Un ex-espion israélien fait appel à des pirates informatiques
Rechercher

Un ex-espion israélien fait appel à des pirates informatiques

La nouvelle entreprise fondée par Tamir Pardo, ancien chef du Mossad, protège les réseaux d'entreprise contre les attaques malveillantes en imitant de vrais pirates informatiques

Tamir Pardo, ancien chef du Mossad (Crédit : David Vaaknin / POOL / FLASH90)
Tamir Pardo, ancien chef du Mossad (Crédit : David Vaaknin / POOL / FLASH90)

L’ancien chef du Mossad Tamir Pardo a déclaré qu’il a réuni une équipe de pirates informatiques israéliens pour sa nouvelle société de cyber-sécurité qui adopte une approche innovante pour protéger les réseaux contre les attaques malveillantes en imitant de vrais pirates informatiques.

M. Pardo a déclaré mardi à l’agence de presse Reuters qu’il avait recruté une équipe de 30 pirates informatiques des services de sécurité et de renseignement les plus réputés du pays pour travailler dans son entreprise, XM Cyber.

Contrairement à d’autres entreprises de cybersécurité qui offrent une attaque simulée par un pirate sur un réseau pour révéler ses vulnérabilités, la plate-forme de XM Cyber lance continuellement des attaques simulées pour révéler les faiblesses d’un réseau.

Dans l’interview, Pardo a signalé que de nombreuses grandes entreprises ont mis en place des mesures de cybersécurité dangereusement laxistes.

« Je pensais qu’il y avait beaucoup d’entreprises avec d’excellents produits, mais elles ne se concentrent pas sur les bonnes questions », a dit M. Pardo. « La vraie question est de savoir si mes ‘joyaux de la couronne’ sont vraiment protégés. »

Il a souligné que la plate-forme de XM Cyber était « sur place, faisant le travail que font les pirates informatiques humains ».

La semaine dernière, Pardo a également mis en garde les municipalités contre les mesures de cybersécurité peu rigoureuses à la Fédération des autorités locales Muni-Expo à Tel Aviv.

« Vous pouvez détruire un pays et gagner une guerre sans jamais tirer un seul coup de feu. Dans la prochaine guerre, nos ennemis n’auront pas besoin d’avions de combat et de fusées. Ils peuvent nous frapper durement avec des cyberattaques et désactiver tous les systèmes du pays », a déclaré M. Pardo, qui a pris la parole lors de l’événement dans le cadre du Congrès des autorités locales et du Fonds national juif.

Tamir Pardo, à droite, ancien directeur du Mossad, s’adressant aux participants à la deuxième conférence semestrielle de la Fédération des autorités locales au centre de convention de Tel Aviv le 13 février. (Autorisation)

M. Pardo a déclaré qu’il devenait de plus en plus difficile de prévenir les atteintes à la sécurité parce qu’elles sont difficiles à retracer, citant en exemple la participation présumée de la Russie à la manipulation des résultats des élections américaines de 2016.

Il a exhorté les gouvernements à jouer un rôle plus important dans la gestion de ces menaces plutôt que de compter sur le secteur privé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...