Un rabbin australien nie ne pas se sentir en sécurité après des incidents antisémites
Rechercher

Un rabbin australien nie ne pas se sentir en sécurité après des incidents antisémites

Shmueli Feldman a affirmé que sa famille a fait l'objet de nombreuses attaques antisémites. Il appelle à l’introduction de lois plus fermes pour endiguer l’antisémitisme croissant

Melbourne, Australie. Illustration. (Crédit : Wikimedia Commons/Donaldytong/File)
Melbourne, Australie. Illustration. (Crédit : Wikimedia Commons/Donaldytong/File)

SYDNEY (AUSTRALIE) – Un rabbin australien a démenti un article qui affirmait qu’il ne se sentait pas en sécurité dans son pays.

Le rabbin Shmueli Feldman, australien de quatrième génération, s’est exprimé sur sa sécurité au New York Times dans le cadre d’un article diffusé dimanche, qui signale une recrudescence de 9 % des incidents antisémites au cours de la dernière année.

Le rapport annuel a déterminé une hausse de près de 20 % sur deux ans.

Dans une interview accordée au JTA, Feldman a réfuté l’article du Times, mais le rabbin affilié au mouvement Habad a concédé qu’il craignait un autre attentat contre sa maison à Canberra par un groupe de jeunes australiens, et « je me sens moins en sécurité chez nous qu’auparavant ».

L’expérience de sa famille a été mise en lumière dans l’article sur l’antisémitisme en Australie, diffusé par le conseil exécutif du judaïsme australien. L’article a dénombré 230 incidents en Australie depuis le 30 septembre.

Cette année, lors de la fête de Soukkot, alors que le rabbin, sa femme et leurs cinq enfants étaient assis dans leur soukkah (cabane traditionnelle), les passagers d’une voiture qui passait à proximité ont proféré des insultes antisémites à leur intention. Le véhicule a pris la fuite avant l’arrivée de la police, mais grâce à la caméra de surveillance installée par le rabbin, leur plaque d’immatriculation a pu être relevée.

« La police a interrogé le conducteur, qui a affirmé que ce sont ses passagers qui [nous] ont injurié, mais il a refusé de se conformer aux demandes de la police et ne les a pas identifiés », a déclaré Feldman au JTA.

« Les lois doivent être plus fermes. La police aurait dû pouvoir exiger cette information de la part du conducteur. Ils m’ont dit avoir fait tout ce qui était en leur pouvoir. »

La famille Feldman, qui a indiqué avoir été traumatisée par cet incident, en a vécu d’autres.

« Notre maison et le centre Habad ont été régulièrement la cible de jets d’œufs et de pierres », a ajouté le rabbin. « Nos enfants ne peuvent pas jouer en sécurité dans le jardin. Nous observons des incidents chez nous ou au centre toutes les trois semaines environ. »

Feldman s’est souvenu d’une promenade avec sa fille de 5 ans dans un centre commercial de Canberra, où deux hommes l’ont insulté en arabe, une langue que le rabbin maitrise. Ils l’ont traité de « sale garce juive ».

Et pourtant, le rabbin nie ne pas se sentir en sécurité en Australie, comme l’ont indiqué les médias internationaux.

« Je pense que nous avons de la chance de vivre en Australie », a-t-il affirmé au JTA.

« Nos dirigeants politiques et nos forces de l’ordre condamnent la haine et l’antisémitisme. Cependant, étant donné que ceux qui ont pris ma maison et ma famille, mes cinq jeunes enfants pour cible, courent toujours, je me sens moins en sécurité chez nous qu’auparavant ».

Feldman a ajouté qu’il espérait toujours voir l’introduction de lois plus fermes pour lutter contre le racisme, pour donner à la police le pouvoir d’endiguer l’antisémitisme croissant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...