Rechercher

Trêve au Yémen: la coalition saoudienne libère plus de 160 rebelles Houthis

Cette mesure intervient alors qu'une trêve négociée par l'ONU de deux mois renouvelable a débuté le 2 avril et reste dans l'ensemble respectée dans ce pays en guerre depuis 2014

La police yéménite inspecte un site pris pour cible par des frappes aériennes saoudiennes qui ont visé deux habitations à Sanaa, au Yémen, le 26 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Hani Mohammed)
La police yéménite inspecte un site pris pour cible par des frappes aériennes saoudiennes qui ont visé deux habitations à Sanaa, au Yémen, le 26 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Hani Mohammed)

La coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite intervenant au Yémen voisin a annoncé vendredi la libération de 163 prisonniers rebelles Houthis, a rapporté l’agence officielle saoudienne SPA.

Cette mesure intervient alors qu’une trêve négociée par l’ONU de deux mois renouvelable a débuté le 2 avril et reste dans l’ensemble respectée dans ce pays en guerre depuis 2014.

« L’opération de libération et de transfert de 163 prisonniers Houthis s’est achevée », a indiqué vendredi soir SPA, citant la coalition, qui soutient le gouvernement yéménite face aux insurgés Houthis.

Des images diffusées par les médias d’Etat saoudiens ont montré des hommes, tenant chacun une rose blanche à la main, débarquer d’un avion du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), à Aden, dans le sud du Yémen.

Plus tôt dans la journée, SPA, citant la coalition, avait annoncé le décollage d’un premier avion transportant des prisonniers Houthis « libérés dans le cadre de l’initiative humanitaire saoudienne ».

Sur Twitter, un haut responsable des insurgés, Mohammed Ali al-Houthi, a appelé l’Arabie saoudite à libérer « tous » les prisonniers yéménites.

Il a indiqué qu’une « clarification » serait faite ultérieurement « en ce qui concerne les 163 prisonniers » libérés par les Saoudiens.

Dans un communiqué, le CICR a annoncé avoir, à la demande de la coalition, « facilité le retour au Yémen de 117 personnes détenues en Arabie saoudite ».

« C’est une évolution positive et un geste humanitaire important », a affirmé Omar Odeh, chef de la délégation régionale du CICR pour les pays du Golfe, dont l’Arabie saoudite.

Plus tôt dans la journée, Bachir Omar, porte-parole de cette organisation au Yémen, avait précisé à l’AFP que trois avions affrétés par le CICR devaient tous décoller de l’aéroport d’Abha, dans le sud-ouest de l’Arabie saoudite.

La coalition a précisé qu’ils avaient pour destination Aden et Sanaa (nord), la capitale contrôlée par les rebelles depuis 2014.

Fin avril, la coalition avait annoncé son intention de libérer 163 prisonniers Houthis, afin de soutenir la trêve en vigueur. Ces prisonniers étaient accusés d' »actions hostiles » contre l’Arabie saoudite, selon la coalition.

Cette dernière intervient au Yémen depuis 2015 pour appuyer les forces gouvernementales contre l’offensive des Houthis, des insurgés venus du nord et soutenus par l’Iran.

Le 23 avril, des médias houthis avaient indiqué que les rebelles avaient libéré 42 prisonniers.

Outre la capitale, les rebelles ont pris le pouvoir dans de vastes pans du territoire, en majeure partie dans le nord du Yémen, en proie à l’un des pires drames humanitaires au monde.

Dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, la guerre a causé la mort de près de 380 000 personnes, en majorité en raison des conséquences indirectes comme le manque de nourriture et d’eau potable ainsi que les maladies, selon l’ONU. Des millions d’autres Yéménites ont été déplacés par les combats.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...