Israël en guerre - Jour 213

Rechercher

Tsahal confirme la mort d’un médecin gazaoui dans une prison israélienne

Adnan Al-Bursh, chef du service d'orthopédie à Shifa, a été arrêté il y a plus de 4 mois dans le nord de Gaza et détenu dans une prison israélienne pour des raisons de sécurité nationale

Dr. Adnan Al-Bursh. (Autorisation)
Dr. Adnan Al-Bursh. (Autorisation)

Deux associations de prisonniers palestiniens ont annoncé jeudi la mort d’un médecin gazaoui dans une prison israélienne après plus de quatre mois de détention, imputant la responsabilité de son décès à Israël.

Les associations ont déclaré dans un communiqué commun qu’Adnan Al-Bursh, chef du service d’orthopédie à l’hôpital Shifa de Gaza, avait été arrêté par les forces israéliennes alors qu’il travaillait temporairement à l’hôpital Al-Awda, dans le nord de la bande de Gaza.

Ils ont qualifié sa mort « d’assassinat » et ont déclaré que son corps était toujours détenu par Israël.

Un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que l’administration pénitentiaire avait constaté le décès de Bursh le 19 avril, indiquant qu’il avait été détenu pour des raisons de sécurité nationale dans la prison d’Ofer. Tsahal n’a pas donné d’autres informations pour le moment.

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne a déclaré dans un communiqué que la mort de Bursh portait à 496 le nombre de travailleurs du secteur médical tués par Israël depuis que le Hamas a attaqué Israël le 7 octobre. Il a ajouté que 1 500 autres personnes avaient été blessées et que 309 avaient été arrêtées.

Israël maintient que le Hamas exploite les hôpitaux à des fins militaires et que ses opérations contre eux ont été justifiées par la présence de terroristes.

L’hôpital Shifa a été le théâtre de deux raids distincts menés par Tsahal, qui cherchaient à capturer des terroristes qui utilisaient l’hôpital comme quartier général et comme point de départ d’attaques. Des otages ont également été retenus dans l’hôpital.

En mars, l’armée a lancé un second raid sur l’hôpital après que des milliers de terroristes s’y sont regroupés à la suite d’un premier retrait des forces israéliennes.

Au cours du raid, qui a débuté le 18 mars, Tsahal a déclaré que les troupes avaient capturé quelque 900 suspects, dont plus de 500 ont été confirmés comme étant des terroristes, et tué plus de 200 hommes armés. Parmi les personnes tuées et détenues se trouvaient des commandants du Hamas et du Jihad islamique palestinien. Des renseignements précieux ont également été collectés, a indiqué l’armée israélienne.

Plus tôt dans la journée de jeudi, Israël a remis en liberté 64 Palestiniens qu’il avait détenus à Gaza via le point de passage de Kerem Shalom, a déclaré l’agence des frontières et des passages dirigée par le Hamas.

Certains membres du personnel de l’Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) libérés des prisons israéliennes au cours des derniers mois ont fait état de mauvais traitements pendant leur détention, notamment de privation de nourriture et de sommeil.

Les deux nouveaux décès portent à au moins 18 le nombre de Gazaouis morts en détention par Israël depuis le début de la guerre, ont déclaré les associations de prisonniers, qui demandent instamment à Israël de divulguer le nombre, le lieu et le sort des détenus de Gaza.

Les détenus gazaouis qui n’ont aucun lien avec les groupes terroristes sont régulièrement renvoyés dans la bande de Gaza.

L’UNRWA déclare avoir documenté la libération de 1 506 personnes détenues par Israël au point de passage de Kerem Shalom à la date du 4 avril. Parmi ces 1 506 personnes, on compte 43 enfants et 84 femmes.

La guerre a été déclenchée par l’attaque du Hamas du 7 octobre, au cours de laquelle quelque 1 200 personnes ont été assassinées en Israël, pour la plupart des civils, et 253 ont été enlevées à Gaza dans un contexte de violence sexuelle endémique et d’actes d’une brutalité effroyable.

Le ministère de la santé de Gaza, dirigé par le Hamas, affirme que plus de 34 000 personnes ont été tuées dans les combats jusqu’à présent, un chiffre qui ne peut être vérifié de manière indépendante et qui comprend quelque 13 000 terroristes du Hamas qu’Israël dit avoir tués au combat. Israël affirme également avoir tué un millier de terroristes à l’intérieur du pays le 7 octobre.

Plus de 260 soldats de Tsahal ont été tués depuis le début de l’opération terrestre à Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.