Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Sciences Po : pas « d’abandon » des procédures après une accusation d’antisémitisme

Il n'est "pas question de lever, d'amoindrir ou d'enlever, soit des sanctions (pour) antisémitisme, soit les procédures" sur ce sujet, a affirmé Sylvie Retailleau

Sylvie Retailleau, ministre française de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. (Crédit 
: MEHDI FEDOUACH / AFP)
Sylvie Retailleau, ministre française de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. (Crédit : MEHDI FEDOUACH / AFP)

La « suspension » de procédures disciplinaires annoncée par la direction de Sciences Po à l’encontre d’étudiants mobilisés pour la cause palestinienne ne concerne pas l’enquête ouverte en mars après une accusation d’antisémitisme, a souligné dimanche la ministre de l’Enseignement supérieur.

Il n’est « pas question de lever, d’amoindrir ou d’enlever, soit des sanctions (pour) antisémitisme, soit les procédures » sur ce sujet, a affirmé Sylvie Retailleau sur BFMTV.

L’engagement pris vendredi par la direction de l’établissement parisien se référait à une procédure « qui n’a pas de lien avec l’antisémitisme », lié à des faits plus récents, sans rapport avec « l’événement malheureux, intolérable, du 12 mars ».

La ministre fait référence à l’occupation, en mars, d’un amphithéâtre par des étudiants mobilisés pour la cause palestinienne, qui s’est soldée par une accusation d’antisémitisme de la part de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), rejetée par les étudiants pro-Gaza. Après cet épisode, le gouvernement avait saisi le procureur et une enquête administrative interne a par ailleurs été lancée, qui pourra donner lieu à des sanctions, selon le ministère.

Vendredi soir, à l’issue d’une journée de blocage et de mobilisation, émaillée de tensions, la direction de Sciences Po a notamment annoncé la « suspension des saisines de la section disciplinaire engagées depuis le 17 avril ».

Elle s’est aussi engagée à organiser un débat interne d’ici jeudi.

« Les universités doivent rester un lieu de débat, mais débat n’est pas blocage (et) n’est des revendications illégitimes », a observé Sylvie Retailleau au sujet des revendications des étudiants mobilisés.

« Les revendications sur un appel au boycott académique (des) liens avec des entités d’Israël (ou) à des enquêtes sur des partenariats, eh bien non. Il n’est pas question de revenir sur des revendications que j’appelle illégitimes », a-t-elle affirmé.

« Ce qu’a proposé Sciences Po, c’est d’essayer d’installer un débat mesuré où la controverse est possible, le spectacle désolant qu’on a vu vendredi n’était pas un débat », dit-elle.

La tête de liste Les Républicains (LR) aux élections européennes François-Xavier Bellamy a reproché dimanche à la ministre de l’Enseignement supérieur d’avoir soutenu un « accord de la honte » entre la direction de Sciences Po et les manifestants. Il a également demandé au gouvernement d’envisager un arrêt des subventions publiques à Sciences Po Paris, interrogé au Grand rendez-vous CNews, Europe 1, Les Echos.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.