Rechercher

L’Iran estime que ses exercices militaires découragent les « menaces vides » d’Israël

Le porte-parole du Corps des gardiens de la révolution affirme qu'Israël a modéré sa rhétorique depuis que Téhéran a organisé des exercices majeurs

Cette photo publiée mardi 12 octobre 2021 par l'armée iranienne montre le tir d'un missile lors d'un exercice militaire dans un lieu non divulgué en Iran. (Armée iranienne via AP)
Cette photo publiée mardi 12 octobre 2021 par l'armée iranienne montre le tir d'un missile lors d'un exercice militaire dans un lieu non divulgué en Iran. (Armée iranienne via AP)

Le porte-parole du Corps des gardiens de la révolution islamique a déclaré samedi que la récente démonstration de force de l’Iran lors d’exercices militaires avait un effet dissuasif sur les « menaces vides » d’Israël contre Téhéran.

Le général de brigade Ramezan Sharif a affirmé qu’Israël avait modéré sa rhétorique contre l’Iran à la suite des exercices militaires organisés par Téhéran.

Le mois dernier, Téhéran a organisé un exercice annuel de cinq jours qui s’est achevé par le tir de plusieurs missiles balistiques. Selon les généraux, il s’agissait d’un avertissement à Israël et d’un simulacre de frappe sur l’installation nucléaire israélienne.

« Après l’exercice, le Premier ministre sioniste a officiellement ordonné à ses militaires de ne pas parler du tout de l’Iran », a affirmé M. Sharif dans une interview accordée à la chaîne d’information al-Alam, citée par l’agence de presse Fars.

M. Sharif a déclaré que l’Iran estimait qu’Israël souhaitait mener des frappes contre son programme nucléaire, mais que l’emplacement des sites l’en empêcherait.

« Qu’ils agissent ou non, notre évaluation est que [les menaces] sont des discours destinés à des gains politiques, en particulier pour surmonter leurs problèmes dans leurs terres occupées, ce qui les pousse à essayer de distraire [la population] avec une question extérieure », a déclaré Sharif.

Le porte-parole du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran, le général de brigade Ramezan Sharif, le 3 janvier 2020. (Capture d’écran)

Israël aurait approuvé un budget de quelque 5 milliards de NIS destiné à préparer l’armée à une éventuelle frappe contre le programme nucléaire iranien.

Ce montant comprend des fonds pour divers types d’avions, des drones de collecte de renseignements et des armements uniques nécessaires à une telle attaque, qui devrait viser des sites souterrains lourdement fortifiés.

Les commentaires de Sharif sont intervenus un jour après que l’Iran a exposé trois missiles balistiques sur une esplanade de prière en plein air dans le centre de Téhéran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...