Syrie : 3 combattants pro-Iran tués dans des raids attribués à Israël
Rechercher

Syrie : 3 combattants pro-Iran tués dans des raids attribués à Israël

L'agence étatique syrienne Sana a fait état d'une "agression" de "l'ennemi israélien" peu après minuit, évoquant "des dégâts matériels" et "quatre soldats blessés"

Des images des médias d'État syriens montrent des missiles de défense aérienne tirés près de Damas en réponse aux frappes israéliennes, le 28 février 2021. (Capture d'écran Twitter)
Des images des médias d'État syriens montrent des missiles de défense aérienne tirés près de Damas en réponse aux frappes israéliennes, le 28 février 2021. (Capture d'écran Twitter)

Trois combattants des milices pro-Iran ont été tués en Syrie dans des raids aériens nocturnes imputés à Israël et ayant visé les environs de Damas, a annoncé jeudi l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes en territoire syrien, ciblant des positions des forces iraniennes et du groupe terroriste libanais du Hezbollah, grands alliés du régime de Damas.

Citant une source militaire, l’agence étatique syrienne Sana a aussi fait état d’une « agression » de « l’ennemi israélien » peu après minuit, évoquant « des dégâts matériels » et « quatre soldats blessés ».

« Nos défenses aériennes ont intercepté l’agression et abattu la plupart » des missiles, a affirmé Sana, précisant que l’attaque avait été menée depuis l’espace aérien du Liban voisin.

Elle n’a pas précisé la nature des cibles.

Les frappes aériennes près de la région de Dimas, au nord-ouest de Damas, ont visé une position militaire du régime syrien et un entrepôt où sont stationnées des troupes iraniennes et des milices alliées, a indiqué l’OSDH, précisant qu’elles avaient « détruit un dépôt d’armes appartenant aux Iraniens ».

« Trois combattants des milices pro-Iran ont été tués », a précisé Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire.

Israël déclare régulièrement qu’il ne permettra pas à la Syrie de devenir la tête de pont des forces iraniennes.

Déclenchée en mars 2011 par la sanglante répression de manifestations en faveur de la démocratie, la guerre en Syrie s’est complexifiée au fil des ans avec l’implication de puissances étrangères et une multiplication des factions armées.

Elle a fait plus de 388 000 morts et entraîné le déplacement de millions de personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...