Israël en guerre - Jour 289

Rechercher

« Wagons de migrants » : Orban compare la réforme de l’asile à la Shoah

Selon le texte proposé, les Etats membres seraient tenus d'accueillir chacun un certain nombre des demandeurs d'asile arrivés dans un pays de l'UE soumis à une pression migratoire

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban en conférence de presse à Budapest, le 4 juillet 2017. (Crédit : Attila Kisbenedek/AFP)
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban en conférence de presse à Budapest, le 4 juillet 2017. (Crédit : Attila Kisbenedek/AFP)

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, critiquant vendredi le projet européen de réforme du système d’asile, s’est demandé s’il allait falloir « contraindre par la force » des demandeurs d’asile présents en Allemagne à « monter dans des wagons » pour la Hongrie.

L’opposition a aussitôt dénoncé un « parallèle honteux avec l’Holocauste ».

Vent debout contre le récent accord prévoyant une solidarité obligatoire entre les Etats membres dans la prise en charge des réfugiés, le dirigeant ultra-nationaliste a dénoncé à la radio « des règles qui donnent à Bruxelles le droit de dire comment répartir les migrants ».

« Vont-ils attraper les migrants en Allemagne qui ne veulent pas venir ici, les rassembler, les transporter dans des wagons et les décharger chez nous ? », a lancé Viktor Orban.

« Tout pays qui ne permet pas aux migrants d’entrer sera contraint de le faire par la force », a-t-il dénoncé dans un entretien hebdomadaire à un média proche du pouvoir.

Le responsable hongrois avait déjà jugé la semaine dernière l’accord « inacceptable », accusant Bruxelles « d’abuser de son pouvoir ».

Selon la réforme proposée, les Etats membres seraient tenus d’accueillir chacun un certain nombre des demandeurs d’asile arrivés dans un pays de l’UE soumis à une pression migratoire (en fonction de leur population et de leur PIB/habitant), ou à défaut d’apporter une contribution financière de 20 000 euros par personne.

Le vote nécessitait l’aval de 15 des 27 pays membres, représentant au moins 65 % de la population de l’UE. La Pologne et la Hongrie ont voté contre.

L’accord trouvé ouvre la voie à des pourparlers avec le Parlement européen, en vue d’une adoption de la réforme avant les élections européennes de juin 2024.

Katalin Cseh (Crédit : capture d’écran YouTube)
&

« Il est juste incapable d’arrêter ses parallèles honteux avec l’Holocauste », a réagi la députée européenne libérale Katalin Cseh, alors que Viktor Orban avait comparé l’UE à l’expansionnisme nazi le mois dernier.

« Charlemagne, Napoléon, Hitler… ils ont tous rêvé de l’unité européenne », avait-il déclaré lors d’un discours. « Et c’est encore le cas aujourd’hui, souveraineté nationale et rêve impérial se font face ».

Sous l’égide de Viktor Orban, au pouvoir depuis 2010, la Hongrie a bâti des clôtures à ses frontières et restreint le dépôt des demandes d’asile aux ambassades à l’étranger, une politique qui lui a valu plusieurs condamnations de la Cour de justice de l’UE.

L’an dernier, seules 18 personnes y ont obtenu le statut de réfugiés, un chiffre dont la faiblesse n’a pas d’équivalent dans d’autres pays de l’Union européenne.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.