Trois fois plus d’attaques sur des Israéliens lors des tensions de mai avec Gaza
Rechercher

Trois fois plus d’attaques sur des Israéliens lors des tensions de mai avec Gaza

Les tirs de roquettes ont fait quatre morts et dix blessés, le bilan le plus lourd de ces deux dernières années ; deux autres blessés dans une attaque au couteau à Jérusalem

Une barrière de sécurité établie autour d'un cratère causé par une frappe à la roquette dans la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, près de la frontière avec Gaza, le 5 mai 2019 (Crédit : Jack Guez/AFP)
Une barrière de sécurité établie autour d'un cratère causé par une frappe à la roquette dans la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, près de la frontière avec Gaza, le 5 mai 2019 (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le regain de tensions dans la bande de Gaza a vu les attaques terroristes perpétrées contre les Israéliens tripler en mai, le mois le plus mortel en près de deux ans, a rapporté le Shin Bet.

La hausse des incidents entre avril et mai, passés de 126 à 449, est lié au tir de plus de centaines de roquettes gazaouïes sur Israël le mois dernier. Ces dernières ont tué quatre personnes et fait huit blessés. Les attaques terroristes ont blessé deux autres personnes en mai, à Jérusalem, ont rapporté les forces de sécurité dans leur rapport mensuel rendu public cette semaine.

Les deux jours de tensions survenues début mai ont vu près de 700 roquettes tirées sur Israël et des centaines de frappes aériennes israéliennes en représailles.

Les violences ont pris fin après la conclusion d’un accord, dans le cadre duquel Israël a accepté d’étendre la zone de pêche autorisée au large de la bande et autorisé le transfert de millions de dollars d’aide aux Gazaouïs, destinés à améliorer la situation humanitaire, entre autres mesures.

Israël a refusé de reconnaître officiellement avoir conclu une trêve.

Les organisations terroristes du Hamas, qui dirige la bande de Gaza, et du Jihad islamique soutenu par l’Iran ont tous les deux confirmé la trêve négociée par l’ONU et l’Égypte.

Blessé par des éclats de mortier ayant frappé sa maison à Ashkelon, Moshe Agadi, père de quatre enfants âgé de 58 ans, a été la première victime mortelle de ces tirs de roquettes.

Des amis et des parents effondrés lors des funérailles de Moshe Agadi, 58 ans, tué par des éclats d’obus après que sa maison a été directement atteinte par une roquette lancée sur Ashkelon, au sud d’Israël, le 5 mai 2019, depuis la bande de Gaza. (Noam Rivkin Fenton/Flash90)

Une roquette a atterri sur une usine, tuant Zaid al-Hamamdeh, père de sept enfants, et blessant deux autres personnes lors d’un tir de barrage ayant visé la ville plus tard dans la journée.

Peu après, un troisième homme, Moshe Feder, 60 ans, a succombé à un missile guidé anti-tank ayant frappé son véhicule alors qu’il circulait sur l’autoroute 34 près de la communauté du kibboutz Erez, au nord de l’enclave. Après avoir perdu une quantité importante de sang, il a été déclaré mort à l’hôpital de Barzilai malgré des tentatives pour le réanimer. Le Hamas avait revendiqué l’attaque.

Un quatrième homme a perdu la vie dans la soirée après avoir été frappé par un éclat de roquette alors qu’il courait vers un abri dans la ville d’Ashdod. Pinchas Menachem Prezuazman, 21 ans, laisse derrière lui une femme et un fils. Il a été enterré à Jérusalem.

Lors de l’attaque au couteau de Jérusalem, un Palestinien de 19 ans a poignardé un Israélien près de la porte de Damas et un autre près de celle de Jaffa dans l’enceinte de la Vieille Ville, avant d’être finalement abattu.

L’une des victimes, un homme d’une quarantaine d’années, se trouvait dans un état critique, touché au cou, et la deuxième, Yisrael Meir Nachumberg, âgé de 16 ans, a été poignardé au dos et a pu sortir de l’hôpital.

Yisrael Meir Nachumberg (à gauche) serre la main du Dr Michael Samir à sa sortie de l’Hôpital Hadassah Ein Karem à Jérusalem, le 5 juin 2019. (Porte-parole de l’Hôpital Hadassah Ein Kerem)

En parallèle, les attaques terroristes en Cisjordanie ont baissé de 43 %, passant de 88 en avril à 50 le mois dernier.

La semaine dernière, le Shin Bet a révélé avoir déjoué un projet d’attaque à la bombe du Hamas, prévue en Israël le jour des élections générales du 9 avril. Un homme de 23 ans, Yihia abu Dhia, qui serait un agent du Hamas, a été interpelé le 31 mars dernier dans le village cisjordanien d’A-Zaim en lien avec cette tentative d’attentat. Il avait accepté de perpétrer une attaque suicide pour des responsables gazaouïs, avait indiqué le Shin Bet.

La cible prévue était une voie de circulation de Maale Adumim, une implantation aux abords de Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...