Un logiciel lit de la littérature médicale pour nous orienter vers un diagnostic
Rechercher

Un logiciel lit de la littérature médicale pour nous orienter vers un diagnostic

Selon Kahun, dirigé par le co-fondateur de Waze, Uri Levine, la plateforme peut parcourir des textes et indiquer aux médecins un protocole basé sur des sources médicales

Image illustrative d'un interne d'hôpital, d'un médecin ou d'un professionnel de la santé. (megaflopp; iStock by Getty Images)
Image illustrative d'un interne d'hôpital, d'un médecin ou d'un professionnel de la santé. (megaflopp; iStock by Getty Images)

Les adeptes de la série médicale télévisée « Grey’s Anatomy » connaissent bien cette image d’internes parcourant des piles de littérature médicale pour tenter d’être les premiers à trouver une solution aux mystérieux problèmes qui font souffrir leurs patients.

Si seulement ils disposaient d’un système intelligent capable de faire toutes ces lectures à leur place et de les orienter dans la bonne direction, on peut les imaginer en train de réfléchir. C’est exactement ce que la start-up israélienne Kahun espère faire avec son logiciel basé sur l’IA, qui est destiné à faciliter la tâche des médecins, qui ne sont plus confrontés à d’énormes quantités de texte, mais doivent faire le bon diagnostic.

« Depuis que le premier article médical a été publié sur un papyrus, en 2000 avant notre ère », les connaissances médicales ont été documentées, mais jusqu’en 2020, ces connaissances ont toujours été sous forme écrite, a déclaré Eitan Ron, un des co-fondateurs de Kahun, dans une interview téléphonique. « Nous essayons maintenant de transformer tous ces textes » en quelque chose que les médecins peuvent utiliser plus efficacement.

La startup, au fait, est nommée d’après le village égyptien de Kahun où ce premier journal médical, un article sur la gynécologie et l’obstétrique, a été découvert, a-t-il expliqué.

L’actrice Sandra Oh pose pour un portrait sur le plateau du nouveau téléfilm médical d’ABC « Grey’s Anatomy », le 23 février 2005, à Los Angeles. (AP Photo/Matt Sayles)

Après que les médecins soumettent les symptômes de leurs patients sur le site web de Kahun, le logiciel parcourt la richesse des informations disponibles dans les textes médicaux et crée un « graphique de connaissances » qui peut cartographier 5 millions de relations entre les symptômes et les maladies, les résultats, les laboratoires, les complications et les facteurs de risque, a déclaré la co-fondatrice, la Dr Michal Tzuchman-Katz, pédiatre et ingénieur logiciel.

Kahun a également développé un moteur d’IA qui utilise le graphe de connaissance créé pour « imiter » la pensée d’un médecin, dit-elle. Il les aide à établir leur diagnostic, les oriente vers une démarche recommandée et les « soutient avec des sources médicales » en reliant les informations fournies aux sources médicales originales consultées.

L’équipe fondatrice de Kahun, de gauche à droite : Tal Goldberg, Dr. Michal Tzuchman-Katz et Eitan Ron (Autorisation)

En plus de suggérer les maladies les plus probables, le logiciel propose un plan pour les prochaines étapes, y compris les meilleures questions à poser, les examens à effectuer ou les travaux de laboratoire et d’imagerie supplémentaires nécessaires pour affiner le diagnostic.

L’application centrale de l’interface web est utilisée par des centaines de médecins et d’étudiants en médecine en Israël, et la société a annoncé jeudi la sortie d’une phase de test bêta ouverte de son produit.

L’entreprise espère que le produit final sera disponible dans le commerce – dans un premier temps gratuitement, au cours du second semestre de cette année, a déclaré Ron. À terme, la société fera payer aux utilisateurs un abonnement.

Ron a ajouté que le logiciel a passé l’examen d’autorisation d’exercer la médecine aux États-Unis, et l’a réussi avec un score de 80 %.

La technologie de Kahun a pris de l’importance pendant la pandémie COVID-19 car elle a utilisé ses capacités d’IA pour exploiter plus de 2 000 documents et articles trouvés dans la bibliothèque médicale PubMed étudiant le nouveau coronavirus.

En utilisant le graphique des connaissances de Kahun, les médecins ont pu dépister les patients et évaluer leur risque de maladie grave due au coronavirus. Une étude conjointe avec le Centre médical Rabin, campus HaSharon, a montré l’efficacité de Kahun pour aider les médecins à évaluer les risques, a déclaré la société.

L’entrepreneur Uri Levine, qui a notamment cofondé l’application de navigation Waze, acquise par Google en 2013 pour plus d’un milliard de dollars – est un investisseur dans Kahun et en est le président.

Le logiciel de Kahun en action. (Autorisation)

« Toutes les connaissances médicales dans le monde aujourd’hui sont sous forme de texte et la seule façon d’en tirer un sens est qu’un médecin ou un personnel médical le lise, mais que se passerait-il si nous pouvions convertir cela en données et créer des applications pour les utiliser ? C’est exactement ce que nous faisons », a déclaré M. Levine dans un communiqué.

Dans ce communiqué, un interne en médecine d’un hôpital du centre d’Israël, Yohai Shraga, a déclaré qu’il utilisait Kahun chaque fois qu’il se trouvait dans l’impossibilité d’établir un diagnostic. Le Kahun « est devenu mon arme de prédilection dans un service hospitalier tendu. Je peux l’utiliser pour m’assurer de ne rien manquer, ou pour consulter juste avant de m’adresser à un médecin en chef ».

Au cours des dernières années, un certain nombre d’applications basées sur l’IA ont été développées pour aider les patients à comprendre leurs symptômes. L’un d’entre eux est le programme israélien K Health, qui a déclaré cette semaine avoir récolté 132 millions de dollars au cours de sa troisième année de financement en moins d’un an. K Health a développé une application mobile gratuite qui permet aux utilisateurs d’insérer leur âge, leur sexe et leurs affections pour obtenir un premier diagnostic immédiat de ce qui pourrait les affecter.

Ces types d’applications sont destinées aux patients et la plupart se limitent à la vérification des symptômes de base pour un certain nombre de maladies courantes, a déclaré Ron, ajoutant que Kahun puise dans un réservoir de connaissances bien plus vaste et s’adresse aux professionnels de la santé. « Nous ne voyons pas de concurrence directe avec d’autres acteurs », a-t-il déclaré.

La startup basée à Tel Aviv, qui emploie 22 personnes, a été cofondée par Tzuchman-Katz, Ron et Tal Goldberg en 2018. Les trois se sont rencontrés lors de leur collaboration à HumanClick Ltd, une startup israélienne fondée par Ron et Goldberg et rachetée par LivePerson, un fabricant de chatbots, ou dialogueur, pour entreprises, au début des années 2000. Tzuchman-Katz, qui était ingénieur logiciel chez LivePerson, a fait des études de médecine et est devenu pédiatre, et les trois se sont associés en 2018 pour créer Kahun.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...