Un universitaire iranien dit avoir été condamné à de la prison pour « propagande »
Rechercher

Un universitaire iranien dit avoir été condamné à de la prison pour « propagande »

Sadegh Zibakalam est connu pour ses critiques contre la politique étrangère de l'Iran, notamment l'opposition frontale de la République islamique aux États-Unis et à Israël

Le professeur Sadegh Zibakalam lors d'une interview avec Hossein Dehbashi, le 13 novembre 2016. (Capture d'écran : YouTube)
Le professeur Sadegh Zibakalam lors d'une interview avec Hossein Dehbashi, le 13 novembre 2016. (Capture d'écran : YouTube)

Un intellectuel iranien proche des réformateurs, Sadegh Zibakalam, a annoncé mardi avoir été condamné à 18 mois de prison pour « propagande contre le régime » et a dit son intention de faire appel de ce jugement.

Professeur de sciences politiques à l’Université de Téhéran, Zibakalam soutient le gouvernement du président Hassan Rouhani.

Il est connu pour ses critiques contre la politique étrangère de l’Iran, notamment l’opposition frontale de la République islamique aux États-Unis et à Israël.

Lundi, l’agence Mizan Online, qui dépend du pouvoir judiciaire, avait rapporté l’ouverture du procès de ibakalam devant un tribunal révolutionnaire de Téhéran. Selon elle, l’universitaire était jugé pour avoir donné des interviews à des médias étrangers jugés hostiles par les autorités « et pour tentative de remise en cause de la République islamique ».

Selon l’agence, Zibakalam a assuré lui même sa défense.

« Ce matin, je me suis rendu au tribunal […] pour avoir le jugement », a déclaré Zibakalam dans une vidéo publiée mardi sur sa page Facebook. « J’ai été condamné à 18 mois de prison pour propagande contre le régime et deux ans de privation de toute activité politique et de tout écrit dans la presse ainsi que de toute présence sur les réseaux sociaux ».

Le 7 mars, le même tribunal avait condamné à un an de prison pour « propagande contre le régime » un ancien maire de Téhéran, Gholamhossein Karbaschi, aujourd’hui à la tête du parti des Reconstructeurs, formation appartenant à la coalition politique soutenant le président Rohani, selon l’agence Isna.

Nommé maire de Téhéran en 1989, Karbaschi avait dû abandonner ses fonctions à cause d’affaires de corruption qui lui ont valu une condamnation à plusieurs années de prison.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...