté en 2015 des lois accordant la citoyenneté aux descendants des Juifs séfarades, des mesures qui, selon les deux gouvernements, visaient à expier l’expulsion de centaines de milliers de Juifs de la péninsule ibérique pendant l’Inquisition.

Le tribunal de l’Inquisition espagnole, une œuvre du 19e siècle de l’artiste espagnol Francisco Goya. (Wikimedia Commons/CC BY)

La fenêtre de la loi espagnole était censée se fermer en 2019, mais a été prolongée jusqu’en septembre 2021 pour ceux qui ont entamé le processus juridique. La loi portugaise n’est pas limitée dans le temps.

Dans les deux pays, le gouvernement a décrit la loi comme un acte d’expiation pour la persécution et l’expulsion massive des Juifs pendant l’Inquisition qui a débuté au 15e siècle. De nombreux Juifs ont été convertis de force au christianisme.

Le terme « sépharade » signifie littéralement « espagnol » en hébreu. On estime que les Juifs séfarades représentent entre un cinquième et un tiers des quelque 13 millions de Juifs dans le monde. Pendant des siècles, les communautés juives sépharades ont conservé leurs coutumes et la langue ladino.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...