Une société immobilière israélienne blâmée pour une pub en ligne raciste
Rechercher

Une société immobilière israélienne blâmée pour une pub en ligne raciste

Un spot publicitaire sur le quartier de Kyriat Gat, ciblant le secteur religieux, présente avec dérision des personnages stéréotypés de Juifs sépharades

Capture d'écran de la publicité offensant les Israéliens sépharades (Crédit : Facebook)
Capture d'écran de la publicité offensant les Israéliens sépharades (Crédit : Facebook)

Une société immobilière qui pourvoit aux besoins du public national religieux a été critiquée lundi pour avoir posté sur sa page Facebook, une publicité pour un nouveau projet de logements à Kiryat Gat présentant les stéréotypes ridiculement exagérés des Sépharades, les Israéliens d’origine orientale.

La société a rapidement présenté des excuses pour ce spot publicitaire, et l’a retiré.

La publicité de la société Be’emunah pour un quartier appelé Karmei Gat, dépeint une famille de classe moyenne, de type caucasien, assise pour célébrer la fête de Hanoukka, qui commence la semaine prochaine.

Deux voisins frappent à la porte et débarquent pour demander si la famille a des sucrettes à leur donner. L’un des voisins s’appelle « Abergil », un nom commun chez les Juifs du Maroc.

Les « voisins » sont dépeints comme des personnes grossières et incultes et perturbent de façon éhontée la famille qui tente d’allumer une bougie de Hanoukka.

Ils se demandent alors à haute voix – qui laisse penser à un signe de leur ignorance – pourquoi la famille « fait un barbecue » à l’intérieur de leur maison.

La vidéo, qui a réussi à ameuter une quantité impressionnante d’insultes racistes en moins de 90 secondes, enchaîne avec une voix-off qui fait appel aux membres du secteur national religieux pour acheter une maison dans le nouveau quartier de Kiryat Gat et ainsi s’assurer qu’ils auront de « bons voisins » – contrairement à ceux du spot.

Un célèbre journaliste du secteur national religieux, Elyashiv Reichner, a attaqué la vidéo dans des commentaires sur Haaretz lundi. Protestant contre les diverses représentations racistes des voisins, il dit : « Je ne sais pas qui a fait ce clip, mais ce ne sont pas de ‘charmants voisins’. »

Le secrétaire du parti d’extrême droite religieux Habayit hayehudi, Nerya Rafael Knafo, a écrit sur Facebook : « Depuis ce matin, j’ai été identifiée presqu’à chaque fois que le clip a été partagé. »

L’électorat du parti coïncide largement avec le public ciblé par la publicité, et Knafo lui-même vient d’une famille marocaine.

Il a écrit que son ami a demandé sur sa page Facebook « qui est plus représentatif du secteur – ceux qui ont fait le clip, ou ceux qui en sont écœurés. »

« La vérité est qu’il s’agit du même public. Le public religieux a créé ce clip et en est dégoûté, comme une personne qui mange de la mauvaise nourriture et vomit tout de suite. Le clip n’a pas été fait pour rien. Il a essayé de tenir compte, d’une manière exagérée, de ce que pense le public national religieux : que nous aimons être avec nous-mêmes, en prodiguant une image saine que nous essayons de projeter. Plus moral que le laïque, plus patriotique que la gauche, plus cultivé que les Mizrahi », a écrit Knafo.

« Je suis tellement heureux que ce clip soit sorti, parce que, aussi direct, ridicule et extrême qu’il soit, il peut aussi nous amener à penser où nous nous sommes trompés ; pour nous amener à réfléchir et à comprendre que le fait de nous renfermer sur nous-mêmes et créer des communautés déconnectées – avec un système éducatif séparé et un monde de la Torah stérile – est du racisme déguisé », a-t-il ajouté.

« J’écris ceci à la première personne du pluriel, parce que je me considère comme faisant partie du secteur national religieux et je me comporte souvent avec condescendance. C’est ma honte, je souhaite pouvoir résoudre ce problème », a poursuivi Knafo.

La société a déclaré dans un communiqué : « La société Be’emunah souhaite présenter ses excuses pour le clip offensant publié sur Internet ce matin. »

La société « s’est toujours préoccupée du public, et le message néfaste de la vidéo n’est pas notre direction et est à l’encontre de nos valeurs. Le spot a été retiré immédiatement sous ordre de la direction de l’entreprise, et un processus d’introspection et de clarification a commencé afin de comprendre comment le clip a été approuvé. »

Dans une coïncidence particulièrement regrettable, la publicité a été téléchargée alors qu’Israël commémore, pour la deuxième fois, la persécution des Juifs des pays arabes et de l’Iran ; un jour commémoratif national légiféré en 2013.

Le jour du souvenir – au cours duquel le nombre impressionnant de Juifs qui ont fui les pays de l’Est est souligné comme étant équivalent au nombre de réfugiés palestiniens qui ont fui pendant la guerre d’indépendance d’Israël – a été voté dans le cadre du collectif du pays, remettant en question des décennies de discrimination systématique par l’élite ashkénaze au pouvoir contre des Juifs qui ont été traités comme des citoyens de seconde classe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...