Retour sur les hommages à Ilan Halimi organisés ce week-end
Rechercher

Retour sur les hommages à Ilan Halimi organisés ce week-end

Un rassemblement d’extrême gauche au jardin Ilan Halimi a causé la polémique ; Emmanuel Macron et Gérald Darmanin lui ont rendu hommage sur Twitter

Des affiches au jardin llan Halimi, à Paris, le 14 février 2021. (Crédit : Bertrand GUAY / AFP)
Des affiches au jardin llan Halimi, à Paris, le 14 février 2021. (Crédit : Bertrand GUAY / AFP)

Plusieurs hommages ont été rendus à Ilan Halimi ce week-end à Paris, Sainte-Geneviève-des-Bois, Bagneux, Nice et Jérusalem pour commémorer les 15 ans de son assassinat.

De nombreux messages ont également été postés sur les réseaux sociaux, « Ilan Halimi » devenant l’un des principaux sujets sur Twitter France vendredi.

Emmanuel Macron, Gérald DarmaninValérie Pécresse, Christian Estrosi, Manuel Valls, Clément Beaune, Raphael Glucksmann, Isabelle Balkany, Yaël Braun-Pivet, Joël Giraud, Renaud Muselier, Latifa Ibn Ziaten, ou encore Serge Moati lui ont ainsi rendu hommage sur Twitter.

Jeudi, le Premier ministre Jean Castex avait décerné, depuis Matignon, le prix Ilan Halimi. Il a récompensé cette année cinq internes du lycée La Bruyère de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) pour leur campagne de communication « Tous égaux sous le masque », une série d’émissions de radio et une campagnes multimédia, réalisées dans leur établissement.

Vendredi matin, un hommage a été organisé au jardin Ilan Halimi, dans le 12e arrondissement de Paris. Anne Hidalgo, maire de Paris PS, et les représentants des principales organisations juives, dont le CRIF et le FSJU, y ont participé.

La municipalité de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), où a été retrouvé agonisant Ilan Halimi, lui a elle rendu un hommage vendredi matin également. Le maire Frédéric Petitta (divers gauche), le préfet Frédéric Potier (DILCRAH), Noémie Madar (UEJF), Dominique Sopo (SOS Racisme), Audrey Pulvar et Emilie Frêche étaient présents. (Audrey Pulvar a aussi participé dimanche à Sarcelles à un hommage à Yohan Cohen, tué en janvier 2015 dans l’attentat contre l’HyperCacher.)

À Bagneux (Hauts-de-Seine), ville où Ilan a été retenu en otage, la maire Marie-Hélène Amiable (PCF) et deux de ses élues – en charge du travail de mémoire et en charge de la lutte contre les discriminations –, ont déposé vendredi des fleurs devant les plaques à sa mémoire, dans deux parcs de la ville : le parc Richelieu et le jardin Ilan Halimi.

À Jérusalem, Eric Danon, ambassadeur de France en Israël, et le député Meyer Habib (UDI) se sont recueillis sur la tombe d’Ilan.

ILAN, 15 ANS APRÈS, NOUS NE T’OUBLIONS PAS, NOUS NE PARDONNONS PAS ! 15 ans déjà ! Ce matin, avec l’Ambassadeur de…

Posted by Meyer Habib on Friday, February 12, 2021

À Nice, une cérémonie d’hommage a eu lieu samedi à la grande synagogue de la ville.

Dimanche après-midi, une centaine de personnes se sont réunies boulevard Voltaire, dans le 11e arrondissement de Paris, devant l’adresse de la boutique où travaillait Ilan Halimi. Le rassemblement était organisé à l’appel de la Ligue de défense juive.

Un autre rassemblement – d’extrême gauche celui-ci – a eu lieu au même moment au jardin Ilan Halimi. Il était organisé par le Réseau d’actions contre l’antisémitisme et tous les racismes, le Collectif des Juifves VNR, le Mémorial 98 et les Juives et Juifs révolutionnaires. Il était soutenu par de nombreuses organisations antifascistes, de gauche et d’extrême gauche, notamment le Comité Adama Traoré, le Nouveau parti anticapitaliste, l’Union nationale des étudiants de France ou encore l’Union communiste libertaire, ainsi que par la Ligue des droits de l’homme, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples et SOS Racisme.

L’évènement a attiré entre 150 et 200 personnes. Il a été accusé sur les réseaux sociaux – ainsi qu’un article de Libération traitant l’évènement – de faire de la récupération politique de l’assassinat d’Ilan, alors que les organisations qui en sont à l’origine ont, ces dernières années, souvent dénoncer l’État d’Israël et (très) peu soutenu les Juifs de France face à l’antisémitisme.

Des militants de la LDJ sont intervenus lors de ce rassemblement d’extrême gauche, afin de rappeler que « tous ces Juifs tués aimaient la terre d’Israël (où nombre d’entre eux sont enterrés, ce qui évite que leurs tombes ne soient profanées), et que leurs assassins ne venaient pas de l’extrême droite mais de la ‘diversité’ notamment islamiste, nouvel électorat de l’extrême gauche ».

Aujourd’hui une vingtaine de militants de la LDJ ont fait trembler 150 militants de la France insoumise et d antifas qui…

Posted by Ligue de Défense Juive – LDJ Paris on Sunday, February 14, 2021

Le 13 février 2006, en contrebas d’une voie de chemin de fer, Ilan Halimi, 23 ans, avait été retrouvé après avoir été torturé et séquestré par le « gang des barbares ». Il était mort lors de son transfert à l’hôpital.

Employé dans un magasin de téléphonie à Paris, il avait été piégé puis séquestré à Bagneux par le « gang des Barbares », qui espérait une rançon, avant d’être tué par Youssouf Fofana, qui purge depuis 2009 une peine de réclusion à perpétuité.

Selon un bilan du Service de Protection de la Communauté Juive (SPCJ) publié fin janvier, le nombre d’actes antisémites est en baisse en 2020. Mais le nombre d’agressions violentes recensées, 44, est resté identique à celui de 2019, malgré trois mois et demi de confinement.

Selon ce rapport, l’année 2020 a été marquée par une hausse des paroles antisémites sur les réseaux sociaux, avec notamment la prolifération des thèses complotistes désignant les Juifs comme instigateurs de la crise sanitaire mondiale de COVID-19.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...