Un hazan de Montréal aide Leonard Cohen à revenir à ses racines juives
Rechercher
'Il est en train de réaliser qu'il y a plus de chemin parcouru derrière lui que devant lui'

Un hazan de Montréal aide Leonard Cohen à revenir à ses racines juives

Avec le hazan Gideon Zelermyer et le choeur masculin de la Congrégation Shaar Hashomayim comme choristes, le titre ‘You Want It Darker’, dans les bacs très bientôt, est l'oeuvre la plus fidèle au judaïsme - et pour certains la meilleure - écrite par le chanteur de 82 ans

Leonard Cohen, en concert à Londres, en septembre 2013. (Crédit : Brian Rasic/Getty Images via JTA)
Leonard Cohen, en concert à Londres, en septembre 2013. (Crédit : Brian Rasic/Getty Images via JTA)

Ce que les critiques et fans appellent le titre le plus sombre de Leonard Cohen est devenu une étape exceptionnellement brillante dans la carrière du hazan [chantre] de Montréal.

“You Want it Darker” est le premier extrait – sortie il y a environ 3 semaines – du nouvel album éponyme du chanteur âgé de 82 ans. Cohen y est accompagné par la voix du hazan [chantre] Gideon Zelermyer de la Congrégation Shaar Hashomayim, la plus ancienne et la plus grande Congrégation traditionnelle ashkénaze au Canada.

Zelermyer confie au Times of Israel sa stupéfaction d’avoir été personnellement interpellé par le poète et auteur-compositeur pour figurer sur l’album. Toutefois, cette collaboration n’est pas née tout à fait du néant, Cohen et le hazan ayant entretenu une correspondance depuis huit ou neuf ans maintenant, notamment à l’occasion d’anniversaires ou d’échanges de voeux.

Cette relation épistolaire a commencé après que la tante de Cohen lui ait fait parvenir certains des CD du hazan, où il se produisait aux côtés du choeur professionnel masculin dans lequel il évolue. Cohen avait alors adressé ses félicitations à Zelermyer.

“Il signe toujours ses commentaires à mon égard ‘Fraternellement, Eliezer’ — Eliezer étant son nom hébreu », raconte le hazan.

Selon Zelermyer, Cohen a clairement cherché à revenir à ses origines juives avec cet album.

Tandis que dans le passé, Cohen, né à Montréal, a choisi de mêler sa voix rocailleuse avec celles de choristes féminines, il a voulu cette fois que les sonorités des hazans masculins et les choeurs qu’il entendait dans sa jeunesse viennent illustrer ses nouvelles paroles tirées de la liturgie juive traditionnelle, comme des prières de Sélihot et de Kaddish.

Dans la chanson, “‘You Want It Darker’, il y a ce mot de ‘Hineni’ [‘Je suis là’ – les paroles d’Abraham adressées à Dieu lors du sacrifice d’Isaac, un motif qui n’est pas une nouveauté dans l’œuvre de Cohen]. La première fois que Leonard Cohen a entendu un hazan chanter ‘Hineni’ ou ‘Who By Fire,’ou un chœur interpréter ‘Halleluyah,’c’était à Shaar Hashomayim,” se souvient Zelermyer.

La famille de Cohen a été longtemps impliquée dans la synagogue et certains de ses membres y sont restés fidèles. Son grand-père comme son arrière-grand-père ont été présidents de la Congrégation, qui avait été établie en 1846. Cohen lui-même y fit sa bar mitzvah, et une photographie de lui en compagnie des élèves de sa classe d’hébreu en 1949 est toujours affichée dans le bâtiment de la synagogue à Westmount, au Québec.

Après le décès de son père, c’est Cohen qui avait récité le Kaddish en son nom à Shaar Hashomayim.

Zelermyer, Américain ayant fait ses études en Israël et qui vit à Montréal depuis 15 ans, raconte au Times of Israel qu’il n’avait jusqu’alors rencontré Cohen qu’à une seule occasion, lors des funérailles de l’oncle du chanteur il y a quelques années.

Ils ne se sont d’ailleurs pas revus lors de l’enregistrement de “You Like It Darker,” Cohen réalisant l’album à Los Angeles, tandis que Zelermeyer et le choeur de Shaar ont enregistré leur contribution dans un studio de Montréal sous la supervision du fils de Cohen, Adam, producteur du projet.

De la gauche : Roi Azoulay, Adam Cohen et Gideon Zelermyer (Crédit : autorisation)
De la gauche : Roi Azoulay, Adam Cohen et Gideon Zelermyer (Crédit : autorisation)

Cohen ayant demandé à Zelermyer une atmosphère maussade, sombre pour les chœurs accompagnant la chanson, le directeur choral de Shaar Shomayim Roi Azoulay et ses interprètes ont assemblé un arrangement musical basé sur les voix et les accords mélodiques de base définis par Cohen. Zelermyer a suggéré une improvisation dramatique, qui a finalement été placée à la fin de la version finale du titre.

Gideon Zelermyer (Crédit : Dominic Fulzzotto)
Gideon Zelermyer (Crédit : Dominic Fulzzotto)

Zelermyer et le choeur apparaissent également sur un autre titre du nouvel album, “It Seemed the Better Way.” Une chanson elle aussi assez noire sur laquelle la formation musicale de Shaar Hashomayim épouse un motif au violon ressemblant à la bénédiction sacerdotale traditionnelle.

“C’est un hommage à Léonard en tant que kohen. Il dresse souvent sa main, comme le faisait Spock, dans un geste adressé au public lors de ses concerts”, explique Zelermyer, se référant à l’appropriation par la série Star Trek de la bénédiction juive traditionnelle.

“You Want It Darker,” titre dans lequel Cohen s’adresse directement à Dieu, l’emporte et emporte son audience dans un lieu très sombre. Le chœur l’accompagne comme suit :

If you are the dealer
I’m out of the game
If you are the healer
I’m broken and lame
If thine is the glory
Then mine must be the shame
You want it darker
We kill the flame

Zelermyer, qui est fier de l’histoire musicale longue et riche de Shaar Hashomayim et de la manière dont l’art cantorial peut mener à l’élévation spirituelle, déclare avoir toutefois compris d’où revenait Cohen avec ce titre, et a-fortioti avec l’album entier. Le moment choisi dans la saison pour la sortie de cet album lui semble manifeste.

“Nous traversons tous des moments noirs. Leonard affronte le grand âge et la fin de sa carrière. Peut-être a-t-il des problèmes de santé, mais je ne vais pas spéculer à ce sujet. Il est en train de réaliser qu’il y a plus de chemin parcouru derrière lui que devant lui. »

Le hazan comprend également les sentiments exprimés par Cohen au vu de l’état actuel du monde.

“Le sujet de la chanson, c’est comment Dieu le veut plus sombre encore. Mais elle affirme aussi que nous sommes responsables de ce qui arrive, même d’avoir tué la flamme”, dit Zelermyer.

Il n’y a pas d’évocation d’une nouvelle collaboration entre Cohen et le hazan qui apprécie de quitter de temps en temps le bimah pour enregistrer des musiques de film et monter sur des scènes comme celles des Nations unies ou aux côtés de formations musicales majeures comme l’Orchestre Symphonique de Montréal.

Toutefois, Zelermyer se réjouit en ce moment de l’attention que ce projet a générée.

« Je suis dans Rolling Stone, Billboard, et Maclean’s — c’est sidérant. Je viens juste d’être interviewé par la radio. Je ne m’attendais pas à ce que tout cela soit tellement important. La chanson a suscité une réponse positive universelle », déclare-t-il.

Zelermyer a la certitude qu’avec “You Want It Darker,” Cohen, qui pourrait bien là avoir signé son dernier album, affirme clairement qu’il est un fils de Montréal et de Shaar Hashomayim.

Le hazan ne peut pas être plus fier que d’avoir aidé à amplifier ce message.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...