Rechercher

Montréal : Un concert du rappeur Freeze Corleone, accusé d’antisémitisme, annulé

Le B’nai Brith Canada avait rappelé que Freeze Corleone s’était comparé à Adolf Hitler et que ses paroles comprenaient des tropes négationnistes et antisémites

Le rappeur Freeze Corleone. (Capture d’écran : Twitter)
Le rappeur Freeze Corleone. (Capture d’écran : Twitter)

Le rappeur français Freeze Corleone devait se produire au théâtre Olympia, à Montréal, le 4 décembre prochain.

Après que le B’nai Brith Canada a dénoncé la venue du rappeur, accusé d’antisémitisme, l’évènement a finalement été annulé, a rapporté le journal canadien La Presse.

Dans une lettre adressée aux propriétaires de la salle, l’organisation juive avait en effet demandé l’annulation de l’évènement.

« M. Corleone est ouvertement antisémite et haineux », avait écrit Marvin Rotrand, directeur national de la Ligue des droits de la personne au sein du B’nai B’rith.

Dans une récente interview, Rotrand avait rappelé que Freeze Corleone s’était comparé à Adolf Hitler et que ses paroles comprenaient des tropes négationnistes et antisémites.

« Ses paroles sont clairement antisémites et incitent à la haine et à la violence envers les Juifs », avait-il déclaré. « Il y a un déni de la Shoah et un plaisir exprimé à l’idée que la Shoah a eu lieu, et des paroles claires dans lesquelles il se compare à Hitler. »

Dans un communiqué publié lundi, le B’nai B’rith s’est réjoui de l’annulation du spectacle. La page de l’évènement a d’ailleurs disparu du site web de l’Olympia à la demande du propriétaire de la salle, Patrick Levy.

Les détenteurs de billets ont depuis reçu un message du service de billetterie Ticketmaster pour les informer que l’événement avait été annulé par « les organisateurs ».

En 2020, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) avait dénoncé l’antisémitisme des textes de Freeze Corleone.

L’association avait alors accusé le rappeur « d’antisémitisme, de complotisme, d’apologie d’Hitler, du IIIe Reich et du terroriste Mollah Omar » et de « faire business de son obsession des Juifs ». Elle reprenait plusieurs paroles condamnables dans une courte vidéo.

Dans celle-ci, on pouvait entendre le rappeur prononcer notamment : « J’arrive déterminé comme Adolf dans les années 30 » ; « Monte un empire comme le jeune Adolf, déterminé avec de grandes ambitions comme le jeune Adolf » ; « J’suis à Dakar, t’es dans ton centre à Sion » ; « Comme des banquiers suisses, tout pour la famille pour qu’mes enfants vivent comme des rentiers juifs » ; « Fuck un Rothschild, fuck un Rockfeller » ; ou encore « Tous les jours R.A.F. (rien à foutre) de la Shoah ».

« L’impunité doit cesser. Nous demandons à l’ensemble des acteurs partenaires de prendre leurs responsabilités », avait tweeté la Licra, qui avait appelé les distributeurs de sa musique (Deezer, Spotify, Apple Music et Google Play Music) à agir.

Le 17 septembre 2020, après le signalement fait par le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT Frédéric Potier, le parquet de Paris avait annoncé ouvrir « une enquête portant sur différents clips vidéo et chansons de Freeze Corleone des chefs de provocation à la haine raciale et injure à caractère raciste ». Le lendemain, le distributeur Universal avait annoncé cesser sa collaboration avec le rappeur. Il a été relaxé pour ses propos antisémites en septembre 2021, les faits étant « prescrits », selon la justice.

Depuis, en mai 2021, l’album « LMF » de Freeze Corleone a été certifié disque de platine, puis double disque de platine en mars 2022.

La Fnac avait retiré la pré-commande de l’album de son site, sans donner d’explication, ce qui avait provoqué la colère de ses fans.

Freeze Corleone, de son vrai nom Issa Lorenzo Diakhaté, 30 ans, est né aux Lilas, en Seine-Saint-Denis. Il vit à Dakar, au Sénégal. Ses titres sortent régulièrement le 11 septembre (la date n’est pas un hasard) et le 13 novembre (les attentats de Paris en 2015). Ils connaissent des ventes et des nombres d’écoutes considérables.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...