Un blogueur russe demande aux passants de dire « Joyeuse journée de l’Holocauste »
Rechercher

Un blogueur russe demande aux passants de dire « Joyeuse journée de l’Holocauste »

Nijat Safarli a retiré la vidéo après les réactions négatives, et a expliqué que le clip a été tourné pour mettre en évidence l'ignorance sur le génocide nazi

Un extrait de la vidéo de Nijat Safarli sur l'Holocauste, Mai 2018 (Capture d'écran)
Un extrait de la vidéo de Nijat Safarli sur l'Holocauste, Mai 2018 (Capture d'écran)

En Russie, un blogueur qui cherchait à dénoncer l’ignorance au sujet de la Seconde Guerre mondiale a été critiqué en publiant des interviews filmées de passants souhaitant aux téléspectateurs une « joyeuse Journée de l’Holocauste ».

Nijat Safarli a réalisé les interviews dans la ville de Cheboksary à 600 km à l’est de Moscou le 9 mai, lors d’un défilé célébrant la défaite de l’Allemagne nazie en 1945, qui est commémorée à cette date en Russie.

Il a posté sur YouTube des extraits d’entretiens avec plus d’une douzaine de jeunes hommes et femmes, dans lesquels ils souhaitent à la caméra « Joyeuse journée de l’Holocauste ». Certains expliquent, en suivant les enseignements de Safarli, que « Holocauste » est un mot dans la langue du peuple Chuvash de Sibérie, et que le jour de l’Holocauste est leur jour sacré.

Le russe utilise le même mot que l’anglais pour Holocauste, un terme dont l’étymologie vient du grec.

Safarli, dont sa chaîne sur YouTube compte plus de 3 millions de visionnages depuis 2014, n’est pas filmé en train de corriger ses interviewés ou de leur dire ce qu’était réellement l’Holocauste.

Aleksey Glukhov, avocat du groupe international de défense des droits de l’homme Agora, sur Facebook, a qualifié la vidéo d’“abus du droit à la liberté d’expression”, appelant Safarli à s’en excuser et à la supprimer.

Un rédacteur en chef de Defending History, un site d’information et d’analyse sur l’histoire et les perceptions de l’Holocauste en Europe de l’Est, a déclaré sur Twitter que les vidéos de Safarli dans lesquelles il manipule les personnes interrogées sont d’un « mauvais goût répugnant ».

En tenant compte des critiques, Safarli a retiré la vidéo de YouTube, la remplaçant par une autre vidéo dans laquelle il expliquait qu’il avait publié les interviews non pas pour se moquer de l’Holocauste, mais pour attirer l’attention sur l’ignorance du génocide, même parmi les personnes célébrant l’événement qui y a mis fin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...