Rechercher

Un ex-maire adjoint de Tel Aviv mis en cause dans un scandale sexuel

Arnon Giladi, qui siège toujours au conseil municipal, aurait payé un adolescent de 15 ans pour des relations sexuelles, rencontrant la victime régulièrement pendant six mois

Arnon Giladi, ancien maire adjoint de Tel Aviv et président de la branche Likud de la ville. (Autorisation : Arnon Giladi)
Arnon Giladi, ancien maire adjoint de Tel Aviv et président de la branche Likud de la ville. (Autorisation : Arnon Giladi)

Cela faisait des semaines que la victime accusait un ancien haut fonctionnaire municipal de l’avoir payée pour des relations sexuelles lorsqu’elle était âgée de 15 ans.

Mais mercredi et jeudi, plusieurs médias israéliens ont mis un nom et un visage sur cette personnalité publique, désignant l’ancien adjoint au maire de Tel Aviv, Arnon Giladi, actuel membre du conseil municipal pour le Likud. La révélation a été autorisée par un tribunal de Tel Aviv bien qu’Arnon Giladi n’a, pour le moment, pas été inculpé.

Dans une interview accordée mercredi au quotidien Israel Hayom, « Yair » – dont le vrai nom n’a pas été révélé – a déclaré avoir quitté ses parents à l’âge de 13 ans et avoir vécu dans les rues de Tel Aviv.

Afin de gagner de l’argent pour se nourrir, il explique n’avoir pas eu d’autre choix que de se prostituer. Et, à l’âge de 15 ans, il affirme avoir rencontré Arnon Giladi.

« Il est arrivé dans sa voiture, je me souviens qu’il y avait une odeur horrible à l’intérieur et qu’il était très nerveux », se souvient Yair, avant d’ajouter : « Il me payait 250-300 shekels, et j’allais acheter de l’alcool afin d’estomper ce que je vivais. Je voulais seulement que ça s’arrête. Il ne m’attirait pas, il me dégoûtait. » Yair précise avoir vu Arnon Giladi une fois par semaine pendant six mois, une façon de se garantir un minimum de revenus pour se nourrir, dit-il.

« Il faut comprendre que pour s’en sortir, on a besoin de prendre de l’alcool ou de la drogue pour oublier ce qu’on a vécu », a-t-il déclaré ensuite, expliquant comment sa vie s’était détériorée après sa rencontre avec Arnon Giladi, qui fut l’un de ses premiers clients.

Après plusieurs années dans la rue, Yair a trouvé un refuge et a entamé un processus de réhabilitation. Un jour, alors qu’il marchait dans la rue, il a aperçu une photo d’Arnon Giladi et s’est figé. Il a pris une photo de l’image et l’a envoyée à son assistante sociale, lui expliquant que cet homme avait payé pour avoir des relations sexuelles avec lui lorsqu’il était mineur. Mais il a par la suite voulu oublier et se concentrer sur sa guérison.

Quelques années plus tard, à l’âge de 24 ans, il a eu une altercation avec Arnon Giladi. Le conseiller municipal de Tel Aviv a croisé Yair, qui était dans la rue devant chez lui, et lui a fait signe. Yair l’a rejoint dans sa voiture et a enregistré leur conversation. Il lui a demandé s’il était Arnon Giladi. Le conseiller a répondu par la négative, affirmant qu’il ne s’appelait pas ainsi, et a offert 150 shekels à Yair. Le jeune homme a quitté les lieux avant que l’interaction ne se développe davantage, a-t-il déclaré à Israel Hayom.

De son côté, Arnon Giladi nie les accusations de Yair.

Le cinéaste Gal Uchovsky à la Knesset, le 4 juin 2012. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Ces dernières semaines, lorsque des allégations d’inconduite sexuelle ont été portées contre le président de la Jeunesse gay israélienne, Gal Uchovsky, et le conseiller municipal de Tel Aviv, Etai Pinkas Arad – deux éminents militants LGBTQ qui ont démissionné de leur poste suite aux allégations portées contre eux -, Yair a décidé de confronter Arnon Giladi sur ce qu’il lui avait fait.

« Nous nous sommes rencontrés dans un café de Tel Aviv et je lui ai lancé des accusations. Je lui ai parlé des conséquences de ses actes et de la façon dont il m’a fait me détester. Il a immédiatement su qui j’étais et s’est souvenu des faits, mais il était surtout occupé à se plaindre à moi de ses problèmes familiaux et des problèmes de santé de certains de ses proches », a raconté Yair à Israel Hayom.

« J’ai filmé la rencontre avec une caméra cachée, ce qu’il a soupçonné, mais juste avant que nous nous séparions, il a essayé de me toucher à nouveau », a-t-il ajouté.

Par la suite, Yair explique qu’Arnon Giladi lui a envoyé un message pour lui dire qu’il était heureux de l’avoir rencontré. Le lendemain, l’ancien maire adjoint a contacté Yair pour l’inviter à dîner, mais ce dernier a refusé, pensant qu’Arnon Giladi profiterait de cette rencontre pour le faire taire.

L’interview a suscité de nombreuses réactions, le maire de Tel Aviv Ron Huldai qualifiant de sérieuses les allégations contre Arnon Giladi.

« La vérité doit être clarifiée par les forces de l’ordre et, si des actes criminels ont été commis, il doit être poursuivi. Il est important de dire en principe – il n’y a aucune tolérance pour les agressions sexuelles de toute sorte, d’autant plus quand il s’agit de garçons et de filles », a-t-il tweeté.

Bien qu’il ne soit plus adjoint au maire, Arnon Giladi reste membre du conseil municipal de Tel Aviv et il n’est pas certain que Ron Huldai ait le pouvoir de le renvoyer.

« Les preuves qui continuent d’être publiées au sujet des agressions sexuelles dans la communauté LGBT nous rappellent une fois de plus combien il est important de s’exprimer », a déclaré la présidente du Parti travailliste Merav Michaeli dans un communiqué. « Je crois les victimes. Maintenant, la police doit épuiser toutes les procédures, et nous, en tant que société, devons faire en sorte que cela cesse de se produire. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...