Londres va resserrer ses liens économiques avec le monde arabe – selon Boris Johnson
Rechercher

Londres va resserrer ses liens économiques avec le monde arabe – selon Boris Johnson

Le secrétaire d’État aux affaires étrangères a qualifié le Moyen-Orient “d’immense opportunité” pour le Royaume-Uni post-Brexit et souligné que le conflit israélo-palestinien n’est pas le seul problème connu dans la région

Boris Johnson, ministre des Affaires étrangères britannique, à sa sortie du 10 Downing Street, le 13 juillet 2016. (Crédit : Oli Scarff/AFP)
Boris Johnson, ministre des Affaires étrangères britannique, à sa sortie du 10 Downing Street, le 13 juillet 2016. (Crédit : Oli Scarff/AFP)

Le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères Boris Johnson a expliqué que Le Royaume-Uni cherchera à resserrer ses liens économiques avec le monde arabe dans le sillage de la décision choc prise par le Royaume Uni de quitter l’Union européenne, au début de l’année.

S’adressant à une délégation d’ambassadeurs arabes en marge de la conférence du Parti Conservateur, la semaine dernière, Johnson a indiqué que le Moyen-Orient est une région “d’immenses opportunités” pour le Royaume-Uni, selon une vidéo de son discours diffusée par le Middle East Eye basé à Londres, jeudi.

“Nous pensons et je pense certainement, après le Brexit en particulier, et après notre décision d’avoir une nouvelle position dans le monde, que nous devons être plus ouverts sur l’extérieur que cela n’a jamais été le cas auparavant, et plus engagés que jamais auprès du monde arabe », a expliqué Johnson.

Johnson a également reconnu l’importance de la résolution du conflit israélo-palestinien, mais a souligné devant son public arabe que ce dernier n’était “pas le seul problème connu dans la région”.

“Il est absolument vital que nous ne permettions à l’opinion publique britannique de n’entrevoir le monde moyen-oriental et arabe que par le biais de ces problèmes ”, a-t-il ajouté.

L’ancien maire excentrique de Londres, connu pour ses frasques politiques et son style plutôt gaffeur, a été nommé ministre des Affaires étrangères du pays au moment où ce dernier se sépare de l’UE. La majorité des Britanniques se sont exprimés au moins de juin en faveur de la sortie du Royaume-Uni de ce bloc européen constitué de 28 nations.

Dans son discours, Johnson a déclaré aux ambassadeurs que les “investissements énormes, énormes” faits par les pays arabes à Londres ont entraîné une “différence énorme” également concernant la réussite économique du Royaume-Uni.

Mais maintenant, a confié Johnson, il est temps de “récupérer le ballon”. Il a salué les liens entretenus par la Royaume-Uni et le monde arabe comme étant le « partenariat économique le plus en croissance que connaisse le pays », et a déclaré que l’augmentation des exportations britanniques dans le monde arabe ont surpassé celles existant dans les partenariats similaires établis partout dans le monde, l’UE comprise.

Johnson a déclaré d’un ton malicieux que le Royaume-Uni vend des Rolls Royces au Koweït, du sable à l’Arabie Saoudite et des “sous-vêtements britanniques partout dans le monde ».

“C’est le type de partenariat que nous avons, un partenariat qui nous est mutuellement bénéfique”, a-t-il indiqué.
Selon des rapports, Johnson et l’ancien Premier ministre David Cameron ont, il y a quelques jours, réglé leurs différends au bar de l’hôtel King David de Jérusalem.

Cameron et Johnson se trouvaient en Israël pour y assister aux funérailles de l’ancien Premier ministre israélien et président Shimon Peres.

Les deux hommes, issus du Parti conservateurs, à la fois amis et adversaires depuis leur jeunesse passée à Eton et à l’Université d’Oxford, se sont querellés de manière spectaculaire lorsque Johnson est devenu le plus ardent défenseur de la campagne du Brexit contre le désir de Cameron.

Après que le “camp du Brexit” de Jonhson, comme on l’a appelé, l’ait emporté, Cameron démissionna dans la foulée de son poste de Premier ministre. Sa remplaçante, la Parlementaire Theresa May, a nommé Johnson au poste prestigieux des Affaires étrangères, tandis Cameron que Cameron a depuis renoncé à ses fonctions de parlementaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...