Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Paris : Politiques, écrivains et acteurs mobilisés contre l’antisémitisme

Gérard Larcher, Anne Hidalgo et Patrick Bruel, entre autres invités de marque se sont réunis lors de la soirée organisée par La Règle du Jeu dirigée par Bernard-Henri Lévy

Le président du Sénat français Gérard Larcher (à gauche) serrant la main du philosophe et écrivain français Bernard-Henri Levy sur scène lors d'une soirée contre la montée de l'antisémitisme en Europe, organisée par le magazine « Regle du Jeu », le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) et d'autres institutions françaises, au Théâtre Antoine, à Paris, le 3 juin 2024. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)
Le président du Sénat français Gérard Larcher (à gauche) serrant la main du philosophe et écrivain français Bernard-Henri Levy sur scène lors d'une soirée contre la montée de l'antisémitisme en Europe, organisée par le magazine « Regle du Jeu », le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) et d'autres institutions françaises, au Théâtre Antoine, à Paris, le 3 juin 2024. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)

Plus de 700 personnes, dont le président du Sénat Gérard Larcher, la maire de Paris Anne Hidalgo et l’acteur et chanteur Patrick Bruel se sont réunis lundi soir dans un théâtre parisien pour une soirée de mobilisation contre l’antisémitisme.

Cette soirée « l’Europe contre l’antisémitisme », organisée par la revue La Règle du Jeu dirigée par Bernard-Henri Lévy – également surnommé BHL -, rassemblait aussi la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, l’ancien Premier ministre Manuel Valls et l’ancien ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer.

Autres invités de marque : les acteurs Yvan Attal, Charlotte Gainsbourg et Sandrine Kiberlain, l’ambassadeur ukrainien en France Vadym Omelchenko, les écrivaines Christine Angot et Jula Kristeva, ainsi que la rabbin Delphine Horvilleur, le grand rabbin de France Haïm Korsia et le président du CRIF Yonathan Arfi.

La salle du théâtre Antoine était trop petite pour accueillir les spectateurs dont la file s’étendait sur plus de cent mètres.

La rabbin française Delphine Horvilleur et le philosophe et écrivain français Bernard-Henri Levy sur scène lors d’une soirée contre la montée de l’antisémitisme en Europe, organisée par le magazine « Regle du Jeu », le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) et d’autres institutions françaises, au Théâtre Antoine, à Paris, le 3 juin 2024. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)

« L’Europe traverse une crise existentielle, l’antisémitisme est une menace existentielle », a affirmé en ouverture BHL, en estimant « qu’il ne devrait pas y avoir, dans ces derniers jours de campagne » pour les élections européennes, « de sujet plus essentiel ».

Cette hausse de l’antisémitisme « n’a rien de résiduel », a assuré Braun-Pivet, dans une réponse indirecte au chef du mouvement d’extrême-gauche radicale anti-Israël, La France Insoumise (LFI), en déplorant « tous ceux qui soufflent sur les braises, désignant les Juifs comme coupables » au nom de la cause palestinienne.

Larcher a lui aussi déploré « le nouvel antisémitisme » qui « n’absout pas le plus ancien » mais « se nourrit à d’autres sources », notamment « d’un islam radicalisé ». Il a vilipendé une « dérive » de l’extrême-gauche « aveuglée par son anti-sionisme ».

« N’oublions pas les otages » retenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza, a-t-il lancé sous les applaudissements, avant d’affirmer qu’une éventuelle reconnaissance d’un État palestinien devrait « advenir au terme d’un processus de négociation » mais « ne peut pas être la résultante d’une action terroriste ».

« Oui l’Europe est au bord d’un précipice », a affirmé Hidalgo. Elle a déploré « un antisémitisme qui se banalise », et critiqué ceux qui, « à gauche, considèrent que la question de l’antisémitisme n’est plus un sujet ».

« Dans cette élection européenne nous ne lâcherons rien », a-t-elle ajouté.

Dimanche, jour du scrutin en France, « ce qui est en jeu, c’est précisément la dignité de l’Europe », a dit Yonathan Arfi, en assurant que « l’Europe ne doit pas mettre Israël au ban des nations ».

Pour cela, « il faut que LFI soit vaincue, que son projet communautariste, sa complicité avec les islamistes soient défaits dans les urnes, que ceux qui ont sacrifié les juifs pour quelques voix soient durement sanctionnés », selon le dirigeant du Conseil représentatif des institutions juives de France.

Dans une brève intervention, Bruel s’est interrogé : « Comment a-t-on pu en arriver là ? » « Ce soir, je hurle en tant que Juif et en tant que citoyen : pourquoi cet antisémitisme ? », a-t-il ajouté.

Le Grand rabbin Haïm Korsia a enfin appelé à ne pas céder « à la peur, à la désespérance » et a assuré: avec cette soirée « vous lancez collectivement un message assez extraordinaire: vous n’êtes pas seuls ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.