Israël en guerre - Jour 151

Rechercher
Interview

Rav Yaakov Medan : Blesser des innocents « n’est pas notre façon de nous exprimer »

Le directeur de l'emblématique yeshiva Har Eztion a condamné les récentes attaques commises par des extrémistes juifs, qu'il a attribuées à la vague de terrorisme palestinien

Jeremy Sharon

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Le rabbin Yaakov Medan s'exprimant lors d'une manifestation devant la Knesset contre l'expulsion prévue de l'avant-poste illégal d'Amona, le 30 janvier 2017. (Crédit : Hadas Parush/FLASH90)
Le rabbin Yaakov Medan s'exprimant lors d'une manifestation devant la Knesset contre l'expulsion prévue de l'avant-poste illégal d'Amona, le 30 janvier 2017. (Crédit : Hadas Parush/FLASH90)

Le rabbin Yaakov Medan, figure de proue de la communauté sioniste religieuse, a condamné les récentes émeutes et attaques menées par des extrémistes juifs contre des villages palestiniens, et a qualifié un tel comportement d’ « illégitime ».

Medan, doyen de la prestigieuse yeshiva Har Etzion dans l’implantation d’Alon Shvut en Cisjordanie, a déclaré que de telles attaques ne correspondaient « ni à notre façon de nous exprimer ni à nos valeurs » et a condamné en particulier la destruction de livres, qui seraient des copies du Coran, qui a eu lieu dans le village palestinien d’Urif il y a plusieurs jours.

Le rabbin a expliqué que les émeutes juives détournaient également l’attention et les ressources des services de sécurité de la lutte contre le terrorisme palestinien et qu’elles devaient donc cesser immédiatement.

La semaine dernière, des extrémistes juifs ont attaqué plusieurs villages palestiniens dans le nord de la Cisjordanie, ont incendié des maisons, des véhicules et des champs agricoles et, dans certains cas, ont ouvert le feu sur les habitants avec des fusils d’assaut, notamment à Turmus Ayya, à Urif et à Umm Safa.

Ces actes terroristes font suite à l’attaque terroriste perpétrée à proximité de l’implantation d’Eli, au cours de laquelle quatre Israéliens ont été tués par deux Palestiniens armés qui ont ouvert le feu sur les clients d’un restaurant situé à côté d’une station-service.

Les émeutes ont été condamnées par la classe politique, y compris par certains membres de la coalition de droite, mais il n’y a pas eu de condamnation de la part des dirigeants des implantations ou des personnalités religieuses.

Des Palestiniens passent devant une voiture brûlée, qui a été incendiée par des résidents d’implantations israéliennes la veille, à Turmus Ayya près de la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 22 juin 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

La yeshiva Har Etzion est considérée comme une institution relativement modérée, sur le plan politique et religieux, en raison de la vision de ses fondateurs, bien que Medan lui-même ait des opinions très marquées à droite, qu’il s’est opposé aux accords d’Oslo et qu’il a soutenu des partis de droite.

« Nous devons tout faire, absolument tout, pour mettre fin à ces émeutes », a déclaré Medan au Times of Israel.

« Nous ne faisons pas de mal aux personnes qui jouissent d’une présomption d’innocence. Nous n’attaquons que les meurtriers et ceux qui les aident, et c’est l’État d’Israël et les forces de sécurité qui s’en chargent, et non chaque personne à titre privé », a-t-il déclaré. « Il faut condamner totalement le fait d’entrer dans des villages arabes, de brûler des maisons, des voitures, des champs, car ce n’est pas notre façon de nous exprimer que de porter atteinte aux biens de personnes qui jouissent d’une présomption d’innocence ».

Medan a noté que Michal Shir, députée du parti Yesh Atid, a menacé dimanche, lors d’une audition devant une commission de la Knesset, les opposants au programme de réforme judiciaire du gouvernement de « brûler les rues » si une loi portant atteinte à la démocratie israélienne était adoptée.

« Les propos de Michal Shir et de ses partisans, d’une part, et de ceux qui mettent le feu à des villages arabes, d’autre part, ne sont pas ceux des gens de la Torah, de ceux qui aiment Dieu et de ceux qui aiment la Terre », a-t-il déclaré.

Le rabbin a également évoqué un incident survenu mercredi, au cours duquel un émeutier masqué a été vu à Urif en train d’arracher des pages de ce qui aurait été un Coran et de les disperser dans la rue.

Des agents de la Police des frontières empêchent des habitants d’implantations israéliennes d’entrer dans la ville palestinienne de Turmus Ayya, en Cisjordanie, le 21 juin 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)

« Nous devons dénoncer catégoriquement ceux qui dénigrent et brûlent les livres saints, comme nous l’avons vu lorsque quelqu’un a détruit un Coran », a déclaré Medan.

Mais il a également déclaré qu’il était important de mettre un terme aux émeutes juives afin de ne pas entraver le travail de l’armée et des services de sécurité.

« Nous devons tout faire pour soutenir les services de sécurité et les accompagner dans leurs efforts pour éradiquer les terroristes et ceux qui les soutiennent, et c’est notre seule mission à l’heure actuelle – les soutenir et ne pas faire de choses qui les gênent », a déclaré le rabbin, suggérant que Tsahal et d’autres services de sécurité doivent consacrer des ressources importantes pour endiguer la menace posée par la violence extrémiste juive.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles ces actes terroristes se sont multipliés et aggravés au cours des derniers mois, Medan a déclaré qu’il pensait que ces actions étaient dues au fait que certains habitants des implantations avaient été choqués par les récentes attaques terroristes et qu’ils étaient déçus par la façon dont les forces de sécurité étaient « à la traîne » par rapport à la situation sécuritaire sur le terrain.

« Il est impossible de dissocier ces événements de la détresse dont souffrent les gens, car au cours des six derniers mois, 28 personnes ont été assassinées lors d’attaques terroristes et de nombreuses autres ont été blessées, dont certaines de manière irréversible », a-t-il déclaré.

« Il est également impossible de faire abstraction du fait que des manifestants de gauche bloquent les routes et se livrent à des émeutes à leur guise sous la protection de la police et que personne n’ose leur faire quoi que ce soit », a-t-il ajouté en référence aux manifestations contre le programme de refonte judiciaire radicale du gouvernement. « Mais cette voie est illégitime et nous devons l’arrêter à tout prix. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.