Liberman bloque la livraison de fioul à Gaza
Rechercher

Liberman bloque la livraison de fioul à Gaza

La semaine dernière, le point de passage de Kerem Shalom avait été partiellement réouvert après une diminution de la violence, mais le nombre d’attaques a de nouveau augmenté

Un camion chargé de marchandises entre dans la bande de Gaza depuis Israël via le passage de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 15 mars 2015. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Un camion chargé de marchandises entre dans la bande de Gaza depuis Israël via le passage de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 15 mars 2015. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Mercredi, le ministre de la Défense Avidgor Liberman a ordonné un gel de toutes les livraisons de fioul et de gaz vers Gaza à travers le principal point de passage de biens pour l’enclave. Il s’agit là d’une réponse aux attaques de ballons incendiaires et la violence continue à la frontière entre Israël et Gaza.

La fermeture continuera jusqu’à nouvel ordre, ont déclaré des officiels israéliens alors que les pompiers ont dû combattre sept incendies séparés à proximité de la frontière de Gaza. Les incendies ont été causés par des ballons incendiaires, selon les responsables de pompiers.

Au cours des derniers jours, on a trouvé des ballons de plus en plus loin de la bande de Gaza. Certains sont même tombés dans la ville du sud de Beer Sheva.

Ces dernières semaines, le point de passage était fermé pour toutes les marchandises à l’exception de livraisons d’aide humanitaire. Il avait été réouvert la semaine dernière après que des officiels ont remarqué une diminution sensible des attaques incendiaires depuis Gaza.

Après avoir donné l’ordre d’assouplir la fermeture la semaine dernière, le bureau de Liberman a dit que le point de passage sera seulement réouvert totalement quand la violence le long de la frontière aura complètement cessé.

« Les activités au point de passage seront examinées dans les prochains jours en respect d’un décret sur les activités terroristes et les provocations. Le retour du point de passagage de Kerem Shalom à un fonctionnement normal dépend de l’arrêt total des lancers de ballons et des affrontements à la frontière », a déclaré son bureau.

Le communiqué précisait que « des membres connus du Hamas » étaient responsables des émeutes à la frontière tout comme des attaques incendiaires.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas contrôle la bande de Gaza.

Ballons incendiaires lancés en Israël depuis la bande de Gaza en mai 2018. (Capture d’écran : Quds news)

Israël a fermé le point de passage le 9 juillet, en réponse à la violence continue à Gaza qui se manifeste principalement par des attaques incendiaires avec des cerfs-volants et des ballons transportant des engins incendiaires, des émeutes classiques le long de la barrière de sécurité et parfois de tirs de mortiers ou de roquettes.

Au départ, la nourriture, le matériel médical et le fioul étaient les seuls biens autorisés à passer. Le 16 juillet, Israël a limité plus encore le transfert de biens à travers le point de passage, arrêtant l’approvisionnement en gaz et en fioul vers la bande de Gaza. Cette décision a entraîné de l’inquiétude quant à l’impact grave qu’elle pourrait avoir sur la situation des hôpitaux déjà très difficile dans l’enclave côtière.

La bande de Gaza est soumise à un blocus israélo-égyptien que les deux pays considèrent nécessaire pour empêcher le Hamas de faire passer des armes en contrebande, comme il a souvent tenté de le faire.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman visite le poste-frontière de Kerem Shalom, le 22 juillet 2018 (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)

Au cours des deux dernières semaines, Liberman et d’autres officiels israéliens ont clairement exprimé qu’Israël était prêt à aller en guerre afin de mettre un terme à la violence quotidienne le long de la frontière de Gaza.

« Israël est-il intéressé par une guerre contre le Hamas dans la bande de Gaza ? La réponse est non. Avons-nous peur de lancer une campagne dans la bande de Gaza ? Ici aussi, la réponse est non », a déclaré Liberman à des hauts responsables de l’armée, la semaine dernière.

Le ministre de la Défense a affirmé qu’Israël avait « tout fait pour empêcher une guerre dans la bande de Gaza ».

« Tout ce qui va se passer dans la bande de Gaza est de la seule responsabilité du Hamas », a-t-il déclaré.

Depuis le 30 mars, le sud d’Israël a été frappé par de nombreux incendies déclenchés par des cerfs-volants et des ballons incendiaires. De larges étendues de terre ont brûlé, entraînant pour des millions de shekels de dégâts, selon des officiels israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...