L’homme arrêté pour un post ‘sarcastique’ sur les incendies criminels est resté en prison
Rechercher

L’homme arrêté pour un post ‘sarcastique’ sur les incendies criminels est resté en prison

Des militants prévoient de protester contre la décision prise par le Tribunal de Beersheba, affirmant que la publication sur Facebook a été mal traduite et mal interprétée

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Une photo d'illustration d'un individu utilisant une application mobile Facebook (Crédit : CC BY melenita2012/Flickr)
Une photo d'illustration d'un individu utilisant une application mobile Facebook (Crédit : CC BY melenita2012/Flickr)

Un Arabe israélien arrêté après avoir semblé soutenir les incendies criminels sur sa page Facebook est resté incarcéré durant tout le week-end, malgré les affirmations selon lesquelles sa déclaration aurait été clairement empreinte de sarcasme.

Le Tribunal de Première instance de Beer Sheva a décidé, dans la nuit de samedi, de prolonger la détention du suspect, âgé de 24 ans, qui est originaire de la ville de Rahat, à majorité bédouine, au moins jusqu’à lundi.

Il avait été arrêté vendredi après avoir appelé en arabe les “voyous ” à mettre le feu aux forêts d’Israël. Il y a eu un effort national visant à réprimer les individus impliqués dans les incendies qui n’ont cessé de se propager dans le pays au cours de la semaine dernière.

En tout, ce sont 35 personnes qui ont été arrêtées depuis jeudi, soupçonnées d’avoir mis le feu ou d’avoir incité d’autres à le faire.

Plus de 15 des personnes appréhendées étaient des Palestiniens qui ont été arrêtés par l’armée israélienne et par le service de sécurité du Shin Bet, a indiqué un porte-parole de l’armée, tandis qu’au moins 10 individus incarcérés sont des Arabes israéliens, selon des rapports émis par les médias hébreux.

Mais des membres de la Knesset issus de la Liste arabe unie ont appelé à ce que cet habitant de la ville de Rahat soit immédiatement libéré, clamant que son post paru sur Facebook était sarcastique et que sa signification avait été desservie par une mauvaise traduction.

La vue d'une route à Rahat le 18 août 2015. (Crédit : Parush/Flash90)
La vue d’une route à Rahat le 18 août 2015. (Crédit : Parush/Flash90)

Son conseil de défense a soumis un appel à la décision du Tribunal et une audience se tiendra dimanche pour décider de son éventuel maintien en détention préventive.

Des activistes arabes israéliens ont indiqué qu’ils prévoyaient d’organiser une veille aux abords du Tribunal durant l’audience.

Le parlementaire Taleb Abu Arar de la Liste arabe unie a expliqué, dimanche, qu’il avait déposé une requête officielle demandant la présence d’un traducteur professionnel au sein du Tribunal.

Le post, lu par le Times of Israel, semble être écrit dans un style excessivement dramatique, avec un ton sarcastique, tournant en dérision les réelles incitations.

La publication appelle également à un boycott de la Turquie qui a envoyé des aides dans la lutte contre les incendies et s’achève par le hashtag, « Sarcasme, pas sérieux ».

L’individu appréhendé possède une licence en économie et une maîtrise en communication. Il enseigne la photographie aux jeunes de sa ville.

Le président de la Ligue arabe unie Aymen Odeh (à droite)  s'adresse aux Parlementaires du parti lors d'une réunion hebdomadaire de la faction, le 31 octobre 2016 (Crédit : Raoul Wootliff/Times of Israel)
Le président de la Ligue arabe unie Aymen Odeh (à droite) s’adresse aux Parlementaires du parti lors d’une réunion hebdomadaire de la faction, le 31 octobre 2016 (Crédit : Raoul Wootliff/Times of Israel)

Odeh a indiqué vendredi qu’il oeuvrait à faire libérer d’autres Arabes qui, pense-t-il, ont été arrêtés par erreur pour les incendies criminels.

“Seulement durant les périodes les plus sombres de l’histoire, comme cela a été le cas durant la période la plus noire en Europe, les minorités sont injustement blâmées avant que les faits et la réalité ne s’imposent d’eux-mêmes », a-t-il expliqué dans un communiqué.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré vendredi qu’ ”il n’y avait aucun doute sur le fait” que certains des incendies avaient été allumés de manière délibérée. « Il y a un prix à payer pour les crimes commis, il y a un prix à payer pour le terrorisme par le feu », a-t-il annoncé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...