Un groupe de travail avertit d’une reprise épidémique et s’alarme du variant NY
Rechercher

Un groupe de travail avertit d’une reprise épidémique et s’alarme du variant NY

L'équipe, qui avertit qu'un variant nouveau, venu de New York, pourrait réduire l'efficacité du vaccin, suggère de revoir les plans d'allègement des restrictions

Des Israéliens déguisés lors d'une fête au port de Tel Aviv pour célébrer Pourim, le 25 février 2021. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens déguisés lors d'une fête au port de Tel Aviv pour célébrer Pourim, le 25 février 2021. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Suite à l’ouverture d’une grande partie de l’économie cette semaine, la tendance à la baisse des taux d’infection s’est arrêtée et certains indicateurs repartent à la hausse, a fait savoir un groupe de travail sur le coronavirus dirigé par des militaires dans la journée de vendredi.

Citant ses données, le Centre d’information et de connaissance national sur le coronavirus – qui travaille sous l’autorité des renseignements militaires et du ministère de la Santé – a recommandé de réévaluer le maintien du programme d’assouplissement des directives, début mars.

Le groupe de travail a aussi fait part de sa préoccupation face à l’émergence d’un nouveau variant à New York, ces derniers jours – qui semble partager des caractéristiques avec la souche sud-africaine qui lui permettrait d’échapper à une partie de la réponse immunitaire du corps et qui pourrait potentiellement affaiblir l’efficacité des vaccins actuels.

Au vu des liens étroits entre les pays et des vols continus entre Tel Aviv et New York, l’équipe a averti qu’il y avait un risque réel d’implantation de ce variant au sein de l’État juif.

Ce nouveau variant a fait son apparition dans la région de New York fin novembre, et il a depuis été identifié dans plusieurs États voisins, a fait savoir l’Institut de technologie de Californie, l’une des deux équipes ayant partagé son travail sur cette nouvelle mutation cette semaine.

Il est impossible de dire pour le moment à quel point ce variant peut s’avérer problématique. Les virus mutent constamment au cours de leur propagation.

Les responsables de la Santé de New York et le maire Bill de Blasio ont, pour leur part, cherché à calmer les inquiétudes sur cette nouvelle souche.

Un homme passe devant un local commercial proposé à la location à New York, le 8 février 2021. (Crédit : AP Photo/Mark Lennihan)

« Certains variants ne sont que ça : des variants », a commenté un conseiller du maire, le docteur Jay Varma

Toutefois, les deux groupes de recherche ayant travaillé sur cette souche s’inquiètent du fait qu’une mutation pouvant potentiellement amoindrir l’efficacité du vaccin a été retrouvée sur le variant, comme sur d’autres qui préoccupent actuellement le monde entier.

Un bénévole de l’association Ezer Mizion lit la Megillat Esther (l’histoire d’Esther) aux personnels et aux malades d’une unité de coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem pendant la fête juive de Pourim, le 25 février 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

En Israël, pourtant, c’est encore le variant britannique du coronavirus qui prévaut actuellement. Il serait, selon le rapport établi par le groupe de travail militaire, à l’origine de la force de la pandémie. Cette souche plus contagieuse a initialement été identifiée au Royaume-Uni et est désormais à l’origine du plus grand nombre de cas de COVID-19 en Israël.

Jeudi, la caisse d’assurance-maladie de la Clalit, la plus importante d’Israël, a publié un rapport affirmant que ce variant était sans doute à l’origine de la hausse, le mois dernier, de 70 % du nombre de malades graves du coronavirus parmi les Israéliens non-vaccinés. Le groupe de travail a lui aussi noté que ses données indiquaient que le variant entraînait une augmentation de 60 % à 70 % des cas nécessitant une hospitalisation.

Dans son dernier document, l’instance militaire a indiqué que le taux de transmission du coronavirus était à nouveau proche de 1 (à 0,97). Ce taux était tombé à un niveau de 0,8 au début du mois.

Le nombre de reproduction de base, ou R, est le nombre de nouveaux cas émanant de chaque malade du coronavirus, ou le nombre de personnes ayant été infectées par un seul porteur. Tout nombre inférieur à 1 signifie que l’épidémie ralentit et tout chiffre supérieur à 1 implique qu’elle est en phase d’accélération.

Le groupe a dit s’attendre à un taux d’infection croissant dans les prochains jours.

Israël a assoupli cette semaine un grand nombre de ses restrictions mises en place dans la lutte contre le coronavirus, ouvrant les magasins et un plus grand nombre d’écoles, ainsi que les entreprises de divertissement pour les personnes vaccinées. Mercredi, un tiers de la population était pleinement vaccinée et la moitié a reçu au moins une dose. Le taux d’infection quotidien reste néanmoins élevé avec plus de 4 000 nouveaux cas par jour.

Des Israéliens costumés font leurs courses au marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 25 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le gouvernement impose un couvre-feu nocturne dans le pays de jeudi à samedi inclus, afin de dissuader les citoyens d’organiser ou de participer à des fêtes pendant la période de Pourim. Selon la tradition, les villes fortifiées célèbrent la fête de Pourim un jour plus tard que les autres, et Jérusalem est dans ce cas de figure. Certaines restrictions gouvernementales adoptées pendant Pourim pourraient donc être maintenues aussi dimanche dans la soirée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...