Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

L’ONU va poursuivre son aide humanitaire aux zones rebelles en Syrie

L'Ocha s'est déclaré "grandement satisfait que le gouvernement syrien ait reconduit son autorisation d'utiliser les postes-frontières de Bab al-Salama et al-Rai jusqu'au 13 novembre"

Des camions chargés d'aide humanitaire de l'ONU pour la Syrie après un tremblement de terre dévastateur atteignent le poste frontière de Bab al-Hawa avec la Turquie, dans la province d'Idlib, en Syrie, le 10 février 2023. (Crédit : AP Photo/Ghaith Alsayed)
Des camions chargés d'aide humanitaire de l'ONU pour la Syrie après un tremblement de terre dévastateur atteignent le poste frontière de Bab al-Hawa avec la Turquie, dans la province d'Idlib, en Syrie, le 10 février 2023. (Crédit : AP Photo/Ghaith Alsayed)

L’ONU va continuer d’acheminer son aide humanitaire aux zones rebelles en Syrie touchées par un terrible séisme en février, via deux postes-frontières avec la Turquie, et est « prête » à reprendre son assistance à travers un troisième passage frontalier bloqué depuis juillet.

Le Bureau des affaires humanitaires (Ocha) s’est déclaré mardi « grandement satisfait que le gouvernement syrien ait reconduit son autorisation d’utiliser les postes-frontières de Bab al-Salama et al-Rai jusqu’au 13 novembre ».

Après le tremblement de terre du 6 février qui a ravagé une partie de la Turquie et de la Syrie, avec plus de 50 000 morts, ONG et opposants avaient critiqué la lenteur de l’arrivée de l’aide onusienne dans ces zones, où la population vivait déjà dans des conditions difficiles avant le drame.

Une semaine plus tard, Damas avait accepté que l’ONU utilise deux autres passages frontaliers avec la Turquie pour acheminer tentes, couvertures et kits anti-choléra.

Cette autorisation de trois mois avait été reconduite en mai et expirait le 13 août.

Selon l’ONU, la Syrie a besoin d’au moins 15 milliards de dollars pour se remettre du séisme qui a fait près de 6 000 morts dans ce pays.

Cette photo prise le 16 février 2023 montre des bâtiments endommagés à Islahiye, près de Gaziantep, après le séisme de magnitude 7,8 qui a frappé une partie de la Turquie et de la Syrie. (Crédit : Zein Al RIFAI / AFP)

En outre, le Conseil de sécurité avait voté en 2014 une résolution sur un mécanisme d’utilisation de quatre postes-frontières pour passer de l’aide aux régions rebelles du nord et du nord-ouest de la Syrie où vivent plus de quatre millions de personnes.

Mais sous la pression de la Russie, alliée de Damas, seul le poste de Bab al-Hawa avec la Turquie était resté opérationnel depuis 2020.

La Syrie avait annoncé à la mi-juillet autoriser l’ONU, de nouveau pour six mois, à utiliser Bab el-Hawa mais le Conseil de sécurité ne s’était pas mis d’accord – en raison du veto de Moscou – et l’aide humanitaire n’a pas repris depuis via ce poste-frontière.

Les Nations unies ont désormais besoin du feu vert formel de Damas bien que Bab al-Hawa échappe au gouvernement syrien car il est aux mains du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ancienne branche locale d’Al-Qaïda).

En juillet, l’ambassadeur syrien à l’ONU Bassam Sabbagh avait précisé que la livraison d’aide se ferait « en pleine coopération » avec son gouvernement et à deux conditions: ne « pas communiquer avec les organisations et groupes terroristes du nord-ouest de la Syrie », en référence à HTS, et superviser les opérations par le Comité international de la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge arabe syrien.

Des conditions « inacceptables » pour l’ONU.

Mais mardi, le porte-parole adjoint du secrétaire général Antonio Guterres a fait état de « communications » diplomatiques avec Damas à propos de Bab al-Hawa.

« Nous travaillons avec le gouvernement syrien pour résoudre toutes les questions. A ce stade, nous sommes prêts à reprendre nos opérations d’aide », a annoncé Farhan Haq, refusant toutefois de « confirmer » si l’ONU était effectivement « en mesure d’utiliser Bab al-Hawa ».

La Syrie est ravagée par une guerre civile depuis 2011 qui a fait un demi-million de morts, déplacé des millions de personnes et morcelé le pays.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.