Suite au tollé, la boulangerie Anne & Frank d’Amsterdam renonce à son nom
Rechercher

Suite au tollé, la boulangerie Anne & Frank d’Amsterdam renonce à son nom

Le propriétaire du café nouvellement ouvert a affirmé qu'il ne voulait pas commettre d'offense et qu'il considérait la victime de la Shoah comme une héroïne

Le musée de la Maison d'Anne Frank à Amsterdam. (Capture d'écran/YouTube)
Le musée de la Maison d'Anne Frank à Amsterdam. (Capture d'écran/YouTube)

Un nouveau café d’Amsterdam nommé « Boulangerie Anne et Frank » est en passe de changer de nom, ont rapporté les médias mardi.

La boulangerie se trouve dans le même quartier que la Maison d’Anne Frank, où l’adolescente juive se cachait des nazis avant qu’elle et sa famille ne soient dénoncés et déportés au camp de concentration de Bergen-Belsen, où elle mourut en 1945.

Le propriétaire de la boulangerie, Roberto Barsoum, a dit qu’il n’avait pas voulu offenser en utilisant ce nom.

« Anne Frank est une héroïne pour beaucoup de gens et pour moi aussi », a-t-il déclaré sur le site néerlandais NU news. « Comme mon entreprise est située dans le même quartier que la Maison d’Anne Frank, ça m’a semblé être une bonne idée. »

Cependant, les internautes des réseaux sociaux ne partageaient pas cet avis.

« Sans aucune forme de honte ou de décence, une boulangerie au coin de la maison d’Anne Frank essaie d’attirer les touristes », a écrit un utilisateur de Twitter en néerlandais. « Même si les propriétaires s’appelaient Anne et Frank, ce serait choquant. »

Selon le site NU, Barsoum a fait disparaître le nom de la vitrine lundi.

Anne Frank. (Crédit : Flickr Commons)

« C’est juste un petit commerce où nous voulons vendre quelques croissants par jour », a-t-il expliqué. « Si j’offense les gens avec ce nom, je trouverais autre chose. »

Il a précisé qu’il réfléchirait attentivement avant de faire son choix final, afin de ne pas offenser les gens à l’avenir.

Anne Frank, qui avait 13 ans lorsqu’elle est entrée dans la clandestinité avec sa famille, a écrit des journaux intimes pendant son séjour sur place. Son père les a ensuite publiés dans un livre intitulé « The Diary of a Young Girl ». Publié en 1947, il est devenu un best-seller et a fait d’Anne Frank un symbole des persécutions et l’une des victimes de la Shoah les plus connues dans le monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...