Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

Mélenchon : « essayez de comparer le martyre de Gaza et celui du ghetto de Varsovie »

Le chef de LFI assure que "l'antisémitisme reste résiduel en France" - "le rayon paralysant abusif de l'accusation d'antisémitisme est désormais sans effet" ; les chiffres montrent une hausse de 300 %

French Founder of La France Insoumise (LFI) party Jean-Luc Melenchon (C) gestures as he addresses a speech next to French LFI member of Parliament Jean-Francois Coulomme (R) at a demonstration for a cease-fire in Gaza and in solidarity with the Palestinian people in front of the United Nations Offices in Geneva on February 3, 2024. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP)
French Founder of La France Insoumise (LFI) party Jean-Luc Melenchon (C) gestures as he addresses a speech next to French LFI member of Parliament Jean-Francois Coulomme (R) at a demonstration for a cease-fire in Gaza and in solidarity with the Palestinian people in front of the United Nations Offices in Geneva on February 3, 2024. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP)

Le chef du mouvement d’extrême-gauche radicale anti-Israël, La France Insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon a estimé dimanche, dans une note de son blog consacrée notamment à l’interview du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sur LCI, que « l’antisémitisme reste résiduel en France ».

« Contrairement à ce que dit la propagande de l’officialité, l’antisémitisme reste résiduel en France. Il est en tous cas totalement absent des rassemblements populaires », a tenté Mélenchon.

« Le rayon paralysant abusif de l’accusation d’antisémitisme est désormais sans effet », a-t-il ajouté.

Or, dans les faits, les actes antisémites ont connu une hausse considérable en France au premier trimestre 2024, selon des chiffres du gouvernement et des forces de sécurité, qui a fait état de « 366 faits antisémites » recensés entre janvier et mars, – soit une augmentation de 300 % par rapport aux trois premiers mois de l’année 2023.

En janvier, le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) avait rapporté une forte augmentation des actes antisémites en France – multipliés par quatre en un an -, passant de 436 en 2022 à 1 676 en 2023, avec en particulier une « explosion » après l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre.

Sur son blog, Mélenchon est notamment revenu sur la sanction visant le député de Marseille Sébastien Delogu (LFI) qui a été exclu de l’Assemblée nationale après avoir brandi un drapeau palestinien et les polémiques qui ont suivi.

Le député LFI Sébastien Delogu brandissant un drapeau palestinien, à l’Assemblée nationale, à Paris, le 28 mai 2024. (Crédit : Miguel Medina/AFP)

Pour le triple candidat à la présidentielle, les accusations d’antisémitisme contre le député David Guiraud (LFI), qui avait qualifié Meyer Habib de « porc » et de « cochon », sont également « caricaturales ».

Concernant l’interview de Netanyahu jeudi soir sur LCI, il a dénoncé une « déchéance de l’officialité » et un manque de condamnations de cet entretien accordé au responsable de ce que LFI et ses partisans assurent être un « génocide » à Gaza.

« On avait pourtant observé dans un passé récent une émotivité à vif à propos des évènements du 7 octobre », a par ailleurs ajouté le fondateur de LFI.

LFI avait créé la polémique après le 7 octobre à cause de sa réaction aux massacres sans précédent menées par le Hamas en Israël.

Illustration : La présidente du groupe de gauche La France Insoumise (LFI) à l’Assemblée nationale et la députée Mathilde Panot, s’adressent à la foule lors d’un rassemblement « contre la criminalisation des voix de la paix » organisé par LFI, suite à une convocation de la police contre Panot et un autre membre du parti , à Paris, le 30 avril 2024. (Crédit : Geoffroy Van Der Hasselt/AFP)

Beaucoup, y compris dans leur propre camp, ont reproché un manque flagrant de compassion pour les victimes dans ce communiqué, qui qualifiait également l’assaut du groupe terroriste palestinien « d’offensive armée de forces palestiniennes ».

« Faites un test de sensibilité comparée : essayez de comparer le martyre de Gaza et celui du ghetto de Varsovie, fusse de loin, et vous verrez vite la différence de capacité d’indignation », a conclu Mélenchon sur son blog.

En mars, le chef des communistes Fabien Roussel avait aussi établi un parallèle entre la Shoah et la riposte israélienne suite au pire pogrom de Juifs depuis la Shoah, avant de rapidement « regretter » une comparaison qui n’avait « pas lieu d’être ».

Les déclarations de M. Mélenchon ont fait réagir le patron du Parti socialiste, Olivier Faure, ancien allié de M. Mélenchon au sein de la Nupes.

« Pourquoi minimiser les actes antisémites quand tout indique qu’ils explosent ? L’antisémitisme, le racisme anti musulmans, sont des poisons violents. Ces luttes sont indissociables », a-t-il écrit sur X.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.