Options binaires: 5 Israéliens accusés d’avoir commis une fraude à 165 M $
Rechercher

Options binaires: 5 Israéliens accusés d’avoir commis une fraude à 165 M $

Josh, Jonathan et David Cartu, déjà poursuivis en justice au Canada, sont accusés par la Commodity Futures Trading Commission d’avoir "pris pour cible des résidents américains"

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Josh Cartu (gauche) et son frère David Cartu dans une vidéo de 2017 dans laquelle ils conduisent une Ferrari ensemble (Capture d'écran Vimeo)
Josh Cartu (gauche) et son frère David Cartu dans une vidéo de 2017 dans laquelle ils conduisent une Ferrari ensemble (Capture d'écran Vimeo)

Mercredi, la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) américaine a poursuivi cinq Israéliens et un Américain pour la mise en place d’un système frauduleux de négociation d’options binaires d’une valeur de 165 millions de dollars, en grande partie depuis Israël.

La plainte civile de la CFTC allègue que pendant au moins cinq ans – du 1er mai 2013 au 29 avril 2018 – les frères canado-israéliens David Cartu, Jonathan Cartu et Joshua Cartu, ainsi que les frères canado-israéliens Leeav Peretz et Nati Peretz, ont exploité des centres d’appel situés principalement en Israël qui « ont pris pour cible des résidents américains » par le biais d’une escroquerie commerciale en ligne.

La CFTC a également poursuivi Ryan Masten, un associé d’affaires basé au Texas des autres défendeurs, ainsi que quatre sociétés appartenant aux prévenus, All Out Marketing Limited, BareIt Media LLC d/b/a SignalPush, Blue Moon Investments Ltd. et Orlando Union Inc.

« La portée et l’ampleur de l’activité frauduleuse supposée dans cette affaire n’ont d’égal que la coopération internationale et nationale organisée pour la poursuivre en justice », a déclaré James McDonald, directeur du département exécutif de la CFTC, dans un communiqué de presse publié mercredi.

Leeav Peretz (Autorisation)

David Cartu, Jonathan Cartu et Joshua Cartu ont déjà été poursuivis par la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario du Canada en mai 2020. La CFTC a accusé les prévenus d’exploiter les sites d’options binaires BeeOptions, Glenridge Capital et Rumelia Capital.

Les frères Cartu, agissant de concert avec les prévenus Leeav Peretz et Nati Peretz, ont proposé des opérations illégales sur des options binaires hors bourse sur des paires de devises, du pétrole et d’autres produits de base sur des sites Internet par le biais de marques qu’ils possédaient et exploitaient, notamment « BeeOptions », « Glenridge Capital » et « Rumelia », lit-on dans la plainte.

La plainte accuse les défendeurs et leurs employés de promettre aux investisseurs des rendements rapides alors que la plupart des investisseurs ont en réalité perdu leur argent. Elle les accuse d’avoir fallacieusement représenté leur modèle d’entreprise, en garantissant que leurs intérêts étaient alignés sur ceux de leurs investisseurs alors que ce n’était pas le cas. Les employés auraient également menti sur leurs compétences professionnelles, leur identité et leur lieu de travail.

“Sur les sites web de Cartu Brands et dans les courriels, les appels téléphoniques et autres communications avec les clients et les clients potentiels, les frères Cartu, les frères Peretz et les courtiers individuels ont promis des rendements ‘rapides’ de 60 à 85 % », lit-on dans la plainte, « même si la grande majorité des clients ont perdu de l’argent. Ils ont faussement déclaré que les intérêts des marques Cartu étaient alignés sur les intérêts des clients et n’ont pas révélé que les marques Cartu (et les frères Cartu et Peretz eux-mêmes) avaient profité des pertes de clients. En outre, sur les instructions des frères Cartu et Peretz, les courtiers ont donné une image erronée de leur expertise financière, leur structure de rémunération, leur emplacement physique et leur identité. »

Selon la plainte, Jonathan Cartu et ses frères ont débuté leur activité censément frauduleuse dans le domaine des options binaires en avril 2013, avec un site web d’options binaires appelé BeeOptions qui « fonctionnait dans une salle de conférences dans les bureaux d’une société de jeux basée en Israël et appartenant à Josh et David ».

Jonathan Cartu (Capture d’écran)

Selon le registre des sociétés israéliennes, Josh et David possédaient ensemble un total de cinq sociétés israéliennes, Simple Mega Solutions Ltd. (détenue par David Cartu), Tracy P.A.I. Management (détenue par Josh et David avant juin 2016), Fifth Revenue Ltd. (propriété des trois frères Cartu), King Consulting Ltd (propriété de David Cartu) et Sandbox Media (propriété de Josh Cartu). Sandbox Media est une société de jeu en ligne et peut être la société de jeu à laquelle la CFTC fait référence.

L’industrie des options binaires a prospéré en Israël pendant une décennie avant d’être interdite par la législation de la Knesset en octobre 2017, en grande partie grâce à un reportage d’investigation du Times of Israel introduit par un article de mars 2016 intitulé « Les loups de Tel-Aviv« .

A son paroxysme, des centaines d’entreprises en Israël employaient des milliers d’Israéliens qui auraient volé des milliards de victimes dans le monde entier. Les sociétés frauduleuses faisaient croire aux victimes qu’elles investissaient et gagnaient de l’argent, les encourageant à déposer de plus en plus d’argent sur leurs comptes, jusqu’à ce que la société finisse par couper le contact avec l’investisseur et disparaisse avec tout ou presque tout son argent.

Les procureurs israéliens n’ont pas encore inculpé un seul suspect dans les options binaires pour fraude, tandis que les États-Unis en ont inculpé une vingtaine, avec sept condamnations d’Israéliens, et ont engagé des poursuites civiles contre de nombreux autres.

Le Times of Israel a envoyé au ministère israélien de la Justice un e-mail contenant un lien vers la plainte de la CFTC, lui demandant s’il avait eu connaissance d’un stratagème de fraude présumé de 165 millions de dollars qui aurait eu lieu sous son nez et s’il s’agissait d’une stratégie répressive durable pour permettre à ce type de fraude de sévir en Israël, tandis que des forces de l’ordre étrangères prennent parfois des mesures contre des criminels israéliens présumés. Le ministère de la Justice n’a pas répondu.

La plate-forme et le processeur de paiement

Selon la plainte, les prévenus auraient commencé leur carrière d’options binaires en utilisant la plateforme SpotOption.

« Au début de la période concernée, les frères Cartu utilisaient une plate-forme de négociation et un logiciel connexe exploités par des tiers (la « plateforme Spot ») pour perpétuer leur système frauduleux d’options binaires. »

Diapositive d’une présentation faite par SpotOption à des courtiers potentiels en options binaires expliquant comment mettre en place un centre d’appel (Capture d’écran)

Cette plateforme aurait permis aux employés des sites web de voir les noms et les coordonnées des clients, l’historique de leur compte et les transactions qu’ils ont tentées, ainsi que toute demande de retrait.

Selon la plainte, la plateforme SpotOption pourrait également être utilisée pour manipuler les résultats des transactions d’options binaires.

« À l’insu des clients, les résultats des transactions d’options binaires pourraient être manipulés sur la plateforme Spot, par exemple en modifiant le prix d’exercice d’une transaction juste avant son expiration. Pendant au moins une partie de la période concernée, Jonathan et/ou les frères Peretz ont généralement approuvé les demandes de modification des résultats des transactions pour les clients des marques Cartu. »

En septembre 2015, la société Cartus avait développé sa propre plateforme de négociation, connue à divers moments sous les noms de « Glenridge platform », « Novustra Binary Trading Platform » et « Inovesto platform ». Selon la plainte, cette plateforme avait également une fonction permettant aux opérateurs de sites d’options binaires de « gérer le risque » en modifiant les résultats des transactions. En mars 2016, selon la plainte, la plateforme comptait au moins dix marques.

Bien qu’il s’agisse d’un modeste bâtiment de quatre étages, Ulysses House, à Dublin, en Irlande, est l’adresse enregistrée de centaines de sociétés. C’est également le siège de Greymountain Management et de Wirecard UK and Ireland Limited (Crédit photo : Google Street View)

Selon la plainte, les frères Cartu auraient également mis en place leur propre processeur de paiement, aujourd’hui disparu, appelé Greymountain Management Limited, afin de faciliter le traitement des paiements des clients aux États-Unis et ailleurs. Greymountain Management était situé dans le même bâtiment que Wirecard UK et Ireland et utilisait la société de paiement allemande Wirecard, qui s’est effondrée, comme l’un de ses acquéreurs, comme l’a précédemment rapporté le Times of Israel.

Selon la plainte, 60 % des transactions traitées par Greymountain Management provenaient d’investisseurs des États-Unis ou du Canada,
20 % d’Afrique, 10 % d’Europe, 5 % d’Australie et d’Océanie et 5 % de l’ex-Union soviétique.

« Au cours de la période concernée », indique la plainte, « les frères Cartu et leurs employés et agents, agissant par l’intermédiaire de Greymountain et d’autres entités liées, ont traité plus de 165 millions de dollars de paiements par carte de crédit pour des transactions à option binaire proposées par les marques Cartu et d’autres marques exploitées par des tiers.”

Une entreprise familiale

David Cartu, le plus jeune des trois frères, est né en 1985. Il vit actuellement en République de Géorgie, selon des sources au courant de son lieu de résidence. Cartu a comparu lors d’une audience au tribunal en Israël le 16 août après avoir été poursuivi par une Américaine qui aurait perdu des centaines de milliers de dollars au profit de BeeOptions. Lors de l’audience, Cartu et sa victime présumée ont tous deux témoigné. Le juge aurait reproché à Cartu à plusieurs reprises de donner des réponses évasives, le qualifiant même de « gros malin ».

David Cartu a nié avoir une quelconque participation dans BeeOptions.

Le 18 mai, le même juge a prononcé une ordonnance de gel ex parte (sans préavis) contre David Cartu, d’un montant de 5,4 millions de NIS, concernant une maison qu’il possède dans la ville balnéaire israélienne de Netanya.

Jonathan Cartu, le frère cadet, est né en 1983. Selon la plainte de la CFTC, il réside en Israël.

Joshua Cartu avec son ancienne petite amie, le mannequin israélien Lee Levi (Facebook)

Joshua Cartu, selon la plainte, est né en 1979 et vit à Budapest, en Hongrie. Selon des personnes qui le connaissent et qui ont parlé au Times of Israel, Josh Cartu fréquenterait la jet-set de Tel Aviv, assisterait à des courses de voitures de sport et sortirait avec des mannequins. Il est notamment sorti en 2018 avec Lee Levi, mannequin danois-israélien et ancienne petite amie du fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Yaïr. Joshua Cartu est devenu une célébrité internationale qui participe à des courses en Ferrari et compte près d’un million d’abonnés sur Instagram.

La CFTC n’est pas habilitée à engager des poursuites pénales contre les prévenus. Elle espère que le juge décidera que les prévenus doivent payer des sanctions pécuniaires civiles et une indemnisation pour les victimes présumées.

Dans son communiqué de presse, la CFTC a remercié la Ontario Securities Commission (OSC), la Securities and Exchange Commission des États-Unis, la Securities and Investments Commission d’Australie, la Commission des services financiers internationaux du Belize, la Securities and Exchange Commission de Chypre, l’Autorité fédérale de surveillance financière d’Allemagne, la Banque centrale d’Irlande, l’Autorité des valeurs mobilières d’Israël, l’Autorité des services financiers de Malte, l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA de Suisse et la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni pour leur aide à l’enquête.

L’affaire a été examinée par les membres du personnel de la CFTC Heather Dasso, Benjamin E. Sedrish, Stacie Pan, Elizabeth N. Pendleton, Elizabeth Streit, Scott R. Williamson et Robert T. Howell.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...