Un vétéran juif américain de la Seconde Guerre mondiale meurt du COVID-19
Rechercher

Un vétéran juif américain de la Seconde Guerre mondiale meurt du COVID-19

Son frère jumeau était mort il y a 100 ans de la grippe espagnole ; son petit-fils raconte qu'il disait souvent que l'histoire se répète

Le vétéran de la Seconde guerre mondiale Philip Kahn, mort du coronavirus le 17 avril 2020 (Crédit :  Facebook)
Le vétéran de la Seconde guerre mondiale Philip Kahn, mort du coronavirus le 17 avril 2020 (Crédit : Facebook)

Un vétéran de l’armée américaine qui avait combattu pendant la Seconde Guerre mondiale est mort des suites du coronavirus, plus d’un siècle après le décès de son jumeau qui avait été terrassé par la grippe espagnole.

Philip Kahn, 100 ans, s’est éteint à son domicile de Long Island la semaine dernière. Son médecin a indiqué que des tests de dépistage avaient révélé qu’il était positif au coronavirus.

« Il regardait les informations et il était totalement conscient de ce qu’il se passait avec la pandémie. Quand il a commencé à tousser, il a su qu’il pouvait lui-même l’avoir contracté et il se rendait compte de l’ironie de la situation », a commenté auprès du New York Times l’un de ses petits-fils, Warren Zysman.

« Et il disait : ‘Warren, mon garçon, je t’ai toujours dit que l’histoire se répète… On aurait dû être bien mieux préparés à cela’, » a ajouté Zysman.

Des soldats américains font le salut pendant les funérailles de Philip Kahn, vétéran de la Seconde guerre mondiale, qui s’est éteint des suites du coronavirus, le 17 avril 2020 (Capture d’écran : Facebook)

Le frère de Kahn, Samuel, était mort des suites de la grippe espagnole deux semaines seulement après la naissance des deux jumeaux à New York, en décembre 1919.

« Il avait en lui un chagrin parce que s’il avait eu un frère jumeau, il n’avait jamais pu faire l’expérience de cette gémellité », a continué Zysman. « C’est un vide qu’il a porté en lui pendant toute sa vie ».

Au cours d’un autre entretien accordé à CNN, Zysman a expliqué que Kahn avait souvent évoqué son frère dans les journées qui avaient précédé sa mort.

« A toutes les fêtes, à toutes les occasions, il parlait de son frère Samuel », a-t-il raconté.

Selon Zysman, Kahn voulait des funérailles militaires. Deux soldats américains ont procédé à la cérémonie dans le cimetière où il a été enterré tandis qu’un homme dont le père avait appartenu aux Marines pendant la Seconde Guerre mondiale a joué du clairon.

Kahn avait servi dans l’armée de l’air américaine et il avait participé à la bataille d’Iwo Jima et pris part à des bombardements sur le Japon. Il avait également survolé Hiroshima et Nagasaki après le largage des bombes atomiques, a noté le New York Times.

Il avait reçu deux étoiles de bronze pour ses services.

« Mes parents nous avaient appris à suivre et à chérir notre foi juive et à être loyaux à notre grand pays, l’Amérique, qui nous avait ouvert les portes de la liberté et de toutes les possibilités », avait-il dit avant son centième anniversaire, des propos cités par le Published Reporter.

Kahn, fils d’immigrants de Pologne, laisse derrière lui une fille, six petits-enfants et six arrière-petits enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...