Mandelblit : l’enquête de la CPI sape la légitimité de la cour
Rechercher

Mandelblit : l’enquête de la CPI sape la légitimité de la cour

Le procureur général a déclaré que les responsables juridiques israéliens suivaient de près l'affaire et étaient "prêts à faire face à toute évolution possible de la cour"

Le procureur général Avichai Mandelblit s'exprime lors d'une manifestation à l'université de Bar-Ilan, le 4 mars 2020. (FLASH90)
Le procureur général Avichai Mandelblit s'exprime lors d'une manifestation à l'université de Bar-Ilan, le 4 mars 2020. (FLASH90)

Le procureur général Avichai Mandelblit a condamné mercredi la décision de la procureure en chef de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerre présumés commis par Israël et les Palestiniens, affirmant que cela portait atteinte à la légitimité de la cour.

« Le choix de la procureure en chef d’ouvrir une enquête contre l’État d’Israël, une nation démocratique et respectueuse des lois, nuit à la légitimité du travail de la cour », a déclaré Mandelblit.

Toutefois, Mandelblit a déclaré que les responsables juridiques israéliens suivaient de près l’affaire et étaient « prêts à faire face à toute évolution possible de la cour ».

La procureure Fatou Bensouda a annoncé sa décision plus tôt dans la journée de mercredi : « L’enquête portera sur les crimes relevant de la compétence de la Cour qui auraient été commis dans la situation depuis le 13 juin 2014 ».

La procureure Fatou Bensouda a assuré que l’enquête serait menée « en toute indépendance, impartialité et objectivité, sans crainte ni parti pris ».

« En définitive, ce sont les victimes tant palestiniennes qu’israéliennes du long cycle de violence et d’insécurité, qui a causé de profondes souffrances et un terrible sentiment », a-t-elle ajouté.

En décembre 2019, la Procureure Fatou Bensouda avait souhaité une enquête complète après une enquête préliminaire de cinq ans, tout en demandant à la CPI de déterminer si sa portée s’étendait aux Territoires palestiniens.

Les juges de la CPI avaient ouvert la voie à une enquête sur des crimes de guerre en statuant le mois dernier que la Cour était compétente pour les faits survenus dans les Territoires palestiniens.

La procureure en chef de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda s’exprime lors de la 18ème session de l’Assemblée des Etats membres de la CPI à la Haye, le 2 décembre 2019. (Crédit : Cour pénale internationale)

« Cette position a reçu un large soutien de la part de nations de premier plan et d’éminents experts juridiques. Cependant, les juges, dans leur décision et dans la déclaration de la procureure aujourd’hui, ont décidé d’ignorer les sérieuses justifications juridiques qui lui ont été présentées », a-t-il déclaré.

Israël n’est pas membre de la CPI, basée à La Haye, et s’est opposé avec véhémence à toute enquête.

La CPI « a pris une décision qui est l’essence même de l’antisémitisme et de l’hypocrisie », a réagi M. Netanyahu dans une allocution télévisée.

« Nous défendrons chaque soldat, chaque officier, chaque civil et je vous promets que nous allons nous battre pour la vérité jusqu’à ce que cette décision scandaleuse soit annulée », a-t-il ajouté.

L’Autorité palestinienne a quant à elle salué cette décision.

« Les crimes commis par les dirigeants de l’occupation israélienne contre le peuple palestinien – qui sont en cours, systématiques et généralisés – rendent cette enquête nécessaire et urgente », a estimé mercredi le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad Al-Maliki dans un communiqué.

De son côté, le mouvement terroriste islamiste du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, enclave palestinienne de deux millions d’habitants, se « félicite » de la décision de la CPI, a indiqué à l’AFP son porte-parole Hazem Qassem.

« Nous considérons cette décision comme un pas en avant sur la voie de la justice », a-t-il déclaré disant que le Hamas est « prêt à coopérer avec toute partie prête à réhabiliter notre peuple palestinien et ses victimes, et à sanctionner l’occupation pour tous les crimes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...