Rechercher

Silman menacerait un autre membre du parti si elle était déclarée transfuge

Selon la Douzième chaîne, la députée pourrait publier des dossiers sur Orbach si Yamina cherchait à la punir pour avoir fait défection : "Nir sortira grandi de cette affaire"

Illustration : Idit Silman, la député rebelle Yamina, présidant une réunion de la commission des dispositions de la Knesset le 23 juin 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Illustration : Idit Silman, la député rebelle Yamina, présidant une réunion de la commission des dispositions de la Knesset le 23 juin 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Idit Silman, membre rebelle de la Knesset, a menacé de divulguer des détails prétendument préjudiciables sur un autre membre de Yamina si le parti du Premier ministre Naftali Bennett décidait de la déclarer transfuge, a rapporté vendredi la télévision israélienne.

Selon la Douzième chaîne, Silman a déclaré qu’elle possédait « toute » la correspondance et les rapports du député Nir Orbach du temps où il était membre du parti national religieux HaBayit HaYehudi. Silman a également fait partie de HaBayit HaYehudi, autrefois dirigé par Bennett.

« D’autres personnes m’ont également donné des documents supplémentaires… Nir sortira grandi de cette affaire », aurait dit Silman à celui que la chaîne a décrit comme une « figure importante de la coalition ».

« Personne ne veut que ces choses sortent à l’extérieur. J’ai quitté la coalition et je n’ai pas dit de mal des personnes avec lesquelles j’ai travaillé. Je suis très prudente, mais ne jouez pas avec moi », aurait-elle ajouté.

La chaîne a déclaré que plusieurs plaintes demandant une enquête de police sur Silman au sujet des menaces rapportées avaient été soumises au procureur général.

Ces informations interviennent alors que les appels se multiplient pour que Silman soit officiellement exclue du parti ou fasse l’objet d’autres sanctions, après avoir voté tôt mardi pour bloquer la reconduction de Matan Kahana de Yamina au poste de ministre des Affaires religieuses.

Avant ce vote, Silman avait évité de s’opposer directement à Yamina depuis qu’elle avait quitté la coalition en avril, car le fait d’être officiellement qualifiée de transfuge réduirait ses chances lors des prochaines élections. La destitution de Silman de la présidence de la commission de la Santé de la Knesset a également été évoquée comme une option pour la punir.

Nir Orbach et Idit Silman discutant lors d’un vote en plénière de la Knesset à Jérusalem, le 1er juin 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

En avril, suite à la démission de Silman de la coalition, Yamina a évincé le député rebelle Amichai Chikli.

« Il n’y a rien de plus laid et de moins légitime que cela… Ce n’est même pas une question de politique. Qui menace ? C’est insupportable, inacceptable, scandaleux », a réagi la ministre des Transports, Merav Michaeli.

Orbach lui-même a été cité comme un autre transfuge potentiel et a rencontré Bennett jeudi soir pour discuter de la question alors que la coalition au pouvoir est en difficulté. Les deux hommes ont ensuite publié une déclaration commune affirmant que la conversation avait été « bonne » et qu’elle se poursuivrait dimanche.

Pendant ce temps, la députée du Meretz Ghaida Rinawie Zoabi a juré vendredi de voter à nouveau contre le projet de loi étendant les droits civils aux résidents d’implantations israéliens en Cisjordanie, que plusieurs députés ont contribué à faire échouer lundi.

Initialement adoptée dans le sillage de la guerre des Six jours, en 1967, la législation reste une « mesure d’urgence » qui doit être renouvelée tous les cinq ans. Reconduite en 2017 pour la dernière fois, elle doit expirer le 30 juin.

La députée Rinawie Zoabi lors d’une session plénière à la Knesset, le 8 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Je m’attendais principalement à ce que le Meretz se montre ferme, en particulier en ce qui concerne la Judée-Samarie », a-t-elle déclaré à Kan, faisant référence aux zones de Cisjordanie par leurs noms bibliques. « Il n’y a pas la moindre chance que je soutienne le projet de loi. »

Rinawie Zoabi a fait face à des appels à la démission de la Knesset depuis le vote de lundi, mais a déclaré que « personne ne m’a parlé directement » à ce sujet.

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, qui dirige le Meretz, a appelé Rinawie Zoabi à abandonner son siège à la Knesset si elle ne soutenait pas la coalition lors de votes clefs.

« Elle doit renoncer à son poste et nous pourrons passer à autre chose. C’est la seule chose juste et équitable à faire », a-t-il déclaré à la radio 103FM vendredi.

Le va-et-vient entre Rinawie Zoabi et Horowitz est survenu alors que les membres de droite de la coalition, les législateurs de Yamina et de Tikva Hadasha sont de plus en plus frustrés par certains députés de Meretz et de Raam qui ont refusé de soutenir la législation convenue par le gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...