Pourquoi les partis haredis sont les vrais gagnants du nouveau gouvernement
Rechercher
Analyse

Pourquoi les partis haredis sont les vrais gagnants du nouveau gouvernement

Alors que d'autres pensaient annexion et nouveaux ministères, Shas et Yahadout HaTorah ont tranquillement pris le contrôle des postes clés et carrefour de la politique économique

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Aryeh Deri, (à droite) leader du parti juif ultra-orthodoxe Shas, et Yaakov Litzma, membre du parlement de Yahadout HaTorah, aux "Sheva Brachot" de la fille de Deri, qui s'est mariée en début de semaine à Jérusalem. Sheva Brachot - "les bénédictions de mariage", dans la loi juive, sont des bénédictions qui sont récitées pour une mariée et son époux. Le 23 décembre 2015. (Photo par Yaacov Cohen/FLASH90)
Aryeh Deri, (à droite) leader du parti juif ultra-orthodoxe Shas, et Yaakov Litzma, membre du parlement de Yahadout HaTorah, aux "Sheva Brachot" de la fille de Deri, qui s'est mariée en début de semaine à Jérusalem. Sheva Brachot - "les bénédictions de mariage", dans la loi juive, sont des bénédictions qui sont récitées pour une mariée et son époux. Le 23 décembre 2015. (Photo par Yaacov Cohen/FLASH90)

Le nouveau gouvernement qui a prêté serment le 17 mai est une création révolutionnaire, novatrice dans sa structure et promettant de nouvelles politiques spectaculaires : un Premier ministre « d’alternance », le plus grand (au sens de nombreux) gouvernement israélien de tous les temps, tant de vice-ministres que certains partis ont manqué de personnel parlementaire pour pourvoir les nouveaux postes ; et sur le plan politique, aux prises avec une crise économique et sanitaire historique et un projet d’annexion spectaculaire (bien qu’encore peu détaillé) en Cisjordanie.

Avec tant de nouveautés, il n’est pas étonnant que ce gouvernement ait suscité la fascination, tant au niveau national qu’international, lorsque ses contours sont apparus au cours du mois dernier. Personne n’avait jamais rien vu de tel.

Les plus grands gagnants du nouveau gouvernement – peu surprenant pour quiconque s’intéresse à la politique israélienne au cours des quatre dernières décennies – sont peut-être les partis Haredi Shas et Yahadout HaTorah.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri (au centre), le ministre de la Santé Yaakov Litzman (à gauche) et le député Moshe Gafni (Torah VeYahadout) à la troisième conférence du parti Shas à l’hôtel Ramada, à Jérusalem le 16 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les leviers du pouvoir

Les détails de l’influence politique des partis Haredi dans le nouveau gouvernement révèlent beaucoup sur les priorités de la communauté.

D’une part, il y a les trois ministères donnés aux factions Haredi. Le nouveau ministre du Logement Yaakov Litzman de Yahadout HaTorah et l’ancien ministre de l’Intérieur Aryeh Deri du Shas sont en mesure d’aider les villes Haredi à croissance rapide grâce, par exemple, à des politiques de zonage favorables et à des réformes en matière de logement abordable. Le gouvernement votera la semaine prochaine pour renforcer les pouvoirs des deux ministères sur ces questions précises : le zonage, le logement et l’enregistrement des terres [la coalition a entériné ces nouveaux pouvoirs]. Le ministre des Affaires religieuses, Yaakov Avitan, du Shas, est chargé de veiller à ce que l’administration religieuse de l’État, un employeur clé et un rempart vital dans les guerres culturelles, reste sous le contrôle Haredi.

Pourtant, les postes ministériels, s’ils sont les signaux les plus visibles du pouvoir politique, ne sont pas nécessairement les plus influents des nouvelles conquêtes des partis Haredi. Une grande partie du dur labeur de la gouvernance – transferts budgétaires de milliards, négociations et amendements législatifs – se fait dans le cadre des travaux de fond des commissions de la Knesset.

C’est là que l’on trouve Shas et Yahadout HaTorah assis au carrefour de toutes les décisions économiques et budgétaires, ainsi que des réformes religieuses.

Le député Moshe Gafni de Yahadout HaTorah est de retour à son ancien poste de président de la commission des Finances de la Knesset, qui est responsable de la rédaction des lois sur le budget de l’État. Plus surprenant encore, le député Yaakov Margi du Shas préside désormais la commission de l’éÉconomie – une présidence traditionnellement occupée par l’opposition – à partir de laquelle il exerce une énorme influence sur chaque réforme économique.

Le député Moshe Gafni (à droite) et le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri lors d’une réunion de la commission des finances de la Knesset, le 27 février 2018. (Flash90)

Et pour la première fois, un député Haredi, Yaakov Asher de Yahadout HaTorah, dirige la Commission de la Constitution, du droit et de la justice, l’un des postes les plus puissants de la Knesset. Il donne à Yahadout HaTorah la capacité de faire obstacle à toute réforme de l’État et de la religion, sans parler de la possibilité de faire avancer la législation et de traiter d’autres questions.

Les partis Haredi disposent de tous les moyens pour empêcher toute tentative du corps législatif ou du gouvernement de contraindre leurs jeunes hommes au service militaire ou de libéraliser le système de casheroute de l’État ou les tribunaux rabbiniques

Les partis Haredi ont obtenu du Premier ministre Benjamin Netanyahu la promesse explicite que, selon les termes de l’accord de coalition Likud-Yahadout HaTorah, « le statu quo sur les questions de religion et d’État sera préservé, comme cela a été accepté en Israël pendant des décennies ». Le gouvernement agira pour respecter le Shabbat et les fêtes d’Israël, qui nous ont préservés en tant que peuple. Si un changement quelconque menace le statu quo, le Premier ministre et le « bloc du Likud » agiront ensemble et par engagement mutuel pour éliminer le mal afin de préserver le statu quo ».

Mais avec le contrôle des commissions et des ministères concernés, les partis Haredi n’ont guère à craindre que le Premier ministre ne rompe ces promesses. Ils ont tous les moyens d’empêcher toute tentative du corps législatif ou du gouvernement de contraindre leurs jeunes hommes au service militaire ou de libéraliser le système de casheroute de l’État ou les tribunaux rabbiniques.

Les vice-ministres

Beaucoup d’encre a coulé sur le nombre énorme de vice-ministres – 16 ! – approuvés dans l’accord de coalition signé le mois dernier entre le Likud et Kakhol lavan. Alors que les Israéliens se sont grattés la tête pour savoir ce que les nouveaux ministres chargés de l’autonomisation des communautés, de l’égalité sociale, de la coopération régionale, des affaires stratégiques et du portefeuille appelé « cyber et affaires numériques nationales » pourraient réellement faire une fois en fonction, la question devient encore plus ridicule à la perspective d’un vice-ministre pour un tel portefeuille.

Le ministre de la Santé de l’époque, Yaakov Litzman, assiste à une conférence de presse sur le coronavirus au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 25 mars 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Peut-être était-ce le tollé général, ou la crainte que la nomination de tant de députés à des postes gouvernementaux laisse les commissions de la Knesset en sous-effectif, mais presque deux semaines après le début du 35e gouvernement, seuls sept des 16 postes de vice-ministre avaient été pourvus – cinq des sept par les partis Haredi.

Pourquoi ? Un vice-ministre est une position extrêmement faible. Le vice-ministre sert au gré du ministre et trouve généralement que l’étendue de son travail s’avère très limitée. Il doit démissionner lorsque le ministre le fait. Ce poste est largement et justement considéré comme un gaspillage d’un législateur parfaitement compétent.

Pourquoi les partis Haredi investiraient-ils autant dans la nomination de vice-ministres alors que tous les autres les évitent ?

La réponse en dit long sur le sens que les partis Haredi ont de leur rôle en politique. Un vice-ministre Haredi est moins un subordonné qu’un ministre parallèle, bien que pour une circonscription plus restreinte.

Les partis Haredi occupent les postes de vice-ministre dans les ministères des Finances, de l’Intérieur et des Affaires sociales (Les députés Shas Yitzhak Cohen, Yoav Ben Tzur et Meshulam Nahari, respectivement), ainsi que de l’Éducation et des Transports (les députés Yahadout HaTorah Meir Porush et Uri Maklev respectivement) – chacun pour de bonnes raisons.

Le député Uri Maklev, du parti Yahadout HaTorah, dirige une réunion de la commission des sciences et de la technologie de la Knesset, le 4 juin 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Le dimanche 24 mai, quelques heures seulement après avoir été élu à ce poste par la Knesset, le vice-ministre de l’Education Meir Porush a accompli son premier acte officiel en tant que membre du nouveau gouvernement. Il a rendu visite au département des institutions de la Torah du ministère de l’Education, qui supervise les vastes transferts de fonds via le budget de l’Education de l’État vers le système scolaire Haredi « indépendant » – c’est-à-dire non supervisé et dépourvu de programme laïc.

Porush n’est pas un nouveau venu dans le ministère ; il a été ministre adjoint de l’Éducation pendant la majeure partie des cinq dernières années. Mais après un an d’impasse politique, et avec un budget de l’Education mis à jour à quelques mois de son passage à la Knesset, le vice-ministre de l’Education, qui n’est plus en fonction, doit faire face à une crise budgétaire dans l’éducation Haredi, provoquée par l’absence d’une Knesset qui fonctionne.

« Nous sommes dans l’un des endroits les plus importants du pays », a-t-il déclaré lors de la visite au bureau du département à Jérusalem. « C’est par vous que passe la plus grande partie du soutien au monde de la Torah ici, en terre d’Israël. Même si nous pouvions rassembler tous les dons venant de l’étranger [en une seule contribution], nous ne pourrions pas nous approcher du montant donné par l’Etat d’Israël aux étudiants de la Torah ».

Même dans le meilleur des cas, de nombreuses yeshivot et écoles Haredi vivent d’une subvention gouvernementale à l’autre. Ce n’est pas le meilleur des moments. Le monde des yeshivas en Israël a été durement frappé par la crise du coronavirus, qui a fermé leurs portes pendant de longues semaines et a épuisé une grande partie de leurs fonds caritatifs provenant de l’étranger.

Le vice-ministre de l’Education Meir Porush, du parti Yahadout HaTorah, arrive à Jérusalem le 14 octobre 2018 pour une réunion du Conseil des Sages de la Torah du parti sur le projet de loi militaire. (Yonatan Sindel/Flash90)

Mais elles ont été encore plus frappées par le fait qu’une Knesset dans l’impasse tout au long de 2019 n’a pas pu adopter un budget de l’État pour 2020, et a donc laissé de nombreuses institutions en difficulté pour leur survie.

La visite de Porush dimanche n’était pas une visite de courtoisie. C’était le lancement d’un effort visant à produire une proposition de financement provisoire pour garder les yeshivot ouvertes et subventionnées jusqu’à ce que le budget principal de l’État soit adopté dans quelques semaines.

La loyauté du Shas et de Yahadout HaTorah envers Netanyahu, un homme à l’esprit traditionaliste mais néanmoins laïc, n’était pas une loyauté personnelle. Elle était ancrée dans la crainte de se retrouver sans influence politique

Le département des institutions de la Torah est « l’un des endroits les plus importants du pays », a-t-il déclaré, et il le pensait.

C’est ainsi que le vice-ministre Yitzhak Cohen, du ministère des Finances, qui est le responsable de la résolution des problèmes de la communauté Haredi au sein du Trésor public, et le vice-ministre Uri Maklev, du ministère des Transports, veilleront à ce que les convictions religieuses des Haredi ne soient pas ignorées dans le cadre de la lutte permanente pour les travaux routiers et ferroviaires le jour du Shabbat.

Photo d’illustration : des étudiants dans une yeshiva de Jérusalem, le 16 août 2018. (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

L’État donne

Benjamin Netanyahu ne serait peut-être pas Premier ministre aujourd’hui sans la loyauté des partis Haredi envers le « bloc » de droite qu’il a voulu créer avant les élections de septembre.

Les électeurs Haredi ont préféré Netanyahu au rival Benny Gantz, selon les sondages. (Et, en effet, les électeurs de Yahadout HaTorah étaient plus susceptibles que les électeurs du Likud, 88 % à 73 % selon un sondage de novembre de l’Institut israélien pour la démocratie, de croire les affirmations de Netanyahu selon lesquelles ses ennuis judiciaires ont été créés par une cabale de la police, de procureurs et de journalistes travaillant à l’évincer du pouvoir).

Pourtant, la loyauté du Shas et de Yahadout HaTorah envers Netanyahu, un homme à l’esprit traditionaliste mais néanmoins laïc, n’était pas une loyauté personnelle. Elle était ancrée dans la peur de se retrouver sans influence politique.

Alors que certains laïcs dénoncent le pouvoir politique des Haredi et les versements massifs octroyés aux institutions Haredi à partir des caisses de l’État, les dirigeants Haredi eux-mêmes considèrent cette relation comme une relation de dépendance et de profonde vulnérabilité.

Le président du parti Shas et ministre de l’Intérieur Aryeh Deri (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une cérémonie marquant le sixième anniversaire de la mort du rabbin Ovadia Yosef, à la Knesset, le 4 novembre 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Par deux fois, de mémoire récente, les partis Haredi se sont retrouvés éloignés de la table du gouvernement. Dans le gouvernement Netanyahu 2013-2015, les partis laïcs Yesh Atid et Yisrael Beytenu se sont associés au Likud et au parti sioniste religieux HaBayit HaYehudi pour les chasser de leurs sièges traditionnels de pouvoir et de contrôle sur les hiérarchies religieuses de l’État. Les députés Haredi se souviennent de cette période comme d’un traumatisme. Shai Piron de Yesh Atid dirigera le ministère de l’Education sans Meir Porush à ses côtés pour tempérer le décret. Les yeshivas ont lutté et ont diminué alors que les budgets étaient réduits, tandis que des lois étaient votées pour tenter d’étendre le projet de loi sur le service militaire Haredi.

C’était la deuxième fois au cours des deux dernières décennies que les partis Haredi étaient exclus du gouvernement. La première fois, c’était dans le gouvernement Sharon en 2001, lorsque le ministre des Finances de l’époque, Benjamin Netanyahu, a réduit les allocations familiales pour les familles nombreuses dans le cadre d’une vaste série de réformes de marché libre. Ce changement a entraîné une réduction de la taille des familles Haredi pendant deux décennies.

Les partis Haredi se souviennent des deux événements, et les invoquent encore lorsqu’ils mobilisent les électeurs pour les élections.

Personne n’a oublié que Netanyahu a été intimement impliqué dans ces deux expériences traumatisantes.

La loyauté envers Netanyahu au cours de l’année passée ne concernait pas Netanyahu, ou du moins pas la version 2020 de l’homme. Il s’agissait du Netanyahu 2002 et du Shai Piron 2014. Il s’agissait plutôt de la peur.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime lors d’une réunion à la Knesset avec les partis de son bloc de droite, le 18 novembre 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Le refus d’Avigdor Liberman de rejoindre un gouvernement Netanyahu le 30 mai 2019 a provoqué une impasse politique qui a opposé les laïcs Liberman et Yair Lapid à Netanyahu, et a ainsi contribué à cimenter le soutien Haredi au Premier ministre.

À trois reprises au cours des deux cycles électoraux suivants, Netanyahu a obtenu la signature des dirigeants Haredi sur des lettres de « loyauté » adressées à son bloc de droite – jusqu’à ce que Moshe Gafni de Yahadout HaTorah en ait eu assez, en disant au Premier ministre en mars qu’il ne signerait plus d’engagements.

Le président du parti Shas et ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, (au centre), le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le leader de Kakhol lavan Benny Gantz, à la Knesset, le 4 novembre 2019. (Hadas Parush/Flash90)

En effet, la même crainte a fait du leader du Shas, Aryeh Deri, un intermédiaire clé pour transmettre les messages de Netanyahu à Gantz et les exhorter tous deux à conclure un accord d’unité. La décision de Gantz, le 26 mars 2020, d’entamer des pourparlers de coalition avec Netanyahu a mis Lapid sur la touche en brisant l’alliance Lapid-Gantz, et a poussé Avigdor Liberman d’Yisrael Beytenu à quitter son perchoir de « faiseur de rois » et à perdre toute pertinence dans l’opposition. Cela a fait de Gantz un partenaire précieux, également, et a conduit les partis Haredi à conclure qu’un gouvernement d’unité stable, durable et sans laïcs était le meilleur résultat possible pour eux.

Tout au long des pourparlers d’unité entre Netanyahu et Gantz, craignant qu’une nouvelle élection ne relance la politique laïque, les partis Haredi ont fait pression, discrètement mais avec persistance, sur Netanyahu pour qu’il conclue un accord avec Gantz.

Yair Lapid (à droite), leader de Yesh Atid, et Avigdor Liberman, leader du parti Yisrael Beytenu, à la Knesset, le 29 février 2016. (Miriam Alster/Flash90)

A la source

Les factions politiques Haredi sont à la fois puissantes et faibles. Elles exercent une influence énorme sur la nouvelle Knesset et le nouveau gouvernement, mais sont parfaitement conscientes qu’elles ne peuvent littéralement pas se permettre de ne pas être là.

Il en a toujours été ainsi. La relation de l’éducation Haredi, ancre et moteur de la communauté, avec la table de négociation de la coalition est intime. La société Haredi a utilisé le processus de coalition pour répondre à ses besoins et faire valoir ses points de vue. Mais pas moins que cela, elle a été façonnée par cet effort, et par le soutien de l’État israélien.

Le Shas a été fondé en 1984 pour protester contre la discrimination rampante dont sont victimes les Juifs séfarades dans toute la société israélienne, et en particulier dans les rangs des partis ashkénazes Haredi. Trois ans plus tard, ayant déjà remporté quatre sièges à la Knesset, il a lancé le réseau d’écoles « El Hamaayan » (« A la source »).

Ce fut un moment historique pour la société israélienne, une tentative de rassembler en un mouvement national avec des aspirations nationales la poignée d’initiatives locales pour établir des écoles religieuses sépharades et mizrahi qui ne seraient pas dominées par la religiosité et la politique ashkénazes.

Cela ne s’est pas bien passé.

Une école haredi dans l’implantation orthodoxe de Beitar Illit, le 27 août 2014. (Nati Shohat/Flash90)

Les premières écoles étaient désorganisées et démunies, logées dans des bâtiments délabrés, et manquaient de financement et de soutien à la planification de la part des autorités éducatives nationales et locales. Les parents de la classe ouvrière qui soutenaient ces écoles ne pouvaient souvent pas payer les frais de scolarité.

Le tournant pour les écoles, et pour le Shas en tant que parti – et dans un certain sens pour l’identité religieuse sépharade en Israël – est venu lorsque le Shas a commencé à troquer ses votes parlementaires pour le financement de ses écoles.

Alors que d’autres marchandent et se positionnent sur l’annexion, la réforme judiciaire ou le procès de Netanyahu, les parties Haredi ont largement évité ces distractions

C’est dans les accords de coalition qu’il a signés avec une succession de partis au pouvoir au cours des décennies suivantes que le système scolaire « El Hamaayan » a réellement pris son essor, et que le parti Shas a trouvé son véhicule pour la révolution sociale qu’il cherchait à mener pour les Juifs orientaux opprimés d’Israël. L’argent a commencé à circuler, des écoles ont ouvert dans tout le pays, et les Séfarades n’ont plus eu à demander à Yahadout HaTorah ashkénaze une place à la table des négociations.

Il fut un temps où il fallait compter sur les votes des Sépharades et des Juifs Mizrahi à l’esprit traditionaliste mais non Haredis pour obtenir des sièges à la Knesset. Plus maintenant. Une génération et demie d’électeurs séfarades Haredi a maintenant été élevée dans le système éducatif du parti.

Le Shas n’a pas seulement bénéficié de fonds publics au cours des 33 dernières années ; il a été façonné et défini par ces fonds.

Aryeh Deri et le Rav Ovadia Yosef, le 17 mars 1999. (Crédit : Flash90)

Une telle confiance concentre l’esprit. Alors que d’autres marchandent et se positionnent sur l’annexion, la réforme judiciaire ou le procès de Netanyahu, les parties Haredi ont largement évité tout ce qu’elles considèrent comme des distractions.

Au début du procès de Netanyahu, le Premier ministre a reçu plus de bons vœux pour sa rapide disculpation de la part de Kakhol lavan que de ses partenaires du Shas et de Yahadout HaTorah. Et tandis que Kakhol lavan et le Likud se disputaient les ministères de la Coopération régionale et des Affaires stratégiques, les partis Haredi ont exigé des postes de vice-ministres insoupçonnés dont ils pourraient faire profiter leurs écoles et leurs communautés.

Les électeurs Haredi ont des opinions sur les grandes questions d’État qui dépassent les limites des institutions Haredi, bien sûr. Et les dirigeants Haredi possèdent le même ego qui a conduit les autres partis à former des ministères de l’Autonomisation et de la Promotion des communautés et autres. Mais une profonde dépendance aux fonds publics et le souvenir traumatisant des coûts de l’errance politique ont donné aux politiciens Haredi une vision plus ciblée de ce à quoi sert la politique.

Au moment où le 35e gouvernement se met en place, cette orientation semble avoir porté ses fruits.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...