Rechercher

Réunion exceptionnelle des principaux ministres israéliens à propos de l’Iran

Le cabinet de sécurité se réunit ce dimanche ; Liberman a exhorté Netanyahu et Gantz à s'unir, parle "d'urgence nationale" évoquant la guerre de Kippour ; manifestions à Gaza

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan (au centre) et le ministre du Renseignement et des Transports Yisrael Katz (à gauche) lors d'une réunion du cabinet à Jérusalem en 2016, (Amit Shabi/POOL/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan (au centre) et le ministre du Renseignement et des Transports Yisrael Katz (à gauche) lors d'une réunion du cabinet à Jérusalem en 2016, (Amit Shabi/POOL/Flash90)

Le Cabinet de sécurité se réunira dimanche pour la première fois en deux mois, alors que les dirigeants israéliens ont lancé ces derniers jours des avertissements énigmatiques concernant une menace croissante pour la sécurité.

Les membres du forum de haut niveau se réuniront au cabinet du Premier ministre à Jérusalem dans l’après-midi.

Ces derniers jours, les médias israéliens ont cité à plusieurs reprises des responsables de la sécurité non identifiés avertissant de la menace croissante d’une attaque orchestrée par l’Iran.

Vendredi, la Treizième chaîne d’information a fait état de la crainte que Téhéran, enhardi par les succès militaires contre les États-Unis et l’Arabie saoudite, ne cherche à attaquer l’État juif.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin ont tous deux mentionné les besoins cruciaux en matière de sécurité ces derniers jours en appelant à la formation d’un large gouvernement d’union.

Gabi Ashkenazi du parti Kakhol lavan, nouvellement nommé à la tête de la puissante Commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, a également parlé jeudi de « nombreux défis dans le domaine de la sécurité, certains connus de tous et d’autres qui ne seront discutés qu’à huis clos ».

Samedi soir, le chef de Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a réitéré son appel pour que Netanyahu et Benny Gantz, le chef de Kakhol lavan, forment un gouvernement d’unité, invoquant une « urgence nationale et des défis économiques, des menaces de sécurité venant du nord, du sud, et de plus loin ».

Avigdor Liberman, leader de Yisrael Beytenu, s’adresse à la presse lors d’une visite du marché Sarona à Tel Aviv le jour des élections, le 17 septembre 2019. (Miriam Alster/Flash90)

Liberman a noté dans un article sur Facebook que le pays marquera dimanche les 46 ans de la guerre de Kippour, le conflit le plus traumatisant de l’histoire de la nation et dans lequel Israël a été pris au dépourvu par ses ennemis, et a déclaré qu’il était impératif de se rappeler son héritage « de leadership et d’amour du pays ».

« Nous sommes à la croisée des chemins politiques », a écrit Liberman. « Les résultats des élections ne peuvent mener qu’à une seule conclusion – le peuple veut l’unité… J’appelle une fois de plus le Premier ministre Netanyahu et le député Benny Gantz : Faites preuve de responsabilité et de leadership, mettez de côté votre ego et arrêtez de jouer, de virevolter et de perdre du temps. »

Netanyahu, lors d’un discours prononcé jeudi lors de la prestation de serment de la nouvelle Knesset, a également appelé à la mise en place d’un « gouvernement d’unité nationale », affirmant que les défis sécuritaires du pays exigeaient une stabilité politique.

« Personne n’est confronté à autant de défis que nous, aucun autre pays. Et les démocraties qui ne comprennent pas qu’il faut s’unir en temps de danger en paient un lourd tribut », a-t-il dit.

« Ce n’est pas une fantaisie, ce n’est pas ‘Netanyahu qui essaie de nous faire peur' », a-t-il dit. « Quiconque connaît la situation sait que l’Iran est de plus en plus fort et qu’il attaque le monde entier en disant clairement : ‘Israël va disparaître’. Ils y croient, ils y travaillent, nous devons les prendre au sérieux. »

Benny Gantz (à droite) et Yair Lapid, chefs du parti Kakhol lavan, lors d’une réunion de faction à l’ouverture de la 22e Knesset, le 3 octobre 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Mais le député Ofer Shelah de Kakhol lavan a rejeté les affirmations, disant : « Il n’y a pas de plus grand cynisme que celui de Netanyahu pour utiliser la question de la sécurité à des fins politiques. Ne croyez pas ses propos alarmistes. Tout est politique avec lui. »

Netanyahu a fait pression sur Kakhol lavan pour qu’il rejoigne une coalition dirigée par lui et composée de partis de droite et de partis Haredi. Jusqu’à présent, Gantz a refusé de faire partie d’une coalition avec Netanyahu tant que le dirigeant du Likud fera face à des accusations de corruption, et n’est pas disposé à rejoindre un gouvernement composé de partis d’extrême droite et ultra-orthodoxe. Kakhol lavan a dit qu’un gouvernement d’unité avec le Likud pourrait être formé en une heure » si Netanyahu se retire.

Pendant ce temps, le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien a célébré samedi les 32 ans de sa création, en organisant un rassemblement dans la bande de Gaza où il a exhibé un tout nouveau type de roquettes, selon ses dires.

« La résistance de Gaza est prête à lutter ensemble contre toute action dirigée contre la bande de Gaza », a déclaré Ziyad Al Nahale, chef de l’organisation.

Vendredi soir, deux projectiles tirés sur Israël depuis Gaza n’ont pas atteint la clôture de la frontière, atterrissant à l’intérieur du territoire tenu par le Hamas, a déclaré l’armée israélienne, déclenchant ainsi des sirènes dans la localité de Kissufim, au sud du pays, qui se trouve à la frontière de Gaza.

Un jeune manifestant brandit un drapeau palestinien alors qu’il manifeste près de la barrière frontalière avec Israël à l’est de la ville de Gaza, le 4 octobre 2019. (MAHMUD HAMS / AFP)

L’incident est survenu quelques heures après qu’un Palestinien ait été tué lors d’émeutes le long de la barrière frontalière entre Gaza et Israël, vendredi, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, alors que des milliers de personnes participaient à des manifestations hebdomadaires.

La Douzième chaîne a indiqué que l’armée israélienne renforçait l’état de préparation des troupes dans le sud, en Cisjordanie et à la frontière nord en raison de la situation tendue et de l’alerte accrue qui prévaut pendant les fêtes juives.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...