Un responsable de Wahington promet d’accroître la pression sur l’Iran
Rechercher

Un responsable de Wahington promet d’accroître la pression sur l’Iran

Lors d'une célébration marquant les 25 ans de l'attentat de Buenos Aires, Nathan Sales a assuré que les États-Unis coopéreront avec leurs alliés pour arrêter le Hezbollah

Un homme marche dans les décombres après l'explosion d'une bombe à l'Association mutuelle israélite argentine (centre AMIA) à Buenos Aires, le 18 juillet 1994, tuant 85 personnes et en blessant environ 300 autres. (Crédit : Ali Burafi/AFP)
Un homme marche dans les décombres après l'explosion d'une bombe à l'Association mutuelle israélite argentine (centre AMIA) à Buenos Aires, le 18 juillet 1994, tuant 85 personnes et en blessant environ 300 autres. (Crédit : Ali Burafi/AFP)

WASHINGTON (JTA) — Un cadre de la lutte antiterroriste américain a promis d’intensifier la pression sur le Hezbollah et l’Iran pour qu’ils remettent les suspects de l’attentat mortel de 1994 contre le centre communautaire juif de Buenos Aires.

En amont du 25e anniversaire de l’attentat à la bombe, le coordinateur du contreterrorisme au département d’État américain s’est exprimé vendredi lors d’un événement examinant les efforts menés pour en traduire les auteurs en justice. L’évènement était organisé par la Fondation pour la défense des démocraties et par le centre Wilson, des think tanks de politique étrangère basés à Washington.

Le 18 juillet 1994, une bombe déposée au centre AMIA avait fait 85 morts et plus de 300 blessés. Le procureur argentin, Alberto Nisman, avait établi qu’un membre du Hezbollah avait perpétré l’attentat, fomenté par l’Iran.

Nathan Sales a indiqué que les États-Unis collaboreraient davantage avec leurs alliés occidentaux pour contrecarrer le terrorisme du Hezbollah, qui conserve une présence active en Amérique latine.

Cette semaine, des officiels de haut rang américains doivent participer à un sommet antiterroriste à Buenos Aires pour célébrer le 25e anniversaire de l’attentat de l’AMIA. Nathan Sales a fait savoir que d’autres actions prévues contre le Hezbollah et l’Iran y seraient révélées. « Nous continuerons de chercher des moyens d’empêcher les voyages de terroristes et de réduire les flux d’argent à leur profit », a-t-il assuré.

Nathan Sales a rappelé les nouvelles sanctions prises par l’administration Trump à l’encontre de l’Iran, des Gardiens de la révolution et du Hezbollah.

Parmi les objectifs visés par Washington : l’arrestation des suspects responsables de l’attentat. « Nous continuerons d’accroître la pression financière et de faire payer le régime iranien et ses organisations terroristes », a promis Nathan Sales.

Interpol a émis au moins neuf mandats d’arrêt visant des officiels iraniens et du Hezbollah soupçonnés d’avoir joué un rôle dans l’attentat de Buenos Aires.

L’ambassadeur argentin, Fernando Oris de Roa, également présent à l’événement de Washington, a noté que les intéressés étaient toujours en liberté, certains voyageant même à l’étranger. Il a appelé les autres pays à suivre les recommandations d’Interpol.

« Évitez d’accueillir ou de protéger par immunité diplomatique les accusés », a-t-il ainsi demandé.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...