Mobileye va lancer un projet de taxis autonomes à Tel Aviv et à Munich en 2022
Rechercher

Mobileye va lancer un projet de taxis autonomes à Tel Aviv et à Munich en 2022

La filiale d'Intel basée à Jérusalem s'associe à l'allemand Sixt pour tester des "robotaxis" l'an prochain ; les passagers pourront les héler sur les applications Moovit ou Sixt

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Un projet pilote de taxi autonome, ou robotaxi, sera lancé par Mobileye, une société d'Intel, à Tel Aviv et à Munich en 2022, a annoncé Mobileye en septembre 2021. Les passagers pourront héler une course en utilisant Moovit, une société israélienne rachetée par Intel en 2020. (Mobileye/Intel)
Un projet pilote de taxi autonome, ou robotaxi, sera lancé par Mobileye, une société d'Intel, à Tel Aviv et à Munich en 2022, a annoncé Mobileye en septembre 2021. Les passagers pourront héler une course en utilisant Moovit, une société israélienne rachetée par Intel en 2020. (Mobileye/Intel)

Mobileye d’Intel Corporation, fabricant de technologies de conduite autonome basé à Jérusalem, va déployer un projet pilote de taxis autonomes et de services de covoiturage à Munich et Tel Aviv l’année prochaine, sous réserve de l’approbation des autorités réglementaires, en collaboration avec le géant international de la location de voitures et des services de mobilité Sixt SE, dont le siège est en Allemagne.

L’annonce a été faite mardi par le PDG d’Intel, Pat Gelsinger, lors de la conférence annuelle IAA Mobility 2021 (également connue sous le nom de Salon international de l’automobile en Allemagne) qui se déroule à Munich cette semaine. Intel a acheté Mobileye en 2017 pour la somme faramineuse de 15,3 milliards de dollars.

Mobileye sera propriétaire de la flotte de véhicules – qu’elle appelle « robotaxis » – alimentés par le système de conduite autonome entièrement intégré de la société, baptisé Mobileye Drive, et développé spécifiquement pour les services commerciaux de transport sans chauffeur. Sixt assurera la maintenance et l’exploitation de la flotte en Israël et en Allemagne.

M. Gelsinger et le co-PDG de Sixt, Alexander Sixt, ont fait la démonstration du nouveau service lors de l’événement, avec une vidéo montrant un véhicule sans conducteur manœuvrant dans les rues de Tel Aviv-Jaffa et s’approchant des passagers qui attendaient leur tour. Le cofondateur et PDG de Mobileye, le professeur Amnon Shashua, également vice-président senior d’Intel, s’est ensuite adressé brièvement à la foule par le biais d’un segment vidéo pour détailler les technologies qui alimentent le service de covoiturage.

Les passagers pourront accéder au service sur l’application développée par Moovit, la société israélienne de données intelligentes sur les transports en commun qu’Intel a rachetée l’année dernière pour 900 millions de dollars, ainsi que sur l’application Sixt, qui combine le covoiturage, la location de voitures, le partage de voitures et d’autres offres.

Les véhicules portent la marque Moovit et Sixt afin que les clients puissent facilement « faire la distinction entre les véhicules de transport traditionnel et les véhicules de la flotte autonome », selon l’annonce.

Un taxi autonome équipé de la technologie de conduite Mobileye et de l’application de covoiturage Moovit dans les rues de Tel Aviv-Jaffa, en septembre 2021. (Crédit : Mobileye/Intel)

Les véhicules de la flotte de Mobileye sont des NIO SE8 orange, un SUV électrique à sept places fabriqué par le constructeur chinois de véhicules électriques (VE) NIO, avec lequel l’entreprise a signé un accord de collaboration en 2019. Selon cet accord, NIO produit le système Mobileye Drive pour Mobileye et intègre sa technologie de véhicule autonome de niveau 4 dans ses gammes de VE destinées aux marchés grand public ainsi qu’aux services de transport sans chauffeur. Le niveau 4 offre une automatisation élevée sans intervention humaine dans des zones limitées (également connues sous le nom de geofencing), mais les humains peuvent toujours prendre la main si nécessaire.

Mobileye a commencé à tester des véhicules autonomes (AV) à Munich l’été dernier, après avoir obtenu une recommandation de permis d’essai AV de la part du prestataire de services techniques indépendant du pays, TÜV SÜD. Il s’agissait de la première ville d’Europe à approuver le pilote, qui s’est appuyé sur le programme existant de Mobileye en Israël, où la société teste des véhicules autonomes depuis 2018. La société a lancé des pilotes similaires à Détroit, New York, Tokyo et Shanghai cette année, et prévoit de commencer bientôt les tests à Paris.

En mai, l’Allemagne a adopté une législation qui autorise la conduite autonome de niveau 4 sur les routes publiques dans des zones spécifiques en 2022, ouvrant la voie aux entreprises pour déployer des taxis sans chauffeur et d’autres services de mobilité autonome tels que les livraisons dans le pays.

M. Gelsinger a salué l’initiative de l’Allemagne mardi et a déclaré que le pays « a fait preuve d’un leadership mondial vers un avenir de mobilité autonome en accélérant la législation cruciale sur la conduite autonome. Notre capacité à commencer les opérations de robotaxi à Munich l’année prochaine ne serait pas possible sans cette nouvelle loi ».

« Nous sommes ravis que l’Allemagne soit un pays précurseur », a déclaré Shashua, ajoutant « qu’avec des partenaires logistiques et opérationnels solides comme Sixt, Mobileye peut donner vie à la promesse d’une autonomie totale dans les villes du monde entier ».

Un taxi autonome alimenté par la technologie de conduite Mobileye avec l’application de transport Moovit circulant le long de la côte à Tel Aviv-Jaffa, en septembre 2021. (Crédit : Mobileye/Intel)

La collaboration Mobileye-Sixt est le premier service commercial connu de robotaxi entre un fournisseur de technologie et un fournisseur de services de mobilité, ont déclaré les entreprises, qui prévoient de « développer des services de covoiturage sans conducteur en Allemagne et dans d’autres pays européens dans le courant de la décennie ».

En Israël, un projet de loi publié en août dernier par le ministère des Transports permettant l’approbation de projets pilotes sans chauffeur, mais avec des passagers dans le véhicule, fait toujours son chemin dans le système législatif.

Lors d’une réunion avec les journalistes cette semaine avant l’annonce de Mobileye, le vice-président de Mobility-as-a-Service chez Mobileye, Johann Jungwirth, a déclaré que le projet pilote à Tel Aviv commencera avec environ 20 véhicules après l’approbation réglementaire. La flotte s’agrandira au fur et à mesure de l’expansion du projet pilote, a-t-il indiqué.

Les passagers pourront héler un robotaxi et voyager seuls ou dans le cadre d’un voyage en covoiturage avec d’autres personnes, a déclaré M. Jungwirth.

Il a noté que Mobileye avait choisi un véhicule électrique pour ses services de robotaxi afin de promouvoir le « transport durable ». Le NIO ES8 a une autonomie de plus de 500 kilomètres, mais les voitures devront rester dans les limites de Tel Aviv (ou de Munich) dans la première phase du projet pilote.

La technologie de conduite autonome de Mobileye

« La conduite autonome a vraiment le potentiel de révolutionner presque tous les aspects de notre vie », a déclaré M. Shashua dans son discours vidéo de mardi. « Grâce à notre stratégie unique et à nos atouts technologiques, Mobileye est positionné pour être un leader à la fois dans le domaine du covoiturage autonome et des voitures autonomes au niveau du consommateur. »

Le système de conduite autonome de Mobileye, Mobileye Drive, est composé de trois piliers, a noté Shashua. Le premier est la technologie avancée de détection de la vision, que Mobileye appelle « True Redundacy », composée de deux sous-systèmes de perception qui, selon l’entreprise, permettent une meilleure sécurité et une meilleure validation car ils fonctionnent indépendamment les uns des autres.

« La première couche est constituée par les caméras. Il y a 11 caméras dans la voiture : à l’avant, à l’arrière, à l’intérieur de la carrosserie, sur les rétroviseurs latéraux et sur le toit. La deuxième couche est constituée de capteurs lidar à longue portée, grâce à notre partenaire Luminar, de lidars flash à courte portée et de capteurs radar », explique M. Shashua.

Un système Mobileye dans la prochaine flotte de taxis autonomes de Mobileye à Tel Aviv et à Munich. Septembre 2021. (Crédit : Mobileye/Intel)

Les deux couches « fonctionnent indépendamment pour obtenir un système redondant », a-t-il précisé, dans lequel il y a une duplication des composants critiques pour augmenter la fiabilité.

M. Shashua a déclaré que Mobileye Drive « influence également l’évolution des systèmes avancés d’assistance au conducteur (ADAS) » pour les véhicules autonomes grand public, grâce à des algorithmes logiciels propriétaires, des puces EyeQ qui utilisent des caméras pour interpréter le champ visuel, et un système sur puce (SoC) lidar que Mobileye utilisera dans les AV à partir de 2025.

« [Le système] fournira une [automatisation] de niveau 2 plus, où la voiture conduit les mains libres mais avec la supervision d’un conducteur sur le siège et en alerte », a-t-il déclaré.

Le deuxième pilier est la technologie de cartographie REM (Road Experience Management) de Mobileye, qui crée des cartes haute définition des infrastructures routières du monde entier pour servir de base à une conduite autonome sûre.

Mobileye recueille des données pour ses cartes par le biais de véhicules grand public déjà en circulation et équipés du système d’aide à la conduite EyeQ4 de Mobileye. Selon Mobileye, cette technologie génère quotidiennement des données sur plus de 15 millions de kilomètres de routes. En outre, les données de 25 millions de véhicules devraient être collectées d’ici 2025, en coopération avec différents constructeurs automobiles.

« Ces cartes valent de l’or, elles nous permettent de conduire n’importe où dans le monde, mais elles nous indiquent aussi comment les humains conduisent réellement », a déclaré M. Shashua. Il a noté que la société avait récemment lancé des AV dans la ville de New York, « l’un des environnements de conduite les plus difficiles au monde », en plus de ses projets pilotes à « Detroit, Munich, Tokyo et bientôt Paris, tout cela parce que nous avons une carte qui est produite et continuellement mise à jour en utilisant des capacités crowdsourcées ».

« L’évolutivité que nous obtenons de nos cartes AV est inégalée », a-t-il ajouté.

Le dernier pilier est la politique de conduite « pionnière » de Mobileye en matière de sécurité sensible à la responsabilité (RSS).

« Ce modèle permet une mise à l’échelle rapide dans toutes les régions du monde, avec des cultures de conduite différentes, et nous donne l’équilibre entre sécurité et utilité qui, je crois, fera que nos AV seront les bienvenus dans les rues du monde entier, à la fois dans les robotaxis et, très bientôt, dans les voitures grand public », a déclaré M. Shashua.

L’événement a marqué la première présentation publique par Mobileye de son système de conduite autonome entièrement intégré.

Par ailleurs, Mobileye a également conclu plusieurs partenariats pour fournir des systèmes de conduite autonome à la startup californienne Udelv, qui prévoit d’avoir une flotte de véhicules de livraison autonomes sur les routes d’ici deux ans, et avec deux entreprises françaises pour développer et déployer conjointement des navettes commerciales autonomes pour les services de transport public en Europe en 2023.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...