Rechercher

Ouverture d’une enquête après qu’Enrico Macias accuse un médecin d’escroquerie

Le chanteur et un ami accusent Martial Benhamou, ancien médecin généraliste, radié en 2019, et son gendre, Grégory Senac, de les avoir escroqués de 800 000 euros

Concert d'Enrico Macias à Tel Aviv, le 1er novembre 2021. (Crédit : Autorisation Itzik Biran)
Concert d'Enrico Macias à Tel Aviv, le 1er novembre 2021. (Crédit : Autorisation Itzik Biran)

La justice française a ouvert une enquête en octobre suite à une plainte déposée par le chanteur Enrico Macias et l’un de ses amis pour recel d’escroquerie le mois précédent, a rapporté ce mardi Le Parisien. Elle a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA).

Le chanteur et son ami, René, accusent Martial Benhamou, ancien médecin généraliste, radié de l’Ordre des médecins en 2019, et son gendre, Grégory Senac, de les avoir escroqués.

Enrico Macias aurait investi 400 000 euros – la même somme pour son ami – en 2011 dans un projet de centre esthétique, le Cosmetic Hospital World Resort, basé sur la téléconsultation, sans y avoir par la suite été associé. La réputation du médecin Martial Benhamou, fondateur de la clinique esthétique du Rond-Point des Champs Elysées, aurait rassuré et attiré les deux associés.

L’argent aurait été versé sur un compte du médecin en Israël, avant que les deux investisseurs reçoivent les contrats de cession de parts sociales et les contrats de cession avec le registre de commerce et de société.

Néanmoins, le médecin et son gendre se seraient par la suite volatilisés, et les deux associés auraient découvert en 2013 que leurs noms n’apparaissaient pas dans les statuts de la société.

« En tant qu’associés, nous aurions dû recevoir les bilans et états comptables, participer à certaines décisions. (…) Mais rien. On n’a jamais fait appel à nous », a confié l’ami du chanteur au Parisien en octobre.

Régulièrement contactés à ce sujet, les accusés auraient ensuite consenti à rembourser la somme de 116 200 euros en quatorze fois à partir de 2016, avant d’arrêter les versements, leur défense accusant le chanteur et son ami de tentative d’extorsion de fonds.

Les avocats de Martial Benhamou et Grégory Senac expliquent ainsi que le projet de centre a été « abandonné, de telle sorte que tous les associés ont perdu leur investissement », car l’entreprise « n’a pas réussi à se développer ».

Enrico Macias avait déjà perdu gros en 2008 : 20 millions d’euros, suite à la faillite de la filiale luxembourgeoise de la banque islandaise Landsbanki, balayée par la crise financière, auprès de laquelle il avait contracté un important prêt dans un montage financier complexe. Il avait porté plainte en 2009 contre la banque pour escroquerie, mais ses dirigeants ont finalement été déboutés l’an dernier par la cour d’appel de Paris.

Le chanteur âgé de 82 ans est actuellement en tournée, et se produira en avril prochain à l’Olympia, à Paris. Il a chanté en Israël début novembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...